Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 21e journée
  3. // Bordeaux/PSG

Henrique, résistant de la première heure

Au match aller entre le PSG et Bordeaux (0-0), Zlatan Ibrahimović avait découvert le crâne rasé et les sourcils froncés de Carlos Henrique. Ce soir, le défenseur brésilien qui vient de prolonger son bail en Gironde de deux saisons a de nouveau rendez-vous avec le Suédois. Même pas peur.

Modififié
Au sortir d’une belle victoire bordelaise à Rennes le week-end dernier, Carlos Henrique Dos Santos Souza avait promis une bonne nouvelle aux supporters bordelais via sa page Facebook. Cette dernière est tombée mercredi : en fin de contrat en juin prochain, le défenseur de 29 ans a décidé de rempiler pour deux saisons en Gironde. Un nouveau bail qui devrait le voir fêter ses dix ans chez les Girondins, un phénomène de plus en plus rare dans le football moderne. À l’entendre, le Carioca ne manquait pourtant pas d’offres, «  sportivement et financièrement intéressantes » , venant du Brésil. Oui mais voilà, Carlos est bien à Bordeaux, cette ville qui l’a adopté. Car comme il le tweete lui-même, « girondin une fois, girondin pour toujours ! »

Genou en miettes et mini-Thuram

Arrivé en 2005 sur les bords de la Garonne dans les bagages de Ricardo, qui l’avait déjà sous ses ordres au Flamengo, la carrière d’Henrique n’a pourtant rien d’un long fleuve tranquille. La faute à un genou droit en vrac, souvenir d’un choc avec le Stéphanois Loïc Perrin en avril 2007. Depuis, le numéro 3 bordelais est en constante rééducation et doit faire face à de fréquentes rechutes qui le tiennent écarté des terrains plus ou moins longtemps, comme lors de cette satanée saison 2010-2011 qu’il vécut quasiment entièrement depuis l’infirmerie du Haillan. Un handicap qui lui interdit de gambader sur terrains synthétiques, pour le plus grand bonheur des attaquants lorientais et nancéiens. Une faiblesse qui l’oblige à ne facturer que 156 rencontres en sept saisons et demie à Bordeaux, soit seulement 19,5 matchs de moyenne par exercice. Si le colosse au genou d’argile se traîne une réputation de boucher, due à son profil de stoppeur un peu bourrin indispensable à toute formation qui se respecte, son surnom de « Pepe de la L1 » n’est pas franchement mérité.

À dire le vrai, le seul joueur qu’il ait blessé fut Denilson, son partenaire d’alors, à qui il écrasa quelques côtes en le serrant un peu trop fort au moment de célébrer un but. Une péripétie qui fait désormais partie de la légende du Brésilien. De celles qui ont permis à Carlos Henrique de conquérir le cœur des supporters bordelais malgré quelques carences techniques évidentes et, parfois, des absences coupables. Des lacunes largement compensées par un engagement sans faille, comme il le résume lui-même au moment d’annoncer sa prolongation de contrat : « Je ne peux vous promettre que je serai brillant à chaque match, mais j'entrerai toujours sur le terrain avec force et volonté comme si c’était mon dernier match. » Un état d’esprit qui plaît en terres de rugby.


Rendez-vous avec Zlatan

Jamais le dernier pour aller au combat, celui qui a prénommé son fils Thuram n’est pas du genre à rechigner au moment de jouer des coudes ou d’aller mettre sa tête là où certains n’oseraient mettre le pied. Son truc, à Charles-Henry, ce sont les duels, plus que les relances qu’il laisse à d’autres. Une passion qu’il partage avec son adversaire du jour, Zlatan Ibrahimović. Au match aller, en août au Parc des Princes, le duel avait tourné à l’avantage du Brésilien et les Bordelais étaient repartis de la capitale avec le point du match nul 0-0. Ce soir, le duel devrait à nouveau valoir le coup d’œil. À condition que le genou droit de Carlos Henrique tienne le coup.

Par Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié