Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Atlético-Sporting

Griezmann plus Costa(ud)

Depuis que Diego Costa, qui ne pouvait pas jouer en raison de l’interdiction de recrutement de son club, a retrouvé le terrain avec l’Atlético de Madrid, Antoine Griezmann s’éclate. Davantage libéré aux côtés de l’Espagnol fournissant un travail remarquable, le Français se sent moins seul aux avant-postes.

Modififié

L’image va mieux à l’un qu’à l’autre. Mais l’important est ailleurs. En sortant son jeu de mot bien senti, Marca a exprimé la sensation que toute l’Espagne essayait de décrire : l’AG/DC, initiales d’Antoine Griezmann et Diego Costa renvoyant au mythique groupe de hard rock né dans les années 1970, envoie actuellement du lourd et joue une violente musique qui effraye certains défenseurs fervents de mélodie plus douce. Comme les frères Young, les deux artistes se sont bien trouvés et cartonnent chaque fois qu’ils montent sur la scène du gigantesque Estadio Metropolitano ou qu'ils effectuent une halte dans leur tournée européenne.


La preuve par les chiffres : depuis le retour sur les pelouses de Costa début janvier, Antoine Griezmann a inscrit douze buts en Liga, contre cinq auparavant. En Ligue Europa, le Tricolore se montre également décisif puisqu'il a marqué deux fois en trois matchs. Même bilan en Coupe du Roi. De son côté, Diego a catapulté six parpaings dans les filets adverses en treize rencontres toutes compétitions confondues, tout en réalisant trois passes décisives. Pas mal pour un mec qui n’avait plus officiellement foulé un terrain depuis plus d’une demi-année en raison de l’interdiction de recrutement de l’Atlético de Madrid (le club a dû attendre l’hiver pour rendre le transfert de l’attaquant en provenance de Chelsea effectif). Niveau chiffres, le duo est bon.

Arrivé à point nommé


Mais c’est surtout dans leur entente mutuelle et leur complémentarité que le binôme impressionne. Moins enthousiasmant qu’à l’accoutumée durant les premiers mois de la saison, Griezmann sort aujourd’hui des prestations de haute gamme. Comme contre Leganés fin février, avec un quadruplé aussi varié qu’esthétique (du jamais-vu pour un Français en Espagne). Ou comme à Séville trois jours avant, avec un triplé et une passé dé répondant à l’ouverture du score de Costa, aligné lors des deux rencontres. C’était prévisible, c’est désormais confirmé : la présence de l’ancien Blue libère et soulage le Bleu. De manière psychique, d'abord, l’agressivité du Brésilien pouvant transformer le visage d’une équipe toute entière.


Et sur le plan tactique, ensuite. Constamment dans la proposition, l’avant-centre de la Roja offre un appui physique de qualité à son partenaire (avec qui il forme la doublette offensive du 4-4-2 de Diego Simeone) et n’hésite pas à jouer la profondeur. Un profil complet dont ne dispose pas, par exemple, Kevin Gameiro. Lequel était d’ailleurs loin de représenter un élément indiscutable avant le mercato hivernal. Ce qui signifie que le moteur des Colchoneros pouvait se retrouver isolé devant et obligé de faire des efforts surhumains pour revenir derrière. Maintenant, Costa lui facilite la tâche en fournissant un travail défensif toujours aussi impressionnant, et la ligne des quatre milieux – Saúl Ñíguez, Gabi, Thomas Partey et Koke ; voire Victor Vitolo – lui rend la vie plus simple en ratissant toute la largeur.

Une séparation irréversible ?


Durant la trêve internationale, Griezmann n’a ainsi pas caché son plaisir de jouer avec son nouvel acolyte, assurant avoir « besoin de Costa et de Giroud pour briller » . «  Diego Costa recherche beaucoup plus la profondeur. C'est aussi un sacré phénomène en dehors des terrains, il est assez marrant » , a également ajouté le finaliste du dernier Euro face à la presse. De son côté, l’ex-Londonien, qui a d’emblée détruit la « concurrence saine  » évoquée à son arrivée, compte bien poursuivre l’aventure avec Grizou dans son champ de vision, malgré les rumeurs de transferts entourant l’avenir de l'ancien de la Real Sociedad. « Je pense qu’il va rester, a-t-il donc estimé en conférence de presse, sourire aux lèvres. Avant, il n'arrêtait pas de m'appeler pour que je revienne à l’Atlético. Donc maintenant, il ne va pas me laisser tout seul. Je lui ai dit de ne pas partir. »


Qu’en pensent les dirigeants du club ? « Ça nous a tellement coûté d'unir Griezmann avec Diego Costa, que l'idée est qu'ils puissent évoluer ensemble dans l'équipe durant plusieurs années » , réagissait dès le mois de décembre Miguel Angel Gil Marín, conseiller délégué de l’entité, sur Onda Cero. Un coup de bluff pour faire monter les enchères ? Peut-être. En tout cas, il reste au moins quelques mois pour déguster le concert des AG/DC. À Madrid ou dans le reste de l’Europe. Avec le son à fond.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:29 La VAR débarque en Premier League la saison prochaine 14

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 11:52 Diego Maradona : « Mourinho est le meilleur coach du monde » 75
À lire ensuite
Liverpool dérègle la City