Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options

Haïti, en son sein la grenade

2 juillet 2019 et 30 avril 2020 : deux dates, deux ambiances. L'an passé, les Grenadiers réalisaient l’exploit de se hisser en demi-finales de Gold Cup, ne déposant les armes qu’en prolongation face au Mexique, futur champion. Moins de dix mois plus tard, l’euphorie a laissé place à la crispation et aux doutes. Accusé d’abus sexuels sur mineures, Yves Jean-Bart dit « Dadou » , président de la Fédération haïtienne de football, est au cœur d’un scandale dans un pays déjà marqué par suffisamment de maux. À l’heure où les questions se font plus nombreuses que les réponses, une seule certitude émerge : si les faits sont avérés, ils auront l'effet d'une grenade au cœur de la FHF.

Y aurait-il quelque chose de pourri au royaume de « Dadou » ? Les récentes révélations du Guardian le laissent penser. Dans cette enquête publiée le 30 avril, plusieurs témoignages accusent le président la Fédération haïtienne (FHF) d’abus sexuels sur des jeunes joueuses du Centre technique national de Croix-des-Bouquets. Ce centre, qui accueille les sélections jeunes, serait depuis cinq ans le théâtre de ces agressions.


Les révélations décrivent un mode opératoire sous forme de chantage : « Il voit une jolie fille attirante et il envoie une dame pour lui dire qu'elle va être renvoyée du centre. Elle se met à pleurer, puis la dame dit : "La seule façon de résoudre ce problème est de parler à Dadou." À ce moment, la jeune fille n'a d'autre choix que de supporter les abus sexuels. » Pour l’instant anonymes, ces témoignages racontent qu’au moins une joueuse mineure aurait avorté après des viols commis par Yves Jean-Bart, avant de subir des pressions pour obtenir son silence. Glaçant.

Jean-Bart, un corsaire emporté par la houle ?


La tempête semblait inévitable et pourtant, les réactions ont d’abord été prudentes en Haïti. Étrangement, ni la CONCACAF ni la FIFA n’ont communiqué sur cette affaire.
« On doit soutenir les filles qui ont le courage de parler. La honte doit changer de camp. » Sabine Lamour, coordinatrice générale de SOFA
Un flottement qui a laissé le champ libre à l'homme au nom de corsaire, qui a réagi via un communiqué de la FHF : « Le Dr Jean-Bart rejette catégoriquement les allégations sans fondement portées contre lui. [...] Malheureusement, ces mensonges non fondés contre le Dr Jean-Bart ne sont pas nouveaux et semblent toujours émerger en période électorale. »


La houle est venue de l’Office de protection du citoyen et des associations SOFA et Kay Fanm, qui ont réclamé une enquête. Coordinatrice générale de SOFA, Sabine Lamour livre son regard sur cette affaire : « La situation est compliquée, car les filles du centre sont vulnérables. Les crimes sexuels sont aussi des crimes de pouvoir. » Si elle estime que « c’était la meilleure route à prendre, car le silence ne les protégera pas » , elle prévient : « Il va être difficile de dénoncer cette personne de vive voix et de se présenter devant elle, sa famille, ses amis, les médias. » Quelle que soit la suite, Sabine Lamour l’annonce : « On doit soutenir les filles qui ont le courage de parler. La honte doit changer de camp. » Une enquête a été ouverte par la brigade de protection des mineurs de la police judiciaire haïtienne. Convoqué au tribunal le 14 mai, Yves Jean-Bart a été accueilli par un brassage houleux de soutiens et d’opposants. L’audience a finalement été reportée afin de permettre au Commissaire du gouvernement d’entendre des entraîneurs du centre, suspectés d’avoir un rôle dans ce scandale.


« Dadou » et « Papito » : remake version foot des Duvalier ?


Au début de l’année, déjà, des contestations ont mis à mal le président en pleine période électorale. À la tête d’une liste d’opposition, Ernso Laurence a tenté de mettre un coup de pied dans la fourmilière : « Les résultats de la sélection nationale cachent la misère du football en Haïti. » Multipliant les sorties virulentes à l’encontre du « népotisme de la fédération » , l’ancien Grenadier n’a pas pu présenter sa liste au scrutin fédéral, la faute à un nombre insuffisant de parrainages selon la version officielle. « Ils m’ont empêché de porter ma candidature officiellement en changeant les statuts de la Fédération » , dénonce-t-il. Après vingt ans à la tête de la FHF, « Dadou » est reparti pour un sixième mandat.



Dans son ombre, Yves-Robert Jean-Bart dit « Papito » , son fils. Laurence dénonce sa gestion occulte de la FHF : « Il gère seul la sélection nationale, l’administration et le marketing de la FHF. Le règlement de la FHF ne donne en aucun cas ces droits à un fils de président. » Le candidat n’avait pas hésité à demander des comptes sur l’utilisation des six millions de dollars reçus par la FHF depuis 2016, via le programme Forward de la FIFA. Au centre des interrogations, le Centre technique national accueille les jeunes dans des conditions en nette dégradation selon lui : « Beaucoup d’entraîneurs et de joueurs se plaignent des conditions d’accueil à Croix-des-Bouquets. Il y a des problèmes d’éclairage, d’eau potable ou d’entretien. »

Personne ne touche à « Dadou »


Mais Yves Jean-Bart se sent inébranlable face aux accusations d’abus sexuels. « Les fausses allégations de corruption n'ont jamais fonctionné, alors les critiques et ceux qui cherchent à déstabiliser la FHF à leurs propres fins tentent maintenant une nouvelle ligne d'attaque. Ces accusations seront également prouvées fausses et non fondées » , avance le communiqué de la FHF.
« C’est une manœuvre politique. On ne connaît pas les victimes, on ne sait pas de qui on parle. Depuis plus de vingt ans, ça se passe comme ça en Haïti autour des élections. » Ralph Youri Chevry, maire de Port-au-Prince
En deux décennies de présidence, les résultats de la sélection et le développement du Centre technique national lui accordent un crédit inépuisable aux yeux de beaucoup. « Je connais bien le président. Avec les moyens que l’on a en Haïti, il fait du très bon travail, estime Jérôme Mechack, international à 75 reprises. Ces accusations sont des mensonges. Il y a quelque chose derrière, beaucoup de gens voudraient que le président se retire et essayent de lui nuire. » L’analyse est moins tranchée chez le jeune Duckens Nazon, joueur de Saint-Trond en Belgique, mais la reconnaissance du travail réalisé reste la même : « Les infrastructures de Croix-des-Bouquets sont en très bon état pour Haïti. Pour un jeune, c’est une immense opportunité d’intégrer le centre. » Le 13 mai, quatorze clubs du championnat haïtien ont officiellement soutenu leur président.


« Dadou » peut aussi compter sur des soutiens au-delà du monde sportif. Ralph Youri Chevry, maire de Port-au-Prince, est sans équivoque sur cette affaire. « C’est une manœuvre politique. J’ai rapidement compris que ce ne sont que des rumeurs infondées, analyse l’homme dont le frère figure dans la dernière liste élue à la FHF. On ne connaît pas les victimes, on ne sait pas de qui on parle. Depuis plus de vingt ans, ça se passe comme ça en Haïti autour des élections, on essaye de dénigrer les gens pour prendre leur place, le foot est comme la politique. » Pour le maire de la capitale, le bilan de « Dadou » parle pour lui : « Je le connais très bien, il a tout apporté au foot ici. Tout. Depuis dix ans, le foot haïtien est à son plus haut niveau. Les enquêtes doivent se faire avec de vraies preuves pour ne pas stopper cette dynamique. » De vraies preuves, c’est justement ce que la justice haïtienne devra rechercher. Et nul doute qu’elles pourraient la faire exploser, la grenade.



Par Quentin Coldefy Propos recueillis par QC, sauf mentions.
Photos : Foto-net et IconSport.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE

Hier à 16:30 Wilshere s'entraîne dans un parc : « Ce n'est pas l'Emirates, mais c'est suffisant » 6
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Olive & Tom
Hier à 11:16 Viens fêter les 10 ans du magazine Pédale! demain 6