Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. G
  3. // Belgique-Panama

Hazard et De Bruyne sont-ils compatibles ?

Longtemps, Eden Hazard et Kevin De Bruyne ont semblé se marcher sur les pieds quand ils se retrouvaient en sélection. Mais de par leur évolution respective, les deux Belges paraissent pouvoir porter leur pays main dans la main. Tant mieux : il serait dommage de choisir.

Modififié

C’est toujours la même histoire. D’un côté, il y a les amoureux de la hiérarchie qui déclarent qu’un leader doit se détacher pour guider un groupe et mener à bien une quête. De l’autre, il y a ceux qui militent pour une organisation plus horizontale et qui estiment qu’une bande avance plus efficacement si tous ses membres sont égaux. Inconsciemment, la première catégorie l’emporte généralement sur la seconde. Ainsi, beaucoup de passionnés de football pensent que chaque équipe doit être portée par un patron technique, lequel devrait être choyé et laissé libre parce qu’il serait meilleur que les autres. En Belgique, deux talents bruts postulent, depuis de nombreuses années, ce rôle : Eden Hazard et Kevin De Bruyne.

Un gâchis irréversible ?


Véritables joyaux du Plat Pays, les deux bonhommes font tout simplement partie des meilleurs joueurs de la planète. Un régal pour les Belges ? Pas forcément. Car jusqu’ici, les sélectionneurs, bien obligés d’aligner les gamins aux pieds d’or au vu de leurs prouesses en club, ont galéré pour les faire (bien) jouer ensemble. Autrement dit, le binôme offensif a très longtemps donné l’impression de se marcher sur les pieds, notamment avec Marc Wilmots. Quand l’un était bon, l’autre ne brillait pas.


Et réciproquement – même si De Bruyne a toujours moins rayonné qu’Hazard avec la nation. En tout cas, la doublette a rarement convaincu quand elle a porté le maillot des Diables rouges, annihilant le potentiel d’une génération pourtant dorée. Alors, que faire ? Est-il possible d’en sacrifier un, puisque choisir est toujours synonyme de renoncer ? Faut-il ne conserver qu’un trousseau de clefs ? Et à qui le donner ?



« Et pourquoi ne pas le donner aux deux ? répond par une autre interrogation Ariël Jacobs, entraîneur des espoirs entre 1989 et 1999 et spécialiste du foot belge. On dit souvent qu’il n’y a la place que pour une seule star dans une équipe. Là, effectivement, ils disposent tous les deux d’un certain statut dans leur équipe respective, et pas des moindres. Mais on a connu l’époque du trio Neymar-Luis Suárez-Lionel Messi : on a pu croire au début que ça ne pourrait pas marcher, et ils ont finalement chacun trouvé leur rôle dans un seul et même secteur. À titre personnel, je crois que les véritables stars n’ont aucun problème à s’entendre et à se trouver sur le terrain. Sinon, ça signifie qu’ils n’en sont pas réellement.  »


Interrogé par le Nieuwsblad sur la cohabitation avec son partenaire, De Bruyne n'a pas dit le contraire : «  Bien sûr que c’est possible ! Nous nous connaissons depuis l’âge de seize ans. (...) Je pense qu’on parle beaucoup de nous parce que nous sommes deux milieux de terrain offensifs. (...) En tant qu’êtres humains, nous avons beaucoup de respect l’un pour l’autre. Eden est aussi toujours Eden : toujours très détendu et enjoué. » Mouais. Pas forcément très persuasif.

Un test pas encore au point


En fait, la solution se trouve peut-être du côté tactique. Depuis son arrivée sur le banc de la Belgique, Roberto Martínez s’efforce de mettre en place un 3-4-3 dans lequel Hazard conserve son poste d’ailier gauche pendant que De Bruyne recule au milieu – devant la défense, au niveau d’Axel Witsel, encore plus bas qu’à City. L’objectif ? Que le Blue – par qui la majorité des mouvements offensifs passent – garde toute sa liberté, et que le Mancunien fasse profiter de sa qualité de passe et de son volume de jeu dans la peau d’un relanceur-meneur.


Certains ne sont pas persuadés du bien-fondé de cette décision : le match de préparation gagné face à l’Égypte (3-0) a par exemple montré un KDB jugé trop bas pour faire la différence et pas assez inspiré pour créer quelque chose avec les (rares) déplacements qu’il voyait devant lui. D’autres sont au contraire emballés : la victoire amicale contre le Costa Rica (4-1) a en effet enfin donné un aperçu plus sexy de la doublette, un Kevin impliqué offrant du rythme et manœuvrant bien l’orchestre de l’entrejeu.

Éloigner pour rapprocher


Cela a-t-il marché parce que les Costariciens n’évoluaient qu’avec deux milieux de terrain ? De Bruyne est-il condamné au moyen quand trois hommes lui font face dans sa zone ? Le Mondial devrait éclairer ces énigmes. En tout cas, une chose paraît claire : pour qu’Hazard, très en forme actuellement, reste aussi dangereux par ses dribbles et sa vitesse, son coéquipier doit s’éloigner de lui, quitte à faire une croix sur d’immenses statistiques. « À eux deux, ils sont assez intelligents pour faire en sorte que l’équipe tourne bien, conclut Ariël Jacobs, en sous-entendant que chacun est prêt à faire quelques compromis pour le collectif. La chose qui compte, c’est de trouver l’équilibre. Jouer offensif, oui, mais en gardant à l’esprit que les efforts défensifs sont importants. On a trop souvent privilégié le foot offensif au détriment de la solidité défensive. » À De Bruyne, qui voit désormais le but de beaucoup plus loin, et Hazard, qui ne doit pas rechigner aux tâches ingrates, de montrer qu’ils l’ont compris.






Par Florian Cadu Propos de AJ recueillis par FC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

I récup ze ball !

Vidéo

Dans cet article


Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 65 Hier à 14:14 La statue de Falcao 29 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 44
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 10:52 Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5
À lire ensuite
24h chronov