Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Inter-Sampdoria

Inter de promesses

Avant que le coronavirus ne gèle la Serie A, les Nerazzurri restaient sur deux défaites en championnat face à la Lazio et la Juve, la formation d'Antonio Conte donnant l'impression d’être en train de s’essouffler. Mais le recrutement de Christian Eriksen au mercato hivernal et la longue pause imposée par la crise sanitaire ont pu recharger les batteries de la formation interista. Premiers éléments de réponse ce dimanche soir, face à la Sampdoria.

Modififié
Le monde entier le sait : Antonio Conte, en perfectionniste maladif, n'est pas quelqu'un qui se satisfait de peu. Son Inter, tenue en échec par le Napoli ce 13 juin au San Paolo (et battue 1-0, au match aller), vient de se faire sortir de la Coupe d'Italie, mais l'ex-Juventino ne s'en formalise pas. Nettement dominateurs, les Lombards se sont cassé les dents sur un excellent David Ospina, et Conte, pas fou, sait bien que le score final ne rend pas forcément justice au déroulé de la partie : « On a vu beaucoup de grandes parades d'Ospina. Ce soir, je préfère voir le verre à moitié plein. Je suis satisfait du contenu du match, c'est le football qu'on veut jouer, on a dominé cette rencontre et on s'est créé beaucoup d'occasions. »

Eriksen, le changement, c'est maintenant


Difficile de prétendre le contraire. Pour son match de rentrée post Covid-19, l'Inter a globalement convaincu. Face à Naples, le 3-5-2 de Conte a carburé comme le Mister le veut, à l'exception notable de la phase de finition, encore brouillonne. Ce détail mis à part, le travail en pivot de Lukaku a bonifié le collectif, les remplaçants – notamment Sánchez ou Moses – ont apporté un zeste bienvenu de peps, quand les pistons – Candreva et Young – ont bien cavalé sur les côtés. Un homme aura plus particulièrement attiré la lumière des projecteurs : Christian Eriksen, buteur chanceux grâce à une bourde d'Ospina sur corner et auteur d'un match plutôt convaincant. Transféré cet hiver moyennant vingt millions d'euros, le meneur de jeu danois de 27 ans sera peut-être le facteur X de l'Inter en cette fin de saison et devrait inciter Conte à rebattre quelques cartes dans l'entrejeu.



Face au Napoli en Coppa, ce dernier avait ainsi opté pour un milieu résolument offensif avec trois joueurs au profil plutôt créatif. À savoir Brozović, Barella et donc Eriksen. Sur le papier, l'idée est simple : les deux premiers cités doivent théoriquement évoluer un cran plus bas que l'ancien Spur, délesté de davantage de tâches défensives. Cette saison, Conte avait auparavant souvent opté pour un milieu plus conservateur, notamment en titularisant sa grande asperge uruguayenne, Matías Vecino. Légèrement blessé, le joueur de la Céleste ne devrait pas jouer face à la Sampdoria ce week-end et son retour dans le onze type dans les semaines à venir reste incertain. À terme, la composition du trio qui animera le milieu interista dépendra des résultats que les Nerazzurri obtiendront, même si Conte a vu davantage de promesses que de déceptions dans la copie rendue par ses poulains face au Napoli.

Le sprint final


Le milieu de terrain ne sera néanmoins pas le seul élément qu'il faudra soigneusement scruter, côté lombard. Défensivement, le recrutement de Diego Godín – actuellement blessé – ressemble pour l'instant à un échec, et Conte semble désormais lui préférer le minot Alessandro Bastoni (21 ans) pour tenir la baraque dans sa charnière à trois. Pour l'instant, le ragazzo a plutôt donné satisfaction, mais doit encore confirmer sur la durée. Aux avant-postes, c'est Lautaro Martínez qui risque de filer des maux de crâne à Conte : lourdement dragué par le Barça, l'Argentin – dont la clause libératoire est fixée à 111 millions d'euros – devra garder toute sa tête à Milan pour que le club atteigne ses objectifs esquissés en début de saison. Des objectifs lointains, mais pas encore inatteignables : à neuf points de la Juve, mais avec un match de moins que les Bianconeri, les Interisti (à qui il reste treize rencontres à disputer en championnat) ne sont pas encore complètement largués dans la course au Scudetto.



Par ailleurs, si Conte ne snobe pas la Ligue Europa, l'Inter peut aussi s'offrir quelques frissons européens d'ici la fin de la saison. Le 5 ou 6 août, les Nerazzurri joueront leur qualification pour les quarts de finale face à Getafe sur un match sec, alors que la Serie A aura pris fin quelques jours auparavant. Si les hommes qui constituent son onze type s’avèrent à plat après cette fin d'exercice 2020 survitaminée, la formation lombarde pourra s'appuyer sur la densité de son effectif, puisque le club peut toujours faire surgir du banc Danilo D'Ambrosio, Kwadwo Asamoah, Victor Moses, voire Stefano Sensi. C'est finalement encore Conte qui résume le mieux ce qui attend prochainement les siens : « Il est clair que nous avons une très faible marge d'erreur, mais nous voulons jouer ce sprint final au maximum sans nous fixer de limite. » Signe que les mois à venir convoquent quelques peurs, mais sans doute encore davantage de promesses pour cette Inter-là.

Par Adrien Candau Tous propos issus de La Gazzetta dello Sport
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

Hier à 18:08 Les finales de Coupe de France et de la Ligue se joueront devant 5000 personnes 9 Hier à 17:52 Le calendrier de la prochaine saison de Ligue 2 dévoilé 3
Hier à 17:34 Un joueur amateur italien viré pour injures racistes et misogynes 62
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 12:32 La Ligue des champions asiatique va reprendre 1 Hier à 11:50 Quatre nouveaux cas de Covid-19 détectés à Nashville 1