Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options

Gillet Body, Action 2 en 1

Adoré à Bastia et fraîchement transféré à Nantes pendant ce mercato hivernal, Guillaume Gillet avait rappliqué l’air de rien à Anderlecht l’été dernier. Redevenu indispensable aux Bruxellois, il a cependant eu mal au cœur de se retrouver arrière droit, poste qu’il déteste presque autant que le Standard…

Modififié
Il court, il court, le Gillet. D’une reprise en demi-volée du pied droit, il vient de tromper le Gantois Bojan Jorgačević et d’offrir la victoire à Anderlecht en finale de la Coupe de Belgique 2008. Alors qu’il sprinte vers les tribunes, le Liégeois ne contrôle pas son extase et enlève son maillot qu’il lance à ses supporters. Mais il n’est pas sanctionné d’un carton jaune. À la pause, Gillet a en effet eu l’idée d’enfiler… un deuxième maillot absolument identique en dessous du principal, histoire d’éviter le bristol. Cette drôle d’idée – qui lui permet de faire la nique aux règles sans pour autant dévoiler son torse (à quoi bon dès lors ?) – ne lui reviendra ensuite que 91 mois plus tard, au moment bien moins prestigieux où il offre un point à Anderlecht contre Lokeren (16e journée de Pro League). Entre les deux – et même après et avant – une belle histoire d’amour entre un club bruxellois et un Liégeois anti-Standard.

On vrêy Lidjeûs


Guillaume Gillet est un vrai Lidjeûs. Un mec de la Principauté, de la Cité ardente quoi… mais pas un Rouche. Dès son plus jeune âge, le petit Guillaume s’affilie ainsi chez les Sang et Marine du RFC Liège, les rivaux du Standard. C’est donc le genre de mecs qui répond « Liège et Anderlecht » quand Sport/Foot Magazine lui demande qui il supportait étant gamin. « J'ai quand même réussi l'exploit d'aller à un entraînement du Standard avec un maillot mauve. Mais il est resté dans mon sac ! On m'a dit : "Tu t'entraînes soit torse nu, soit avec le T-shirt d'un autre..." »

Le problème, c’est que dans les années 90 – celles qui voient Guillaume débuter le football –, le RFC Liège va connaître de gros problèmes financiers qui, couplés à la destruction de son stade ancestral à Rocourt, ne vont pas aider une formation qui ne tient plus la dragée haute en D1 et chute dans les divisions inférieures. Qu’importe, en vrai amoureux du club, Gillet reste au RFC où il fait ses débuts à l’âge de 18 ans en équipe première. La suite, c’est un envol majestueux : le milieu offensif transite par Visé et Eupen (D2) avant d’être repéré par La Gantoise.

Le passe (arrière) droit


Gillet sort alors d’une saison à 16 buts, mais lors de sa première titularisation, sur le tableau d’avant-match de son coach Georges Leekens, il découvre qu’il va devoir jouer… au poste d'arrière droit. Son « Coach, vous vous êtes trompé, ce n'est pas là que je joue » n’aura pas grande influence, l’ancien sélectionneur des Diables rouges est sûr de lui : c’est là que le Liégeois peut amener un plus à l’équipe. Le licencié en éducation physique a beau rechigner à l’idée d’évoluer en défense – il adore marquer –, c’est grâce à cette position qu’il va découvrir l’équipe nationale, dès 2007. S’ensuivront 21 sélections avec un but, aussi sublime qu’important, contre la Croatie (1-1) lors des qualifications pour la Coupe du monde 2014. C’est aussi ce poste-là qui lui ouvrira un an plus tard les portes du Sporting d’Anderlecht, son deuxième club de cœur. En janvier 2008, il rejoint donc Bruxelles pour devenir un des joueurs les plus polyvalents de tout le championnat.

Vidéo

Wasilewski, Hugo Boss et le Standard


Après une première demi-saison qu’il imagine être de transition en défense, Guillaume constitue un des membres du triangle central du Sporting 2008-2009 avec Jan Polak et Lucas Biglia. Bingo : le Liégeois est le plus efficace des trois puisqu’il termine la saison avec huit prunes et sept passes décisives en championnat. Mais au mois d’août suivant, celui qui défilera par la suite pour Hugo Boss va être la deuxième victime de la terrible blessure de l’arrière latéral Wasilewski. Blessé contre le Standard, le Polonais laisse sa place toute la saison à Gillet, qui se venge de ses ennemis liégeois en leur plantant son premier but.

Sur l’ensemble de sa carrière belge, il se révèlera d'ailleurs décisif face aux Rouches puisqu’il leur inscrira sept buts en tout, notamment lors d’un historique 5-0 en 2011, ou encore en 2013, lorsqu'il égalise dans les derniers instants d’un match que les Bruxellois perdaient 1-2 à 9 contre 10… Alors que ses années en Mauve et Blanc s’enchaînent, Gillet conforte sa place dans le 11 de base et devient une valeur sûre du noyau de l'équipe. Sa saison de grâce ? En 2011-2012, lorsqu'il est élu dans l’équipe type de la Ligue Europa, qu’il plante 20 buts en tant qu'ailier droit et qu’il offre le titre aux siens face à Bruges en fin de saison.

Deux transferts en un


Arrière droit ; milieu central ou offensif ; ailier droit... quelle que soit sa place, Guillaume Gillet a toujours marqué pour Anderlecht (62 buts en 330 matchs). Son problème, c’est peut-être finalement sa polyvalence. Après une année plus difficile avec le brassard de capitaine en 2013-2014, Gillet reçoit quelques sifflets des tribunes et semble avoir perdu un peu de confiance du côté des dirigeants. Il s’exile donc à Bastia, où l'on se contrefiche des desiderata du joueur ou de ce qu’on en a fait avant : en Corse, Guillaume sera milieu central. Résultat : en une saison, le Liégeois peut se targuer de ne pas avoir raté une seule seconde de Ligue 1 et est élu bastiais de l’année.

Quand il revient à Bruxelles, il se met donc d’accord avec son coach pour rester aux alentours de la ligne médiane… Il n’y restera même pas cinq matchs. Il y a quelques semaines, le joueur a donc lui-même annoncé qu’il allait quitter le Sporting pour revenir en France. Alors que Gillet s’apprête désormais à trimbaler sa tignasse en bord de Loire, au FC Nantes, Anderlecht se rend bien compte qu’avec le transfert du Liégeois, il n’a pas perdu un, mais deux joueurs en même temps.

Par Émilien Hofman
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

Hier à 15:01 Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 11 Hier à 14:41 Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 23