Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. // Foot & Histoire

Il y a 100 ans, la grippe espagnole menaçait le foot...

La mémoire collective est parfois sélective. Si tout le monde se souvient de la boucherie de la grande guerre, qui garde en mémoire qu’en 1918 et 1919, une impitoyable faucheuse a raflé plus de vies que le conflit mondial ? La grippe espagnole, une des pires épidémies de l’histoire récente, porta aussi un coup très dur au football qui commençait tout juste à se développer véritablement un peu partout sur le Vieux Continent, et dans le monde.

Le foot retient son souffle en ce mois de mars 2020. Le coronavirus plane comme une menace fantôme sur sa belle routine, ses finances ou bénéfices. Une épidémie inattendue qui pourrait même saborder partiellement ou totalement cet Euro 2020 organisé dans 12 pays et donc supposant d’importantes visites de fans étrangers. Mais voici plus de cent ans déjà, le petit monde du ballon rond dut composer avec une maladie terrifiante dont les spécialistes estiment le nombre de victimes entre 50 millions et 100 millions à travers le monde. Un raz-de-marée sanitaire qui devint mondial, et dont l’ampleur conduit par exemple le Canada - grand pourvoyeur de soldats pour sa gracieuse majesté qui revint d’Europe avec ce terrible cadeau - à l’annulation de la mythique Stanley Cup en hockey sur glace. Dans l’Hexagone, parmi les plus célèbres victimes, on recense le poète Guillaume Apollinaire, qui succomba à 38 ans, déjà amoindri par une blessure de guerre, ainsi qu’Edmond Rostand, le papa de Cyrano de Bergerac.

Un bleu pris par la grippe


Et aussi par exemple un certain Marius Royet, un ancien de l’US Parisienne, club pionner de « l’Association » dans la capitale et qui s’avéra alors un des rares à rencontrer, en ces temps originels, la Juventus lors d’un tournoi international. Son nom est forcément un peu tombé dans l’oubli depuis, bien qu’il représenta aussi probablement un des « cadres » de la sélection nationale naissante, à en croire en tout cas le site de la FFF qui le sanctifie du grand mérite de « premier recordman des sélections en 1908, après avoir joué neuf des dix premiers matchs de l’équipe de France  » . Prisonnier de guerre, il décède pour sa part en novembre 1918, hospitalisé à Mannheim, chez l’ennemi allemand, de cette grippe improprement attribuée à nos amis d’outre-Pyrénées, et qui a décidé de prendre le relais des tranchées et du gaz moutarde. Tragique ironie, quand on se rappelle qu’en juillet 1918, un journaliste du Matin expliquait fièrement qu' « en France, l’épidémie est bénigne : nos troupes en particulier y résistent merveilleusement. Mais de l’autre côté du front, les Boches semblent très touchés par elle. Est-ce le symptôme précurseur de la lassitude, de la défaillance des organismes dont la résistance s’épuise ? » Scoop dont il est bon de se souvenir, les virus ignorent le chauvinisme.


Il faut dire que les États sont débordés, surtout après quatre ans d’efforts de guerre, et que le système de santé, sans parler de la médecine en général, s’avèrent incapables d’affronter cette contagion, d’autant plus qu’une grande partie des toubibs et infirmières sont encore mobilisés au chevet des Poilus. Sans compter que les mouvements de populations, de réfugiés et le retour des prisonniers de guerre favorisent la circulation du virus (pas besoin des déplacements de supporters donc). Les plus épargnés peuvent réagir et parfois, au regard de leur situation géographique, contenir le problème. L’Australie interdit toute manifestation publique qui pourrait favoriser la promiscuité : bals, concerts et rencontres sportives. D’aucuns pensent que le soccer, présent pourtant depuis 1880, en fut la principale victime collatérale, entravé à jamais dans son implantation face à ses rivaux ovale ou footsie.

Dix ans pour s’en remettre


Grand paradoxe de l’époque. Le conflit constitua une période très favorable pour la démocratisation du football et l'accroissement du nombre d’adeptes (parmi les troufions qui s’ennuyaient ferme entre deux boucheries et auxquels on distribuait des ballons). En revanche, la grippe espagnole faillit s’avérer impitoyable et contrecarra longuement cet élan. De nombreux clubs virent fondre leur effectifs, et la toute neuve FFF fondée en 1919 mettra plus de dix ans à s’en remettre pour enfin aligner des stats dignes du statut de sport numéro 1... En Suisse de même, en 1918-1919, la saison est un cauchemar entre l’hécatombe virale d’un pays épargné jusqu’à présent puisque « neutre » , et les privations de charbon qui bloquent la circulation des trains le dimanche. En Angleterre, Mickaël Correia, dans son livre Une histoire populaire du football, signale l’exemple de ces pionnières du foot féminin, ces fameuses « Munitionnettes » , décimées par la maladie, comme par exemple en novembre 1918, celles d’Armstrong-Whitworth, deux joueuses seulement pouvant se présenter pour le match, les autres étant atteintes par la grippe espagnole. Une anecdote à garder en mémoire quand vous regarderez PSG-Dortmund à huis clos devant votre écran.

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

PUTACLIC! Simão intronisé entraîneur de Mouscron 13 Hier à 16:11 Vers la création d'une Premier League européenne ? 142
Hier à 15:55 Viens fêter les 10 ans du magazine Pédale! dimanche 1 Hier à 15:43 Taye Taiwo rejoint la nouvelle franchise de Palm Beach 22
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom
PUTACLIC! Thomas Deniaud meilleur que Van Basten 14
Hier à 12:33 Quand Bruno Martini comparait Guy Roux à une pièce de jeu d'échecs 5 Hier à 11:33 Pedro Martins encense Villas-Boas et félicite Valbuena 9 Hier à 11:12 La magnifique volée de Buballa avec Sankt Pauli 6 Hier à 10:45 Des précisions sur le futur format de la C1 48 Hier à 10:06 Eto'o s'en prend à France Football 26 Hier à 08:54 Une ministre brésilienne demande que Robinho soit immédiatement envoyé de suite en prison 48 Hier à 08:41 Marx Lênin débarque en D2 russe 59