Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amical
  3. // France-Italie

Italie : roulez jeunesse !

Face à la France, l’Italie ne cherche pas vraiment à se rassurer en vue d’une échéance particulière. L’objectif est de construire et, surtout, de construire à l’arrière.

Modififié
Le rendez-vous de ce vendredi soir à Nice entre la France et l’Italie (21h) est particulier. D’ordinaire, c’est rare, voire très rare, que les deux formations s’affrontent en amont d’une compétition internationale qu’elles ont pour ambition de remporter. Sauf que cette fois, l’Italie s’est glissée dans la peau du sparring-partner et va profiter de cette confrontation pour grandir.


Oui, cette rencontre est l’occasion pour le revenant Mario Balotelli de briller devant « son » public azuréen, celui qui lui a permis de retrouver confiance et chemin vers la sélection nationale. Deschamps n'a pas manqué de le rappeler en conférence de presse : « Balotelli est un attaquant de haut niveau, il n’a peut-être pas toujours eu cette efficacité les années passées, mais il sort d’une ou deux très belles saisons avec l’OGC Nice. Il a des qualités athlétiques au-dessus de la moyenne et sur une action ou un coup de patte, il peut faire la différence. Le public niçois a eu cette chance de l’avoir. » Pour Roberto Mancini, l'enjeu de ce match se cache ailleurs que derrière la crête de Super Mario. Le sélectionneur italien sait pertinemment que la reconstruction de sa Nazionale sera longue, et que pour mener à bien sa mission, c’est bien derrière que tout commence.

La jeunesse en première ligne

Face à la France, le nouveau coach de l'Italie tient à être très clair : si un doute existe autour de la présence de Balotelli, ou encore de la titularisation d’Insigne, c’est « Sirigu qui débutera dans les buts » . L’ancien dernier rempart du PSG aura la lourde tâche de faire progresser cette Nazionale qui vient juste d’éclore. Mancini l’a dit, cette rencontre est surtout un test pour son équipe, une occasion de la faire mûrir encore plus : « Nous avons beaucoup de jeunes qui doivent gagner en expérience rapidement. Ce genre de rencontre face à un potentiel vainqueur de la Coupe du monde peut servir à renforcer l’esprit de groupe. Cela peut servir pour le futur, même si on ne fera pas tout bien. »


En arrivant à la tête de cet effectif-là, Mancini le sait : il doit d’abord bâtir les bases de ce qui a fait les succès de l’Italie d’antan, à savoir une base défensive fiable. Pour cela, il a décidé de confier le brassard à Leonardo Bonucci, dernier survivant de la BBC, chargé d’épauler son compatriote Alessandro Romagnoli avec qui il joue à l'AC Milan. Reste qu’avoir pour charnière la sixième défense de Serie A n’est pas forcément gage de garanties, et qu’il faut donc programmer le futur.


Caldara, le futur est à toi

Mancini promettait au sortir de la rencontre gagnée lundi contre l’Arabie saoudite (2-1) de faire « jouer les jeunes » face aux Bleus, et nul doute qu’il le fera. L’ensemble du football italien a compris que son équipe nationale ne pouvait plus se reposer sur des trentenaires plus proches de la fin que du début. En défense, Buffon est parti (provisoirement), à l’instar de Chiellini ou encore Barzagli. Et au regard de la qualité de la concurrence, on peut légitimement se demander combien de temps Bonucci pourra profiter de son nouveau statut de capitaine.


Outre Alessio Romagnoli, Bonucci peut légitiment craindre l’arrivée de Mattia Caldara. Celui qui vient de fêter ses 24 ans rejoint la Juventus comme prévu cet été et va entrer dans la rotation après deux saisons pleines à l’Atalanta. Autoritaire et talentueux, le natif de Bergame illustre bien l’éternel dilemme qui s’offre à la Nazionale : se reconstruire partiellement ou tout redémarrer à zéro. La présence de Balotelli, absent depuis quatre ans, montre que Mancini approuve ce nouveau cycle qui se met en place de l’autre côté des Alpes. À lui désormais de faire en sorte d’opérer une refondation en profondeur.

Par Andrea Chazy
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

International - Amical - France-Italie




Dans cet article


Hier à 15:01 Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 11 Hier à 14:41 Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 23

Le Kiosque SO PRESS

À lire ensuite
Le boss, c'est Hugo