Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2019
  2. // 8es
  3. // France-Brésil (2-1)

Henry libère la France

Sévèrement bousculée par le Brésil, l’équipe de France n’est parvenue à se dépêtrer du piège auriverde qu’au bout de la prolongation grâce à sa capitaine Amandine Henry (2-1). Entre recours à la VAR et changements ratés, ce huitième de finale aura été bien mouvementé.

Modififié

France 2-1 Brésil

Buts : Gauvin (52e), Henry (107e) pour les Bleues // Thaisa (64e) pour les Canarinhas

France-Brésil. Ce n’est pas du football, c’est bien plus que ça. En tout cas, c’est bien plus qu’un simple huitième de finale de Coupe du monde, contrairement à ce que Corinne Diacre a pu déclarer ces derniers jours. Ce dimanche soir, le Stade Océane est passé par toutes les émotions. Entre étranglement d’indignation devant une VAR insupportable et larmes de joie devant le pied gauche d’Amandine Henry qui, au terme d’un match poussif, envoie la France en quarts de finale. Dans la douleur, encore une fois. Mais on commencerait presque à en avoir l’habitude.

A-VAR de sentiments

Malgré les changements effectués sur le papier et la mise au banc de Gaëtane Thiney, le changement sur le terrain, lui, ne se remarque pas vraiment. Les Françaises se montrent timorées et ne cadrent aucun de leurs trois tirs de la première période, comme face au Nigeria. Pourtant, il y a une étincelle bleue allumée par Diani qui dépose Tamires avant de centrer côté droit sur la tête de Gauvin. Laquelle se heurte violemment à Barbara (23e). Le ballon file au fond des filets, mais Mme Beaudoin constate à l’aide de la VAR que la Montpelliéraine a commis un excès d’engagement sur la portière brésilienne et déclenche un concert de sifflets chez les 23 965 spectateurs du Stade Océane.


Oppressantes, les Canarinhas ne parviennent pas non plus à faire sauter le verrou Bouhaddi, largement plus sollicitée qu’en phase de poules. La Lyonnaise se paye même une petite frayeur en dégageant droit sur une Brésilienne (34e), mais se rattrape bien en gobant une tête croisée de Cristiane (38e) avant de sortir un centre rapide de l’attaquante de São Paulo (44e). Sans oublier une claquette sur la barre, en seconde mi-temps (55e).

On prend les mêmes, et on recommence

Sur son banc, Corinne Diacre triture nerveusement sa montre pendant les six longues minutes de temps additionnel lors desquelles Majri vendange une occasion toute faite (45e+3). Peut-être que finalement, ce match est un peu plus qu’un simple huitième de finale de Coupe du monde. Quoi qu’il en soit, la réaction ne se fait pas attendre : au retour des vestiaires, Diani reproduit exactement le même débordement fatal. Et cette fois-ci, Gauvin reprend du plat du pied en se jetant au premier poteau (52e).


Sauf que la joie est de courte durée, puisque Mme Beaudoin retourne consulter la VAR après l’égalisation de Thaisa (64e) sur une lourde frappe croisée, et ne constate aucun hors-jeu sur le départ de Debinha complètement lâchée par Torrent. Le Brésil revient donc au score de façon, hélas, méritée.

Amandine en rit, la France aussi

Ce soir, la défense française est bien plus friable que le béton armé qui a fait la réputation de l’architecture havraise. Seules Gauvin et Diani, épaulées par l’inévitable Amandine Henry, parviennent à provoquer un peu d’animation. Mais les rares solutions offensives se révèlent insuffisantes pour faire la différence. Alors, Diacre rend sa place à Thiney pour le dernier quart d’heure. La Troyenne n’a pas le temps de savourer l’honneur de devenir la co-recordwoman (avec Eugénie Le Sommer) du nombre de matchs de Coupe disputés par une Française : Tamires croit redonner l’avantage aux siennes, d’une nouvelle frappe croisée (86e). Cette fois-ci, il n’y a pas besoin de la VAR pour vérifier le hors-jeu. La France souffle, la France souffre, la France ira en prolongation. Trente minutes de bonheur en plus ? Pas vraiment...



Malgré le très osé passage en 3-4-3 comme lors de la dernière victoire des Bleues face au Brésil en novembre dernier à Nice (3-1), Torrent et Diani vendangent coup sur coup (96e, 97e) et les Tricolores semblent s'épuiser. Cette passivité se traduit par un sprint massif de Debinha qui couche toute la défense des Bleues, avant de voir sa frappe sauvée sur la ligne par une Mbock héroïque (105e+1). Héroïque, Amandine Henry l’est aussi. Comme son homonyme Thierry en 2006, la Lyonnaise se paye finalement le scalp du Brésil à elle toute seule en reprenant du bout du pied un bon coup franc de Majri (107e). Une belle récompense qui permettra à la France de vivre sa finale avant l’heure, vendredi prochain : un quart, très probablement contre les États-Unis. Il faudra alors que toutes les héroïnes soient de sortie, pour espérer continuer l’écriture de l’histoire.



France (4-4-2) : Bouhaddi - Torrent (Périsset, 109e), Mbock, Renard, Majri (Karchaoui, 118e) - Diani, Henry, Bussaglia, Asseyi (Thiney, 81e) - Le Sommer, Gauvin (Cascarino, 90e). Sélectionneuse : Corinne Diacre.

Brésil (4-3-3) : Barbara - Tamires, Monica, Kathellen, Santos (Poliana, 89e) - Marta, Thaisa, Formiga (Andressinha, 75e) - Debinha, Cristiane (Geyse, 96e), Ludmila (Beatriz, 71e). Sélectionneur : Vadão.


  • Résultats et classements de la Coupe du monde


    Par Julien Duez, au Stade Océane
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    dimanche 7 juillet Emmanuel Macron : « Pour le sport féminin, les choses ne seront plus jamais les mêmes » 70 dimanche 7 juillet Revivez États-Unis - Pays-Bas (2 - 0) 255
    Partenaires
    Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
    vendredi 5 juillet Infantino veut une Coupe du monde féminine à 32 équipes 22 mercredi 3 juillet Revivez Pays-Bas - Suède (1 - 0) 177 mardi 2 juillet Valenciennes bat des records d'affluence aux buvettes du Mondial 36 lundi 1er juillet Les stations de métro de Lyon rebaptisées au nom des capitaines du Mondial 16 samedi 29 juin Dhorasoo : « J’espère que la France ne sera pas la dernière à réagir » 195 vendredi 28 juin Revivez France - Etats-Unis (1 - 2) 493 jeudi 27 juin Pierluigi Collina défend la VAR 94 mardi 25 juin La mascotte Ettie volée au Parc des Princes 39
    À lire ensuite
    Les notes de France-Brésil