Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // Foot & Mercato

« Il n'y a pas de bulle spéculative attachée au mercato »

Après l'euphorie consensuelle de la Coupe du Monde en Russie, le mercato ramène le foot aux belles et dures réalités de son capitalisme si particulier. Si beaucoup annoncent l'explosion en vol de nos clubs sous le poids des montants astronomiques des transferts de certaines stars, Bastien Drut, économiste du sport, et auteur de l'ouvrage « Mercato : L’économie du football au XXIe siècle » (Bréal), anticipe davantage le risque d'une mutation profonde du système au détriment de ses fondements historiques.

Modififié
Dans votre livre, vous expliquez qu'il n'existe pas, contrairement aux idées reçues, de bulle spéculative dans le football professionnel. Tout va bien alors ?
Je voulais essentiellement préciser que les fantastiques dépenses des gros clubs, qui ont fait couler tant d'encre et susciter tellement d'inquiétudes, et qui se sont en effet énormément accrues ces trois dernières années, ne sont pas du tout déconnectées de la croissance des recettes de ces grandes maisons du foot européen. Personne ne semble regarder la ligne des recettes, et pas seulement les droits TV, quand il s'agit d'examiner les comptes du Barça ou de Manchester United. Or il est impossible de comprendre comment des transferts à plus de 100 millions d'euros peuvent survenir et se multiplier si on n'a pas ces données en tête. Prenons le cas de la Juventus qui vient de s'octroyer les services de Cristiano Ronaldo, qui a souligné qu'en cinq ans, la Vieille dame avait doublé ses ressources économiques propres ?

Le PSG n'est donc pas finalement une exception ?
Loin de là. Le PSG n'a rien de surréaliste. Son budget ne dépasse pas celui du Barça, de Manchester ou du Real. Il appartient juste à la catégorie des gros clubs et se comporte comme tel sur le marché des transferts.

Le mercato demeure-t-il encore un moment charnière dans la stratégie de développement des clubs ?
Pas seulement , mais il est clair que leur politique de recrutement reste un peu leur cœur de métier. Et dans certains cas, le transfert d'un joueur peut impliquer d'énormes conséquences pour le versant « business » du club.
« Neymar est autant un grand joueur qu'un vecteur pour trouver des sponsors et des revenus à l'international. »
Pour en revenir au cas de la Juventus, il s'avérait économiquement important d'attirer CR7 dans leur effectif. Cela suppose, ou laisse espérer, des millions de followers en plus sur les réseaux sociaux et des recettes de sponsoring qui vont augmenter. Le contrat avec l'équipementier va forcément être revu à la hausse, voire doublé. Le sponsor maillot va être contraint de renégocier avec le club. Le mercato peut donc offrir l’opportunité de changer la donne quant à l'économie générale des clubs, ce qu'a essayé de réaliser le PSG avec Neymar, qui est autant un grand joueur qu'un vecteur pour trouver des sponsors et des revenus à l'international.

La Coupe du Monde constitue-t-elle encore un formidable accélérateur pour le mercato ?
Disons que cette tendance était très marquée dans le passé. Les stars révélées durant un Mondial profitaient d'un formidable coup de projecteur. Elles étaient ensuite souvent appelées par les plus grand clubs. C'est beaucoup moins vrai aujourd'hui. Les efforts de recrutement des principaux acteurs en Europe se sont intensifiés ces dernières années. Des réseaux de recruteurs parcourent la planète, les cellules des clubs travaillent à l'aide de puissantes bases de données. Monaco recrute par exemple les joueurs très jeunes, les fait monter en puissance et les revend à prix d'or, avec bien sûr le cas exceptionnel de Kylian Mbappé. Bref, le temps s'est accéléré. Quatre ans ne suffisent plus. L'éclosion des grands joueurs est de plus en plus rapide et précoce. Regardons la situation de Mbappé. Finalement, la Coupe du Monde n'a été que la confirmation de son destin, alors qu'il y a dix ans, elle aurait signifié sa révélation. Le Mondial conserve toutefois un impact sur le mercato. Ce n'est pas un hasard si les joueurs dont on parle beaucoup sont les Belges ou les Croates.

Existe-t-il malgré tout des risques liés à l'évolution actuelle du mercato ?
Selon moi, comme je le détaille dans la seconde partie de mon livre, le danger principal ne réside pas dans une hypothétique déflagration d'une bulle spéculative, mais davantage dans l'installation et l'affermissement structurel d'un football à deux vitesses. Il a toujours existé des écarts et des « gros » : avant Paris, il y avait Lyon, qui succédait lui-même à Marseille.
« Les conditions n'ont jamais été autant réunies pour qu'advienne la fameuse Super League dont on parle depuis si longtemps. Ce qui est en jeu, c'est tout simplement la survie des compétitions telles que nous les connaissons actuellement. »
Cependant, quand on regarde le fossé entre les gros et petits dans le foot professionnel à l'échelle européenne, il a, pour le coup, explosé. Les recettes des petits clubs n'ont que fort peu progressé en Ligue 1. Pareil en Liga. Les conditions n'ont jamais été autant réunies pour qu'advienne la fameuse Super League dont on parle depuis si longtemps. Ce qui est en jeu, c'est tout simplement la survie des compétitions telles que nous les connaissons actuellement. Il est très frappent de voir que l'idée d'une Super League revient de plus en plus dans les discussions depuis deux ans. Il en avait été beaucoup question au moment du référendum en Catalogne, une solution possible si le Barça ne concourait plus en Liga. Deuxième alerte, le renouveau de la Coupe du Monde des clubs, sous un format plus étoffé que sa version actuelle. Cette proposition dans les cartons de la FIFA avait l'assentiment - on imagine pourquoi - des grands clubs du Vieux Continent. Le risque se précise pour qu'à terme ces derniers fassent sécession, au moins partiellement, pour vivre leur « vie » à leur « niveau de vie » .

Propos recueillis par Nicolas Kssis-Martov Lire : « Mercato : L’économie du football au XXIe siècle » (Bréal)
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:53 Le coup de gueule de Didier Quillot après les multiples reports en L1 86 Hier à 16:04 Trêve de publicité pour les paris en ligne en Grande-Bretagne ! 15
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 08:58 Tony Chapron : « La VAR n’est pas juste » 125