Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Hertha Berlin-Fortuna Düsseldorf

Hertha Berlin, les yeux plus petits que le ventre

Ce vendredi soir (20h30), le Hertha Berlin reçoit le Fortuna Düsseldorf dans son majestueux Stade olympique. Un peu trop majestueux peut-être. Cela fait un moment que dirigeants comme supporters aimeraient ériger une nouvelle enceinte, plus adaptée à leurs besoins. Problème, la ville ne l’entend pas de cette oreille.

Berlin est une ville difficile à cerner et qui n’est pas à une contradiction près. Alors que l’Union vient d’accéder à la Bundesliga pour la première fois de son histoire, les Eisernen n’ont pas que le chantier sportif à assurer. Au sein du club, on espère que les travaux d’agrandissement du Stadion an der alten Försterei, qui doivent faire passer la capacité de la charmante enceinte de l’Est de la ville de 22 000 à 37 000 places, seront terminés à l’été 2021. De l’autre côté de ce qui fut jadis le Mur, on est habitué à l’élite footballistique depuis bien plus longtemps. Et pourtant, au Hertha Berlin, le Stade olympique est devenu un boulet dont on se libérerait volontiers la cheville. Histoire de proposer une expérience similaire à tous les touristes déjà venus passer une tête chez les rivaux de l’Est, mais aussi - et surtout - pour traiter à leur juste valeur les nombreux aficionados que compte la Vieille Dame.

Arrêter d’être une exception


Le Stade olympique est bien plus qu’un stade de foot. Et c’est bien là que le bât blesse : c’est avant tout un monument chargé d’histoire qui a vu, pêle-mêle, Jesse Owens faire la nique à Hitler en 1936, Zidane mettre un coup de boule à Materazzi en 2006, le comédien Mario Barth battre le record mondial du one-man-show donné devant le plus grand nombre de personnes (70 000) en 2008 et Usain Bolt faire tomber celui du 100 mètres à 9’58’’ en 2009. Sans oublier des concerts légendaires, quelques matchs de la Nationalmannschaft et la traditionnelle finale de Pokal, qui clôture chaque saison de football en Allemagne.


Et le Hertha dans tout ça ? Il fait un peu la gueule. Le Stade olympique est sa maison depuis 1963, année où la Bundesliga que nous connaissons aujourd’hui a été inaugurée, mais en dépit des bons souvenirs qui y sont associés (notamment trois titres de champion de D2 et autant de finales de Coupe), beaucoup se disent qu’il est temps de passer à autre chose. Et pour cause : ses 74 000 sièges peinent à atteindre les 64% de remplissage, tandis que dans le reste du championnat, le chiffre monte à 92% de moyenne. Si cela représente tout de même un peu plus de 47 000 présents à chaque rencontre à domicile, l’ambiance reste malgré tout assez maussade. Fait unique en Bundesliga, le Hertha est le seul club à ne pas disposer d’un stade purement dédié au football et la monumentale piste d’athlétisme bleu marine qui ceinture la pelouse limite grandement la vue sur le jeu. Sans oublier cette tribune arrière-but ouverte au vent, ce qui n’aide franchement pas les ultras de la Ostkurve à se faire entendre.


Trois acteurs qui se battent en duel


Aujourd’hui, dirigeants comme supporters en ont leur claque. D’autant plus que cette pénible situation va encore durer au moins jusqu’en 2025, année où le bail du club prendra fin. D’ici là, le dossier d’un nouveau stade ne cesse de revenir sur le devant de la scène, et au Hertha, on a bien une idée de ce à quoi pourrait ressembler l’avenir : un stade de 55 000 places pleinement dédié au football et qui serait bâti au cœur de l’Olympiapark, le terrain qui jouxte l’enceinte actuelle. Budget prévu : 250 millions d’euros, exclusivement via des fonds privés. D’ailleurs, les fans sont nombreux à appuyer la démarche de leur direction. Mais il y a un hic : les pouvoirs publics. En effet, le Sénat de Berlin (l’équivalent du gouvernement régional) ne voit pas d’un bon œil un déménagement de sa poule aux œufs d’or. Et pour cause : en tant que propriétaire du Stade olympique, il perçoit chaque saison 4,7 millions d’euros que lui verse la Vieille Dame rubis sur l’ongle. Ce qui n’est pas rien pour renvoyer une image morose au reste du football allemand.


Alors, pour la convaincre de rester, le Sénat a récemment proposé de débloquer une enveloppe de 68 millions d’euros jusqu’en 2029 et qui serait utilisée pour moderniser l’arène, en y améliorant notamment le wifi ou en changeant la couleur des lampes LED pour que celles-ci correspondent à celles du Hertha. Pas sûr que cela suffise. Mais le mois dernier, le ministre du Sport du Land de Berlin a consenti à entamer des discussions relatives à un éventuel déménagement, mais dans l’arrondissement de Tegel, sur le site de l’actuel aéroport, dont la fermeture est prévue en 2020. Le stade côtoierait alors plusieurs complexes immobiliers et un parc technologique. Problème : le quartier est insuffisamment relié aux transports en commun et pas question de donner la priorité à la voiture dans une région dirigée par une coalition de gauche à tendance écologiste. Ceci dit, rien n’indique que le projet aboutisse. Pour acter la fermeture de l’aéroport de Tegel, il faudrait déjà que son successeur ouvre ses portes. Or, la construction de ce dernier est censée être terminée depuis... neuf ans. En attendant, la Ostkurve devra continuer à hausser la voix pour couvrir le vent qui souffle dans le Stade olympique.

Par Julien Duez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

Hier à 14:08 L'UEFA pourrait retirer la finale de la C1 à Istanbul 42
Hier à 13:55 Guendouzi dans la liste des 20 nommés pour le Golden Boy 2019 17
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi
Hier à 10:17 Cenk Şahin « libéré » par Sankt Pauli après avoir soutenu l'armée turque 67
À lire ensuite
Réparer les présents