Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Juventus-Real Madrid

Higuaín-Khedira, prophètes en Italie

Écartés de la Maison-Blanche, Gonzalo Higuaín et Sami Khedira se sont pleinement épanouis dans le Piémont, devenant deux pivots essentiels de la Juventus d'Allegri. Pour peut-être prendre leur revanche sur un club aux yeux duquel ils ne semblaient ni assez glamours, ni assez solides, pour tenir la distance à Madrid.

Modififié
De leurs passages respectifs au Real subsiste comme un goût désagréable d'inachevé. Comme un film d'action haletant plombé par un climax raté. Ou une amitié prometteuse flétrie par le passage du temps. À Madrid, Gonzalo Higuaín et Sami Khedira ont gagné un paquet de titres et la reconnaissance de leurs pairs. Pourtant, ni l'un ni l'autre n'ont été conservés par le club castillan, pour finir par rebondir avec virtuosité dans le Piémont. La faute à des profils finalement sans doute plus taillés pour revêtir les rayures blanches et noires du maillot bianconero que l'immaculée tunique blanche madrilène.

Exigences madrilènes


D'abord parce qu'à Madrid, l'un et l'autre ont souffert de l'extrême friabilité du capital confiance qui est accordée aux joueurs de la Maison Blanche. Higuaín, bien sûr, en est l'exemple le plus parlant, lui qui n'a pas pu s'installer durablement à la pointe de l'attaque en raison de la concurrence féroce de Karim Benzema. Un joueur qui, contrairement à l'Argentin, a le mérite de répondre aux attentes du public madrilène en C1, alors que la conquête de la Décima obsédait les socios. Ce qui vaudra rapidement aux supporters de cataloguer Higuaín comme un attaquant trop perméable à la pression des grands rendez-vous européens. Critiqué, parfois sifflé, Pipita garde un souvenir contrasté de son vécu dans la capitale espagnole. « Ça a été des années de lutte, parfois joyeuses, d'autres non... je devais constamment prouver quelque chose que j’avais déjà prouvé » , confessait-il avant de quitter Madrid pour Naples à l'été 2013. Avant d'évoquer, amer, les huées dont il a été la cible à l'issue de la demi-finale retour de Ligue des champions contre Dortmund la même année, qui a vu le Real échouer dans le dernier carré de la C1 : « Je ne suis pas parti à cause des sifflets. Après, en sept ans, c'est vrai que c'est la première fois que j'ai entendu cela... »


A contrario, Pipita a trouvé en la Vieille Dame un club qui le désire suffisamment pour claquer plus de 90 millions d'euros sur un buteur qui approche de la trentaine. L'Argentin, chouchouté par le public turinois, n'a pas manqué de comparer la ferveur des tifosi à l'exigence froide des fans du Real : « Ce sont des équipes qui vous apprennent à gagner. Cependant, ce n'est pas dans la culture des fans de la Juventus de siffler ses propres joueurs. Le fait que cette équipe soit venue me chercher et ait payé une telle clause ne peut que me rendre fier. » Rien à voir avec les investissements consentis par la Vieille Dame pour relancer Khedira à la fin de son cycle madrilène : la Maison-Blanche laisse alors son joueur partir gratuitement, convaincue que l'Allemand, plombé par une série ininterrompue de blessures, est fini pour le football de haut niveau. Parti de Madrid le moral dans les chaussettes, l'ancien de Stuttgart trouve en la Juve un club salvateur, qui lui fait immédiatement confiance et lui redonne foi en ses capacités : « J'avais perdu l'envie de jouer au foot, mais quand je suis allé à la Juve, ce sport m'a reconquis. Après mes adieux au Real, je savais que j'avais trouvé une solution ici.  »

Casting parfait


Finalement, la reconnaissance immédiate dont ont bénéficié Higuaín et Khedira en Italie illustre sans doute que leurs profils et qualités sont de nature à être plus valorisés par le football transalpin qu’ibérique. Sami Khedira en est d'ailleurs intimement convaincu. Porteur d'eau de luxe au Real Madrid, l'Allemand est devenu un élément déterminant du milieu turinois, dont les performances sont louées et remarquées : « Le football est perçu d'une manière différente en Italie. Ce que j'essaye d'apporter à l'équipe est plus reconnu. Le club et les médias sont moins indifférents à mon style de jeu qu'en Espagne. Forcément, cela motive.  »


Higuaín, lui, peut s'appuyer à Turin sur un club qui place en lui une confiance inébranlable, comme en attestent les près de 3000 minutes de jeu qu'il a disputées sur le pré cette saison, ce qui en fait le joueur le plus utilisé par Massimiliano Allegri. Là, son profil d'avant-centre axial pur n'est pas perçu comme un manque de polyvalence, mais comme une qualité, dans un club qui garde un amour prononcé pour les couples d'attaque formés d'un neuf et demi créateur – Baggio, Del Piero et maintenant Dybala – pour assister une pointe létale dans la surface, dans la veine d'Inzaghi ou David Trezeguet. Des attaquants avec qui Higuaín partage une obsession dévorante du but, comme le faisait remarquer Patrice Évra en octobre dernier : « Il devient fou quand il ne marque pas. C'est sa nature... Il ne pense qu'à ça. C'est quelque chose que j'avais déjà vécu avec Van Nistelrooy. Ils font partie des buteurs qui sont nés pour marquer. Qui perdent le sommeil s'ils n'y arrivent pas. Et ça, c'est parfait pour la Juventus. » Parfait pour la Juve, ou presque, car Pipita comme Khedira doivent encore aider la Vieille Dame a remporter une C1 qui lui échappe depuis plus de vingt ans. Histoire de devenir définitivement prophètes en Italie.


  • Profitez de nos bonus et pariez sur la finale de Ligue des champions

    Par Adrien Candau
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico
    Hier à 18:05 La FIFA suspend trois dirigeants nord-américains à vie 7 Hier à 14:22 Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 15
    Partenaires
    Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    Hier à 09:51 DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions