Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. H
  3. // Japon-Sénégal (2-2)

Honda, le moteur rechargé

Auteur d'une passe décisive contre la Colombie et du but de l'égalisation pour le Japon face au Sénégal (2-2), Keisuke Honda est devenu le premier Japonais à marquer dans trois Coupe du monde différentes après avoir déjà fait trembler les filets en 2010 et 2014. Un but qui permet d'expliquer le licenciement de Vahid Halilhodžić, qui ne comptait pas vraiment sur le meneur de jeu de Pachuca pour ce Mondial russe.

Modififié
Une drôle d’ambiance s’est abattue sur le Central Stadium de Iekaterinbourg autour de la 71e minute de ce Sénégal-Japon. Alors que le latéral droit sénégalais pensait faire taire les nombreux supporters japonais venus en Russie en donnant l’avantage aux siens d’une grosse praline sous la barre, il n’en a rien été. La raison ? L’entrée en jeu dans la foulée de leur star : Keisuke Honda. Les Japonais en sont alors convaincus, leur héros va à nouveau jouer les sauveurs comme il l’a fait quelques jours plus tôt en tirant un amour de corner pour le but de la victoire de Yuya Osako face à la Colombie (2-1). Et cela n’a pas loupé. S’il n’a eu besoin que de trois minutes pour distiller sa passe décisive contre les Cafeteros, l’ancien milieu offensif de l'AC Milan a, cette fois-ci, attendu six minutes avant d’entrer en scène. Parfaitement placé, Keisuke Honda a profité d’une bévue du portier sénégalais et d’un ballon de Takashi Inui pour égaliser, devenir le premier Japonais à inscrire un but dans trois Coupe du monde différentes (après 2010 et 2014), et permettre au Japon de croire dur comme fer en une qualification en huitièmes de finale. Rien que ça.

Pas dans les plans de Vahid


Pourtant, Keisuke Honda a failli ne jamais participer à ce Mondial russe. Pas vraiment dans les plans de Vahid Halilhodžić – malgré ses sept buts en qualifications –, celui qui se découvre une seconde jeunesse du côté de Pachuca (Mexique) se voit même écarté des listes de l’ancien sélectionneur de l’Algérie entre septembre 2017 et mars 2018. Craignant, entre autres raisons, que le Japon parte en Russie sans l’un de ses joueurs les plus appréciés par les supporters et son plus gros atout marketing, la Fédération décide de licencier Vahid Halilhodžić à deux mois du lancement de la Coupe du monde. D’autant plus que Keisuke Honda n’est pas le seul à ne pas adhérer aux méthodes de l’ancien coach du PSG, lequel n’entretient pas de bonnes relations avec les autres cadres que sont Shinji Kagawa et Shinji Okazaki.


De là à être la raison principale du licenciement de Vahid ? Possible, à en croire les mots de l'entraîneur relayés par France Football : « Ce sont des joueurs qui ont un statut. Ils n'ont pas joué certains matchs importants, contre l'Australie ou les Émirats, mais nous avons gagné. Les résultats m'ont donné raison. Il paraît que certains joueurs avaient perdu confiance en moi. Mais c'est plutôt moi qui avais perdu confiance en eux. Je voulais une équipe capable de réaliser deux exploits au premier tour et de se qualifier pour les huitièmes de finale. Je cherchais les meilleures solutions, mais je n'avais pas pris de décision définitive sur la liste des 23. »

Juste un supersub, vraiment ?


Vahid parti, Keisuke Honda peut enfin respirer, comme il l’avoue depuis le camp de base du Japon à Kazan dans des propos recueillis par l’AFP : «  M’astreindre au type de football proposé par Halilhodžić dans le but d’être sélectionné, ça aurait été une honte pour moi. » Visiblement aussi à l’aise derrière un micro que sur le rectangle vert, Keisuke Honda n’a pourtant pas totalement changé de statut avec l’arrivée d’Akira Nishino sur le banc. Car s’il est bien présent dans le groupe des 23 japonais, Honda n’en reste pas moins le remplaçant de Shinji Kagawa. Ou plutôt son supersub, si l’on se réfère aux deux premiers matchs du Japon dans ce Mondial en Russie, là où sa carrière en Europe a explosé avec ses quatre saisons de haut niveau au CSKA Moscou.



Ses deux entrées en jeu décisives pourraient alors faire (à nouveau) de Keisuke Honda un titulaire au poste de meneur de jeu du Japon. Il n'en faudra peut-être pas moins pour que le Japon remplisse la mission que s’est fixée le meneur de jeu de Pachuca : « Mon objectif était de gagner la Coupe du monde quand j’étais enfant parce que mon père m’avait montré une vidéo de Pelé à la Coupe du monde. Depuis que j’en ai fait mon objectif, je me suis concentré là-dessus. » Compliqué. Même si en général, Keisuke Honda obtient ce qu’il désire. Halilhodžić ne dira pas le contraire.



par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

FC Thouroude #30 - CHAMPION DU MONDE !

Vidéo
FC Thouroude #30 - CHAMPION DU MONDE ! FC Thouroude #29 - FAUT RAMENER LA COUPE A LA MAISON ! FC Thouroude #28 - Les Anglais à la maison, Enzo raconte France 98 FC Thouroude #27 - ON EST EN FINALE !!! FC Thouroude #26 - Une histoire belge, la chatte à DD, la chanson de La Pioche FC Thouroude #25 - It's coming home, la Belgeance et Thierry Henry FC Thouroude #24 - Enzo le footix, les vacances et l’eliminacao du Brésil FC Thouroude #23 - Le secret de Kylian et de l'Uruguay, l'artiste Neymar FC Thouroude #22 - Le giga best-of des chansons FC Thouroude #21 - Valérie Damidot, Grizou, Chuck Norris, l'astrologie FC Thouroude #20 - le hit de Kylian, la perf de Neymar, les Suèdoises FC THOUROUDE #19 - Le grand Raí, Hiroki Sakaï, le prono mysterio FC THOUROUDE #18 - Kylian, Benjamin et Enzo, notre footix préféré FC THOUROUDE #17 - Kanté va bouffer Messi, Quaresma icone fétichiste, Enzo le footix FC THOUROUDE #16 - Pas de match alors que faire aujourd'hui ? FC THOUROUDE #15 - bye bye les Allemands, Kevin de Bruyne, le prono Balec FC THOUROUDE #14 - Quel Brésilien va chialer ce soir ? FC THOUROUDE #13 - Enzo un supporter un peu lourd, le prono Thauvin, la mutinerie argentine FC THOUROUDE #12 - Où est le vrai Suarez, la pilosité de Ronaldo et Joachim Löw FC THOUROUDE #11 FC THOUROUDE #10 - Neymar, Kanté et Thomas VDB FC THOUROUDE #9 - Florian Thauvin, invité exclusif FC THOUROUDE #8 - Le gars sûr Ngolo, le pansement Giroud et l’incroyable Cristiano FC THOUROUDE #7 - Le marché noir des pénos, Tonton Pat, Da Costa FC Thouroude #6 - Harry Happy Kane, Lukaku et le dilemme de Lewandowski



Dans cet article


Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 20
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi