Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Gradel : « Je pouvais mourir pour le football »

Modififié
Les confidences de Max-Alain.

Avant le déplacement de Toulouse à Rennes dimanche, l'attaquant ivoirien s'est confié dans un entretien accordé à Ouest-France. Le joueur de 30 ans revient sur le bon début de saison du TFC et son bon feeling avec Alain Casanova, de retour sur le banc des Violets cet été. Mais surtout, il évoque son enfance pas facile et son rapport avec le ballon. « Mon père, avec qui je vivais en Afrique, ne voulait pas que je touche au ballon, se souvient Gradel. Il voulait que j’aille à l’école, que je me concentre sur les études. Chaque fois que je jouais, qu’il me voyait jouer ou qu’il apprenait que j’avais joué, je passais à la casserole... »


Gradel a pris des coups, il ne s'en cache pas, mais il considère que ces moments difficiles lui ont permis de devenir footballeur professionnel. « Ça m’a appris, déjà très jeune, à prendre des décisions, à savoir ce que je voulais, ajoute-t-il. Déjà, là, je comprenais que je pouvais mourir pour le foot parce que se faire frapper bien comme il faut par son père et le lendemain, encore continuer à prendre de tels risques à aller jouer, voire même avec la possibilité de prendre de plus gros coups... Retourner jouer en sachant qu’au retour tu vas te faire taper dessus, si tu n’es pas prêt à mourir pour ce sport, tu ne le fais pas. »



Pas étonnant de le voir martyriser ses adversaires, en fait. CG
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 1 heure GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Champions League il y a 1 heure Un doublé pour Rooney, DC United qualifié pour les play-offs 3 il y a 2 heures R3 : Bourbaki remporte le derby de Pau 4
il y a 3 heures Gignac plante son dixième but de la saison 8

Le Kiosque SO PRESS