Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Bournemouth-Chelsea

Hudson-Odoi, le drôle de casse-tête

Produit phare de la formation des Blues, Callum Hudson-Odoi a traversé un mois de janvier agité : le Bayern l'a dragué, il a voulu tomber dans ses bras, et Chelsea l'a rattrapé par le col. Mais pourquoi toute cette histoire ?

Modififié

Lorsque le ballon est arrivé dans ses pieds, un souffle puissant est monté d'un coup autour de la pelouse du Bridge, comme une invitation au geste de génie. Là-bas, tout le monde sait. Tout le monde sait que Callum Hudson-Odoi a de l'or dans les pieds et qu'il est capable de créer l'exceptionnel sur un pas. Alors, au bout d'une merveille de transversale d'Andreas Christensen, le gosse a pris la main de la perfection : une première touche parfaite, une seconde brillante pour se mettre sur son pied gauche et coucher son garde du corps du soir, Morgan Fox, puis une troisième pour faire lever la foule. Sur le moment, il n'y avait plus rien : plus de rumeur de transfert, rien. Juste la joie sincère d'un mec qui venait alors d'inscrire son premier but lors d'une compétition nationale, le second de sa jeune carrière avec Chelsea après un intérieur du droit déposé dans le petit filet droit du PAOK Salonique en Ligue Europa fin novembre. Puis, tout a repris au coup de sifflet final d'un seizième de finale de FA Cup facilement bouclé par les Blues face à Sheffield Wednesday (3-0). Interrogé par la BBC dans un couloir de Stamford Bridge dimanche soir, Hudson-Odoi a une nouvelle fois été obligé de se justifier. La question était la suivante : alors Callum, c'était un but d'au revoir ? « Je ne sais pas, je ne peux pas dire ça... Je vais continuer de travailler dur, on ne sait jamais ce qu'il peut se passer... »

Une offre à 35 millions de livres


Lundi matin, Chelsea a finalement décidé de siffler la fin de la foire : non Callum, tu n'iras nulle part. Voilà comment devrait se refermer (provisoirement) l'un des dossiers les plus brûlants d'un hiver qui aura vu les Blues prêter Álvaro Morata à l'Atlético, récupérer Gonzalo Higuaín et lâcher soixante-quatre millions d'euros pour s'offrir la vitesse de Christian Pulisic, qui ne débarquera en Angleterre qu'en juin prochain. Le quatrième cas à régler était donc celui de Callum Hudson-Odoi, 18 ans et 88 minutes de Premier League sur le CV, après qui s'est mis à cavaler le Bayern Munich, qui aura formulé quatre offres (la plus grosse a atteint les 35 millions de livres) lors des dernières semaines pour s'offrir l'un des plus gros talents – le plus gros ? – du centre de formation de Chelsea. Ce qu'il faut comprendre : Hudson-Odoi, champion du monde U17 avec l'Angleterre en 2017, voulait rejoindre le Bayern et avait informé ses dirigeants de son choix samedi dernier. Ces derniers n'ont rien voulu entendre, et ce, alors que certains anciens du club comme Ruud Gullit poussaient l'espoir à filer en Allemagne. Mais pourquoi vouloir partir si vite, si brutalement, au risque de se cramer les ailes, alors que Chelsea proposait d'augmenter sensiblement son salaire ?

« On sait qu'il représente l'avenir »


Peut-être avant tout parce que Callum Hudson-Odoi, arrivé chez les Blues à l'âge de sept ans, connaît la maison mieux que personne : quel joueur formé au club est devenu un titulaire régulier en équipe première depuis John Terry ? Personne, et l'arrivée l'été prochain de Pulisic n'est pas vraiment un signal positif envoyé au joueur alors que le Bayern travaille sur la succession du couple Robben-Ribéry. Cette saison, Hudson-Odoi n'est entré que trois fois en Premier League (61 minutes passées sur le terrain). C'est peu, surtout quand on vous a promis un temps de jeu régulier. Difficile alors de ne pas penser aux cas de Dominic Solanke, aujourd'hui parti à Bournemouth, de Ruben Loftus-Cheek (une titularisation en championnat cette saison), d'Andreas Christensen (une titularisation également) ou encore de Nathan Ake, obligé de quitter Chelsea lors de l'été 2016 pour devenir un titulaire régulier – et très impressionnant –- à Bournemouth. Un Ake qu'Hudson-Odoi pourrait retrouver mercredi soir, au Vitality Stadium.


Ainsi, il est impossible d'être surpris par la volonté de départ de l'ailier, qui a vu certains de ses potes (Reiss Nelson, Jadon Sancho) réussir brillamment leur atterrissage en Bundesliga. Sancho, champion du monde U17 avec Hudson-Odoi, l'a d'ailleurs encouragé à venir durant le mois de janvier. De l'autre côté, on a vu ces derniers jours plusieurs joueurs de Chelsea (Willian, Rüdiger) venir ligoter leur jeune coéquipier, tout comme Gianfranco Zola, l'assistant de Sarri. Ce qui a poussé le coach des Blues à secouer son joueur mardi : « Callum n'a que 18 ans et il doit respecter le club, l'académie. Il a le temps. Pourquoi doit-il rester à Chelsea ? Parce que c'est sa maison. Nous sommes patients avec lui, car c'est un garçon du club. C'est mieux pour lui de rester ici et de progresser ici. » Pour le moment, son contrat s'étire jusqu'au mois de juin 2020. D'ici là, et comme l'hiver l'a prouvé, tout peut se passer : à Chelsea, club où la fidélité n'est pas la plus grande vertu, les histoires d'amour finissent mal en général. Problème, celles de famille ne finissent souvent pas mieux.



Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:07 Euro Millions : 176 millions d'€ à gagner + 1 millionnaire garanti ce mardi Hier à 10:42 NOUVEAU : 150€ offerts chez ZEbet pour parier sur la Ligue des champions !
Hier à 15:08 Fulvio Collovati : « Les femmes ne peuvent pas parler de tactique » 101 Hier à 14:57 Casoni quitte déjà le Qatar 24
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 12:41 Guangzhou Evergrande va noter ses joueurs 65
À lire ensuite
L'Union fait la farce