Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Séville-Inter (3-2)

L'Italie au tapis

Défaite par Séville en finale de C3 vendredi soir (2-3), l'Inter d'Antonio Conte vient conclure une décennie noire pour le foot italien : aucune Coupe d'Europe remportée, une première dans l'histoire du pays, ce qui vient souligner le gouffre qui s'est progressivement creusé entre la Serie A et les trois autres championnats majeurs (Liga, Premier League et Bundesliga).

Modififié
Mathieu Kassovitz est un drôle de type. En plus de vingt ans de carrière cinématographique, le fantasque réalisateur a pondu les nanardesques Babylon A.D. et Gothika, mais aussi ce qui est souvent cité comme le meilleur film français des années 1990, La Haine, dont est issue cette citation coup de poing : « C'est l'histoire d'un homme qui tombe d'un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : "Jusqu'ici tout va bien. Jusqu'ici tout va bien. Jusqu'ici tout va bien. Mais l'important, c'est pas la chute, c'est l'atterrissage." » Vingt-cinq ans après le cultissime long-métrage, l'emblématique punchline n'a jamais semblé aussi bien coller aux basques du football italien, dominateur, furieusement virtuose au cours des années 1990, mais désormais tristement dépassé sur la scène continentale.

L'équilibre, une obsession mortifère


Ce vendredi soir, l'Inter d'Antonio Conte n'a pas échappé à la logique sportive qui régit désormais le foot européen. Dans un match tactique, cérébral, spectaculaire en première période, puis crispant en seconde, elle a craqué, terrassée par un retourné acrobatique de Diego Carlos, qui enterrait les espoirs d'une équipe ensuite sans réaction. Il y a beaucoup à dire sur ce revers-là, en premier lieu la portée symbolique qu'il revêt : pour la première fois depuis l'existence des coupes d’Europe, l'Italie vient de traverser une décennie sans glaner le moindre trophée. Antonio Conte avait pourtant prévenu son monde avant la finale : « Nous ne nous considérons pas comme les sauveurs du pays. » À raison. La Botte n'a eu ni héros ni miracle. Reste encore à trouver pourquoi. Dans le cas de l'Inter vendredi soir, l'argument économique est hors sujet. Arrosés en cash par leur actionnaire, Suning, les Nerazzurri ont un portefeuille notoirement plus épais que celui du Séville FC.


Alors, à qui la faute ? Peut-être à une certaine idée du football. Ce vendredi, encore une fois, Antonio Conte a commencé la rencontre avec D'Ambrosio, défenseur de formation, au poste de piston, pour blinder son aile droite, et Gagliardini dans l'entrejeu, pour casser les circuits de passes adverses. Christian Eriksen, le meilleur technicien nerazzurro, restait lui cantonné au banc. Une fois de plus. Là encore, le Mister lombard était clairement dans une recherche de l'équilibre attaque-défense, plutôt que dans l'idée de déstabiliser prioritairement l'adversaire. Le contenu du match raconte évidemment une histoire plus complexe et nuancée, mais, à l'heure de noter les copies, on ne peut nier l'évidence, surtout au regard du second acte interista, pauvre en occasion et en rythme. Ces 45 ultimes minutes ont finalement été l'illustration d'une équipe certes redoutable en contre, mais trop limitée techniquement et collectivement pour prendre l'initiative et écrire le scénario d'une finale comme celle-ci.

L'exception bergamasque


Alors que l'Inter vient de fléchir face à Séville, comme la Juve par deux fois en finale de C1 en 2015 et 2017, il convient de se demander si le logiciel tactique et idéologique du football italien ne peine pas à se renouveler, au très haut niveau européen. La Serie A, désormais moins pourvue en droits TV que ses homologues du Big 4, a globalement moins d'arguments économiques que la Premier League et la Liga, et va devoir pourtant compenser la différence en faisant plus avec moins. Ce que n'a précisément pas fait la Juventus depuis deux ans, dont le projet collectif est pour le moins chancelant. L'Inter, certes transformée par la patte Conte, doit encore prouver que son style anachronique est capable de refaire briller son nom sur le continent. Naples, depuis le départ de Sarri, semble tristement régresser, plombé par le conservatisme et la frilosité tactique de Gattuso. Milan reste un club éminemment malade. Finalement, seule l'Atalanta, porte-étendard d'un football de mouvement, travaillé au millimètre offensivement, semble avoir embrassé la modernité qui manque cruellement au football italien. La Serie A n'a donc peut-être pas fini de chuter. Une certitude demeure : si rien ne change, l’atterrissage n'en sera que plus douloureux, d'ici quelques années.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom

Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom
Hier à 12:09 L'ONU pointe du doigt le transfert de Kwang-song de la Juve au Qatar 55 Hier à 11:58 Plus que 2 jours pour voir la collection de tirages So Foot de septembre !
Hier à 11:08 Kevin-Prince Boateng se relance à Monza 12 Hier à 10:58 Des U18 attaqués par une bande armée lors d’un match à Reims 132