Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // CDM 2022
  2. // Qualif
  3. // Irlande du Nord-Italie (0-0)

Italie : barrages, ô désespoir

Quatre mois après avoir été sacrée sur le toit de l’Europe, voilà l’Italie forcée de passer une nouvelle fois par la case « barrages » pour espérer prendre part à la prochaine Coupe du monde. Impensable, mais bien vrai.

Modififié
L’Italie aurait dû se douter que quelque chose ne tournait pas rond. Il y a trois jours, à l’heure où la Nazionale s’apprêtait à recevoir la Suisse dans un face-à-face à couteaux tirés, Giampiero Ventura mettait un terme définitif à ses activités dans le monde du football. Une coïncidence ? Sûrement, mais quand on se rappelle que l’ancien sélectionneur avait échoué à qualifier l’Italie au Mondial russe, soixante ans après la dernière sortie de route italienne dans l’exercice, le symbole apparaît plus fort que jamais. D'une tragi-comédie sans nom. Comme s'il était gravé dans le marbre que tout ce que ferait Ventura, de près ou de loin, affecterait la sélection transalpine jusqu’à son dernier souffle. Forcément, pour ne rien arranger, le septuagénaire aux allures de chat noir n’avait pas pu s’empêcher d’annoncer ceci à la Stampa le jour du match : « Je souhaite bonne chance à Mancini et j’espère qu’il pourra aller au Mondial et le gagner. (...) J’en suis sûr : on ira au Mondial. » Évidemment, rien ne s’est pour l'instant passé comme prévu.

La fête est finie

Si l’Italie n’a donc pas battu la Suisse (1-1) avec un (nouveau) penalty manqué par Jorginho (son candidat le plus sérieux pour le Ballon d'or) comme au match aller, l’équipe de Roberto Mancini n’est même pas parvenue à faire chavirer l’Irlande du Nord à Belfast ce lundi soir. Un nouveau score nul et vierge, d’une pauvreté proche du niveau affiché par l’Italie en 2017, qui ferait presque oublier les derniers mois de rêve vécus par la Botte toute entière. Ce temps où l’Italie faisait chavirer l’Angleterre à Wembley pour devenir championne d’Europe, ce temps où l’Italie a battu le record d’invincibilité (37 matchs consécutifs), ce temps où l’Italie enchantait même les observateurs français par son jeu, par son style offensif et emballant. À la place, revoilà cette Italie incapable de créer du danger, stérile au possible, et qui est même passée pas loin de s'incliner face à l'Irlande du Nord.

Mais attention : si la Suisse a composté son billet pour Doha en première classe en doublant l'Italie au buzzer, elle le doit à deux facteurs. À sa régularité, déjà, et à ses progrès constants depuis plusieurs mois. Mais aussi et surtout à la capacité fascinante de cette Italie à se noyer seule dans un verre d’eau. Face aux Suisses, la troupe de saltimbanques italienne n’a pas saisi les opportunités qui se présentaient à elle pour tuer le suspense. Au Parc Saint-Jacques, Yann Sommer est parvenu à dégoûter les Azzurri (0-0) qui auraient dû à ce moment-là siffler la fin de la récré. Ce lundi soir, c’est ce que confirmait entre les lignes Mancini au sortir de la déroute en Irlande du Nord : « C’est dommage parce que le groupe aurait dû être conclu avant ce match. On doit seulement retrouver ce qui nous a distingués jusqu’à aujourd’hui, et penser que nous avons raté deux penaltys dans des matchs décisifs (contre la Suisse). Quand tu ne marques pas les occasions que tu as, tu peux clairement te retrouver en difficulté. » Eh oui, aujourd’hui, c’est trop tard.

Le doute est de retour

Sans perdre un seul match durant ces éliminatoires, l’Italie se retrouve pourtant en barrages. En 2017 - année que s'étaient efforcés d'oublier la majorité des tifosi transalpins-, elle avait dû logiquement laisser passer l’Espagne devant elle. Cette fois, c’est la Suisse qui lui a grillé la politesse. C’est cette même Nati que la Nazionale avait brisée à l’Euro (3-0) sans trembler du début à la fin, elle aussi privée de certains cadres dans le sprint final (Embolo et Xhaka entre autres), qui s’endort ce soir avec des rêves plein la tête. Du côté des ouailles de Mancini, les prochaines semaines s’annoncent longues.


Le tirage au sort des barrages aura lieu le 26 novembre, date à laquelle l’Italie saura quelles seront les deux équipes qui se dresseront potentiellement sur sa route. Les noms déjà présents font froid dans le dos : Portugal, Russie, Pologne ou encore le cauchemar suédois ont déjà réservé leur printemps pour en découdre. Pendant ce temps-là, le sélectionneur italien poursuit son discours positif au possible pour chasser l’ombre du doute qui se fait de plus en plus pressante : « On doit récupérer des forces pour les barrages en mars. Si on ira au Mondial ? Je suis totalement confiant, et peut-être même que nous le gagnerons... » Après avoir transformé une équipe à l'agonie en machine à gagner, voilà que l'homme providentiel doit s'acquitter d'une nouvelle mission : réparer sa création pour ne pas manquer une deuxième Coupe du monde de suite. Dans l'histoire, ce n'est jamais arrivé. Et si cela devait se produire, cela ne servira à rien d'en vouloir à Ventura.

Par Andrea Chazy
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi
Hier à 07:26 EuroMillions mardi 7 décembre 2021 : 143 millions d'€ à gagner !
Hier à 18:07 Découvrez les tirages photos So Foot à offrir à Noël ! Hier à 17:23 La CAN pourrait être délocalisée au Qatar 137 Hier à 15:04 Affaire de la sextape : Karim Zenati fait aussi appel 23 Hier à 14:26 Joey Barton relaxé par la justice anglaise 9
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 12:06 Javier Tebas charge Florentino Pérez au sujet des accords commerciaux de la Liga 23