Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Quarts
  3. // Uruguay-France

I can't get no satisfaction

Vu les attentes placées en elle et l'engouement né de la victoire contre l'Argentine, l'équipe de France subirait un véritable crash en cas d'échec. Et alors qu'en 2014, on pouvait trouver quelques motifs de satisfaction malgré la défaite, cette fois, les Bleus n'ont aucune chance d'en sortir la tête haute.

Modififié

Le sous-titre fait dans l'informatif. « 10h45 : aéroport de Moscou. » Les globe-trotteurs, les hommes d'affaires et ceux qui passent leur temps libre à jouer à Flight Simulator hausseront un sourcil, heurtés par tant d'imprécision. En effet, la capitale de la Russie compte trois aéroports internationaux différents. Mais quand on est le community manager de la FFF, on ne s'encombre pas avec ce genre de détails. Ce jeudi 5 juillet 2018, comme chaque jour depuis que la Coupe du monde a commencé, la chaîne Youtube de la FFF a publié un clip de quelques minutes dans lequel on aperçoit les Bleus faire un peu tout et n'importe quoi, histoire de nous rappeler qu'ils sont quand même vraiment sympas. Filmé à l'arrache dans le couloir d'un aéroport moscovite – brisons le mystère, il s'agit de l'aéroport de Moscou Sheremetyevo –, valise à la main et casquette sur la tête, Blaise Matuidi n'a pas l'air d'avoir envie de parler. Alors sa phrase commencera à 10h45 pour s'achever à 10h45 : « Direction l'épisode 6, on espère. » Six mots pour parler de l'éventuelle demi-finale comme s'il s'agissait du prochain épisode d'une série Netflix, et le tout sans même fixer l'objectif. L'échange est bref, certes. Mais il est révélateur d'une chose : les joueurs de l'équipe de France ont tout sauf envie de rentrer à la maison. Car vu le potentiel qu'ils ont démontré, une défaite cet après-midi contre les Uruguayens serait bien plus qu'une déception. Il s'agirait d'un véritable gâchis.

Coït interrompu


Si on devait mourir demain ? Vaste question, sur laquelle les plus grands se sont penchés. Pascal Obispo et Natasha St-Pier ont décidé qu'ils s'aimeraient, et c'est tout à leur honneur. Hier et les jours qui ont précédé, les joueurs tricolores ont préféré faire du vaudou pour chasser cette devinette de leur esprit et se concentrer sur leur unique objectif : passer au tour suivant. Hugo Lloris, au micro de l'auditorium du stade de Nijni Novgorod, hier soir : « On y va étape par étape (...) nos têtes sont bien focalisées sur l'Uruguay. » Blaise Matuidi, un jour plus tôt, à Istra : « On est complètement sur l'Uruguay. On a un objectif, c'est de passer les quarts et on va faire le maximum pour que ce soit le cas. »


Passer en demi-finales permettrait dans un premier temps de satisfaire les huiles, à commencer par Noël Le Graët, qui avait pris la parole le 14 juin dernier pour déclarer : « L'objectif pour nous, c'est le dernier carré. » Au-delà de rendre heureux les quinze bureaucrates de la FFF qui fêteront la victoire en mettant leur cravate autour de leur front, les Bleus ont surtout à cœur de surfer sur la vague créée par le 4-3 de samedi dernier. « On ressent l'engouement qu'il y a derrière l'équipe de France » , complétait ainsi Lloris, l'air de vouloir être à la hauteur de ce qu'on attendait de lui et de ses gars. Il faut dire que pour presque 66 millions de Français, une défaite ressemblerait à un horrible coït interrompu. Et ce peu importe le scénario du match.

Marche ou crève


On a l'habitude de dire qu'il y a perdre et perdre. Il y a prendre une rouste et se ridiculiser devant le monde entier, et tomber les armes à la main après s'être mis carpette sur le terrain. C'est cruel à dire, mais pour l'équipe de France, aujourd'hui, il y aurait juste perdre. Même en étant héroïques, les Bleus laisseraient un goût d'inachevé. Dans la bouche des supporters, évidemment, mais avant tout dans la leur. Quelque chose d'immensément amer, un truc tenace qui mettrait un temps fou à s'en aller. S'ils prennent une taule, Deschamps et ses joueurs seront grand-guignolesques. S'ils perdent sur un tout petit score, il n'y aura personne ou presque pour parler de ce concept étrange, mais parfois pertinent qu'est la « défaite encourageante » , contrairement à 2014.


Une époque finalement lointaine où les Bleus étaient aussi arrivés en quarts de finale, mais dans un contexte totalement différent. Et même s'ils s'étaient fait sortir, la machine à excuses avait tourné à plein régime, et la plupart d'entre elles avaient été acceptées par le prof principal intraitable qu'est l'opinion publique. Car une défaite 1-0 contre le futur champion du monde à cause d'un duel perdu par un défenseur de 21 ans, ça reste honorable. Tout le monde rentre à la maison les mains propres et la conscience à peu près tranquille, et rendez-vous dans quatre ans. « On est à notre place » , avait commenté Deschamps après le match. Impossible de l'imaginer prononcer une telle phrase ce soir, et la France aborde son quart de finale avec un petit côté « marche ou crève » . Et la furieuse envie d'avoir l'occasion de tourner d'autres vidéos dans les aéroports russes dans les prochains jours.

Vidéo





Par Alexandre Doskov, à Nijni Novgorod
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

I récup ze ball !

Vidéo



Dans cet article


Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom