Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. G
  3. // Angleterre-Panama

Hendo majeur

Meilleur joueur de l’Angleterre lundi dernier face à la Tunisie, Jordan Henderson a une nouvelle fois raconté, via sa performance, qu’il pouvait être autrement regardé qu’à travers le prisme de l’ouvrier au service de l’équilibre collectif. Pourtant, des doutes sur son cas subsistent. Pourquoi ?

Modififié

Et finalement, le totem. Lundi soir, dans la nuit de Volgograd, l’Angleterre a tout traversé : les rafales de moustiques, le lancement d’une dramatique ola au milieu d’une seconde période dévorée sans épice, les coups dans la gueule, tout. Un instant, elle a même cru voir ses plans se déchirer, Gareth Southgate assistant de son perchoir à une chorégraphie progressivement mal coordonnée devant une foule commençant à sérieusement tirer la tronche et à se poser mille questions. Alors, c’est reparti ? Finalement, rien n’a changé ? L’Angleterre aime se compliquer la vie, c’est une vieille certitude et ce début de Mondial contre la Tunisie l’a définitivement confirmé : cette fois encore, elle aura eu besoin d’attendre la dernière seconde de la soirée pour voir Harry Kane rallumer le public, et les Three Lions lancer leur compétition sans l’angoisse des points à rattraper dès le second match.


À l’issue de la rencontre (une victoire 2-1), Southgate a ainsi pu tartiner le public avec « sa fierté d’avoir gardé le contrôle du match » et sa joie d’avoir conservé « énormément de calme malgré les événements » . Plus encore : le boss a filé dans la foulée un peu de repos à ses gars, en a laissé certains tuer le temps sur Fortnite, d’autres s’écrouler devant Love Island et même s’organiser une course de licornes gonflables au camp de base de la troupe. Depuis, il y en a eu pour tout le monde, notamment pour ceux qui sont venus booster la fin de match face à des Tunisiens rincés physiquement (Rashford, Loftus-Cheek, qui devraient être tous les deux alignés dimanche face au Panama), mais aussi pour Kane, forcément, auteur d’un doublé décisif. Et si le MVP était ailleurs ?

Le capitaine des clichés


Avant cette Coupe du monde, Jordan Henderson avait perdu gros – une finale de Ligue des champions, un brassard de capitaine (Southgate lui a annoncé quatre jours avant la finale de C1 qu’Harry Kane allait récupérer le brassard en Russie) –, mais il vient déjà de remonter la pente : face à la Tunisie, le milieu de Liverpool aura été le meilleur Anglais sur la pelouse, prouvant pour de bon que son influence au sein du groupe est au moins aussi importante que celle d’un gars comme Kane. Vraiment ? Une image pour le prouver : au cours de cette seconde période désarticulée, Henderson a secoué les bras, péter les lignes, redonné du rythme. Lui n’a pas gardé son calme, car il ne pouvait pas accepter la tournure des événements.



« Je voyais le tempo retomber, mais nous devions continuer à nous créer des occasions, à pousser, car je sais l’importance de gagner le premier match d’une compétition » , a expliqué après la bataille le pivot du 3-1-2-2-1-1 de Southgate. De loin, le capitaine des Reds, qui n’avait jusqu’ici gagné aucune des cinq rencontres de grands tournois qu’on lui avait donné à disputer, a eu l’attitude d’un général effronté, le regard d’un homme en guerre contre le passif de sa sélection, c’est une vieille habitude : la vision de ce joueur est bourrée de clichés.

Une solution précieuse, pas un poids


Reste que Jordan Henderson aura apporté sur la pelouse l’expérience et l’esprit de rébellion à un groupe de jeunes talents qu’il faut encore encadrer. La preuve ? En seconde période, il s’est aventuré offensivement là où Jesse Lingard s’est plusieurs fois emmêlé les pinceaux, ce qui a provoqué un étirement du filet tunisien. Un dépassement de fonction nécessaire, là où son rôle consiste avant tout à boucher les trous et réduire les espaces : tout ça ne peut se lire à travers de simples chiffres. En ça, Henderson apporte plus qu’Eric Dier, par exemple, et amène à cette Angleterre un soupçon d’humanité, là où Gareth Southgate cherche avant tout à mettre en route un ensemble de robots tactiquement rodés.


Un mec comme ça est précieux dans un groupe, et sa transformation actuelle est une conséquence de l’immense travail réalisé auprès de lui par Jürgen Klopp qui, à Liverpool, lui a fait comprendre qu’un 6 peut aussi créer. Pour enterrer les fantômes du passé, Jordan Henderson est le nec plus ultra : un mec qui a vu son pays se faire humilier par Andrea Pirlo en 2012, se crasher au Brésil deux ans plus tard et s’effondrer contre l’Islande en France lors de l’Euro 2016 doit être une solution, pas un poids, au moins pendant ce Mondial. Face au Panama dimanche, il devrait ainsi conserver sa place, et ce néo-costume de gardien de la paix dans un milieu anglais où Loftus-Cheek devrait amener la qualité de perforation qu’il a pu manquer par moments contre la Tunisie. Chouette revanche.







Par Maxime Brigand, à Saint-Pétersbourg
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 19 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
L’autre prince Harry