Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // RB Salzburg-Marseille

Idylle Rami

Ce jeudi soir, l'OM se déplace probablement chez l'adversaire le plus coriace de son groupe de Ligue Europa. Heureusement, Marseille pourra compter sur son patron de la défense, Adil Rami.

Modififié
On joue la 25e minute lors de ce barrage retour de Ligue Europa entre Marseille et Domžale. Après un choc aérien, Adil Rami reste au sol de longues minutes. Il est mal retombé et se tient l’épaule. Le match, que l’OM finira par remporter tranquillement (3-0), est déjà terminé pour lui. La crainte sur sa durée d’indisponibilité ferme le visage de Rudi Garcia, inquiet malgré la qualification. Trois jours plus tard – il y a pile un mois aujourd’hui –, Marseille s’en va défier l’AS Monaco, son bourreau de la saison dernière, à Louis-II.


Forcément, Adil Rami est forfait. Le technicien marseillais décide d’empiler les défenseurs pour compenser son absence. Pari perdant, l’OM se fait déchirer 6-1 et repart du Rocher la joue et les fesses toutes rouges. On dit souvent que les absents ont toujours tort, mais ce soir-là, le grand absent avait raison. Adil Rami, quoi qu’on en dise, est le véritable patron de la défense marseillaise et il est déjà indispensable à son équipe.

Toujours présent


À son arrivée sur la Canebière, Adil Rami a été accueilli avec scepticisme par bon nombre de supporters marseillais. Trop lourd, trop lent, trop vieux, pas assez bon relanceur, pas à la hauteur des ambitions affichées par le projet marseillais... Bref, malgré son expérience, son CV très honnête (Séville, Valence, AC Milan), son passé victorieux avec Rudi Garcia à Lille et son affection sincère pour le club, l’international français ne fait pas l’unanimité. Pourtant, depuis deux ans, Marseille doit composer en défense centrale avec Nicolas Nkoulou, Jérémy Morel, et plus récemment Rod Fanni, Rolando, Dória, Tomáš Hubočan et Karim Rekik. Sans contestation possible, Adil Rami se situe quelques crans au-dessus de n’importe quel défenseur central de l’effectif marseillais.


Force est de constater qu’après presque deux mois de compétition, Adil Rami s’est imposé comme le véritable patron de la défense marseillaise. Largement décriée pour sa fébrilité, l’arrière-garde phocéenne repose sur peu de certitudes. À savoir la capacité de Hiroki Sakai à multiplier les efforts dans son couloir droit et celle d’Adil Rami à répondre présent dans chaque duel. Très rarement bousculé dans les un-contre-un, toujours prêt à aller au combat et surtout incroyable de domination dans le domaine aérien où il vient chercher absolument tous les ballons, Adil Rami ne déçoit pas. Bien sûr qu’il a quelques défauts, notamment deux ou trois déchets dans la relance à chaque match, mais le boulot est fait. Quoi qu’il arrive.

Déjà indispensable


La seule rencontre où Rami est passé au travers, c’est face à Rennes. Son premier match depuis sa blessure, où il n’était clairement pas à 100 %. Et également le premier match d’Aymen Abdennour quelques jours après son arrivée sur la Canebière. Autant dire que le Tunisien ne lui a pas facilité la tâche, étant complètement hors de forme. En atteste sa sortie sur blessure plus d’un quart d’heure avant la fin du match. Depuis, Adil Rami n’a pas manqué une seule minute. Toujours gêné à l’épaule, il serre les dents pour jouer malgré sa blessure, bien conscient qu’à l’heure actuelle, l’OM ne peut pas faire sans lui. Il serait peut-être temps de reconnaître que son recrutement n’était pas une si mauvaise idée que ça.

Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico
Hier à 18:05 La FIFA suspend trois dirigeants nord-américains à vie 7
Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
Hier à 14:22 Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 16