Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Hoffenheim-Lyon (3-3)

Indéchiffrables Lyonnais

On a cru un moment qu'ils allaient prendre l'eau. Puis qu'ils allaient faire le gros coup du soir. Enfin, sur une énième largesse défensive, les Lyonnais ont dû se contenter d'un match nul équitable sur la pelouse d'Hoffenheim. Le tout en livrant une nouvelle performance au-delà de la rationalité, entre porosité défensive alarmante et génie offensif désarmant.

Modififié
Jean-Michel Aulas avait dit qu'un match nul serait un exploit. Il devrait logiquement être euphorique ce soir après le partage des points entre son Olympique lyonnais et Hoffenheim. Sauf que le scénario du match – une victoire qui tendait les bras à l'OL à une minute de la fin – lui reviendra potentiellement en pleine figure au soir de la sixième journée, si son équipe n'est pas dans les deux voire trois premiers de son groupe. Car avec une victoire en terre allemande, Lyon serait encore premier de sa poule devant Manchester City et à distance très respectable du Shakhtar Donetsk (5 points) et Hoffenheim (6 points). De quoi aborder le retour contre les Allemands à Décines pour valider le ticket. Quoique, le onze de Bruno Génésio serait bien capable, dans une telle configuration, d'en prendre 4 à la maison et de relancer la compétition.

Le paradoxe lyonnais


Le match de Lyon est à l'image de sa saison : illisible. Capable du pire comme ce trou noir durant la seconde partie du premier acte, qui aurait pu – ou dû – permettre à Hoffenheim de prendre le large. Capable du meilleur aussi, avec deux buts sur deux exploits individuels de Memphis Depay et Tanguy Ndombele. D'un match qui aurait pu tourner au fiasco, l'OL a failli faire un coup de maître. Et d'un coup de maître, l'OL a failli faire un mauvais gag avec l'égalisation tardive et grossière des Allemands. De quoi mettre en lumière le paradoxe lyonnais depuis le début de la saison : en difficulté face aux équipes dites plus faibles, mais admirable face à un Manchester City qui marche sur tout le reste de l'Europe.


Bis repetita après le Shakhtar


Le double visage lyonnais s'était déjà exprimé à huis clos contre le Shakhtar Donetsk : une grande partie du match à subir le jeu collectif léché des Ukrainiens, sans solution, avant un sursaut d'orgueil à 0-2 qui était proche d'offrir une deuxième victoire aux Gones. Contre Hoffenheim, l'ambivalence des hommes de Bruno Génésio a été encore plus flagrante : un très bon début de match, puis un but surprise quand les Allemands commençaient à prendre le dessus. Avant un siège en règle de la défense lyonnaise, incapable de protéger ses ailes. On pourra prétexter l'absence préjudiciable de Nabil Fekir. Certes, le champion du monde manque à Lyon comme il manquerait à la plupart des équipes du Vieux Continent.


La folie lyonnaise


Mais même avec lui, l'OL souffle le chaud et le froid depuis le début de saison sans que l'on ne sache à quelle logique répondent les soubresauts lyonnais. Un manque d'intensité derrière peut-être ? Sur le second but d'Hoffenheim, en tout début de second acte, Bertrand Traoré se fait manger par son adversaire direct et n'offre qu'une opposition timide sur la frappe qui crucifie Anthony Lopes. Et paradoxalement, le même Traoré fait l'effort à la 89e de revenir pour éteindre un énième incendie dans la défense lyonnaise. À chaque coup d'envoi depuis le début de la saison, il est impossible de dire, ni même d'entrevoir, ce que va être le niveau de jeu de l'OL. Force ou faiblesse ? Pour l'instant, les protégés de Jean-Michel Aulas sont 4es de Ligue 1 et 2es de leur groupe en C1. Ce qui sous-entend que leur inconstance ne les a pas durablement pénalisés. Difficile d'imaginer si l'OL pourra continuer de la sorte jusqu'au mois de mai. Une chose est néanmoins rassurante : les matchs couperets à l'échelle européenne nécessitent de la folie. Et de la folie, ce Lyon-là n'en manque pas.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 15:45 Harry Redknapp au casting d'une télé-réalité en Angleterre 21 Hier à 12:59 Entraîneurs de Premier League : une stabilité inédite 22

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 12:52 René Girard à Casablanca, c'est déjà fini 14 Hier à 12:00 Venez regarder un match chez So Foot ! 11 Hier à 11:54 Les Chivas sortent un maillot rétro pour le Mondial des clubs 22
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
À lire ensuite
Lyon ne méritait pas mieux