Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. // France – Ligue 1 – 26e journée – Guingamp/Nice

Guingamp va-t-il faire une Strasbourg ?

C’était lors de la saison 2007-2008. Rutilante jusqu’au début de l’hiver, la belle machine strasbourgeoise avait commencé à se gripper à l’amorce de la phase retour pour finir par une relégation surprise, dont le club alsacien peine encore à se remettre. Une trajectoire que semble emprunter bien malgré lui l’EA Guingamp, belle surprise de la première moitié de saison actuelle et qui inquiète sérieusement ces temps-ci…

Modififié
De l’art de dégringoler

Championnat de France de football, saison 2007-2008. Parmi les promus de la promo figure le RC Strasbourg, relégué au printemps 2006 et qui remonte immédiatement un an plus tard sous la houlette de Jean-Pierre Papin. L’ancien Ballon d'or, qui effectue des débuts plutôt réussis d’entraîneur d’une équipe pro, n’est néanmoins pas reconduit et c’est Jean-Marc Furlan qui lui succède sur le banc du club alsacien. Le promu commence la saison timidement par un nul et une défaite, avant d’enchaîner une série de trois victoires face à Auxerre, Toulouse et Lens. L’attaque cartonne, avec l’apport des prometteuses recrues Wason Rentería et James Fanchone, associés à Eric Mouloungui et au petit jeune Kevin Gameiro. Derrière aussi, ça tient la baraque avec Stéphane Cassard dans les bois, Habib Belaïd, Manuel Dos Santos, Guillaume Lacour, Grégory Paisley and co. Quatrièmes après 5 journées, les Alsaciens sont calés dans la première moitié de tableau jusque mi-décembre, avec une solide avance sur la zone de relégation (où évolue dangereusement le PSG – si, si, souvenez-vous). Mais alors que la phase aller s’était déjà mal terminée avec une défaite à Caen, la phase retour débute par une défaite à la Meinau face à Nice. L’équipe se ressaisit dans un premier temps avec une série de quatre matchs sans défaite, puis c’est l’interminable dégringolade jusqu’au printemps : lors des 14 dernières journées de la saison, le RCS concède 13 défaites et termine la saison à la 19e place avec 35 points. La saison suivante, l’opération remontée est manquée de justesse et le club s’enfonce progressivement dans une crise dont il peine encore aujourd’hui à se remettre.

SM Caen, l’autre spécialiste

Lors de la dernière décennie, ce RC Strasbourg millésime 2007-2008 est le cas le plus emblématique de l’équipe surprise de la phase aller qui s’écroule lors de la deuxième moitié de saison. Un tel cas de figure est finalement assez rare et les surprises assez peu nombreuses. À noter tout de même que le Stade Malherbe de Caen a fait le coup par deux fois récemment : lors de sa dernière relégation en 2012, alors que l’équipe pointait en 14e position à mi-parcours, et surtout en 2008-2009, une saison que les Normands termineront dans la zone rouge alors qu’ils pointaient au 13e rang avec 8 points d’avance sur le premier relégable Valenciennes à la fin de la phase aller. À l’inverse, le FC Sochaux est un spécialiste des démarrages façon diesel et de l’issue heureuse dans le money time. Pas plus tard que la saison dernière, les Doubistes avaient entamé l’année 2013 dans la peau d’un futur relégable pour finir par laisser la place aux Brestois.


Guingamp, grippe passagère ou persistante ?

Et donc on en vient au cas de Guingamp cette saison. Comme Strasbourg en 2007, les Bretons sont de beaux promus. Comme Strasbourg en 2007, ils ont réussi de très bons débuts en Ligue 1 durant l’été et l’automne. Comme Strasbourg en 2007, ils sont dans le dur depuis le début de l’hiver. Comme Strasbourg en 2007, vont-ils s’effondrer au point de redescendre à l’étage en dessous au printemps ? On n’en est pas là bien sûr, mais il y a forcément matière à s’inquiéter du côté de Jocelyn Gourvennec et de ses ouailles. Tranquillement positionnés à la 12e place avec 24 points fin décembre, ils pouvaient envisager sereinement la deuxième moitié de saison en comptant 10 points d’avance sur le premier relégable, Valenciennes. Ils ont même eu un matelas de 12 points d’avance au soir de la 11e journée et une victoire face à Ajaccio. Depuis, ils n’ont décroché qu’un seul succès le 30 novembre face à Nantes (1-0) et restent sur une série de dix matchs sans victoire. La zone rouge n’est plus qu’à 5 petits points et la relégation guette les Costarmoricains. Un changement de configuration qui tient autant au léger mieux de Valenciennes en 2014 qu’au surplace de Guingamp, qui n’arrive plus à prendre les points et se manque dans les moments stratégiques des rencontres. L’attaque rouge et noir n’a plus marqué en première période depuis fin septembre et la défense craque trop souvent dans les fins de match : déjà face au PSG (1-1), puis lors des trois dernières défaites face à Bastia (2-3), Reims (1-2) et Sochaux (0-1). Jusqu’ici plutôt pondéré et rassurant dans ses propos, Gourvennec a haussé le ton après la défaite de samedi dernier à Sochaux : « Cela fait quelque temps que nous n'arrivons plus à arracher les matchs (…). Ce qui me fâche le plus ce soir, c'est de voir mon équipe battue dans l'engagement. On est Guingamp, on ne peut pas se permettre de se montrer défaillant dans ce domaine. » Propos complétés cette semaine en conférence de presse : « On doit être capables de se servir de ce match manqué (à Sochaux) pour rebondir et réussir à se lancer dans un maintien sans se faire peur.  » Le match de ce soir face à Nice est là pour ça.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico
Hier à 18:05 La FIFA suspend trois dirigeants nord-américains à vie 7 Hier à 14:22 Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 15
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall
Hier à 09:51 DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions