Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 19 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Liverpool

Gerry Marsden ne chantera jamais seul

La voix qui fait chavirer Anfield depuis plus de cinq décennies s'est éteinte ce dimanche à l'âge de 78 ans. Oui, Gerry Marsden nous a quittés, mais son You'll Never Walk Alone est éternel, à Liverpool et au-delà.

Modififié
« J'adore les paroles, j'adore l'ensemble et je l'ai juste chantée comme je pensais qu'elle devait être chantée. Par chance, ça a marché. » C'est comme cela que feu Gerry Marsden, pour les 50 ans du chef-d’œuvre de sa vie en 2013, racontait la naissance de l'une des plus grandes chansons de stade de tous les temps, si ce n'est la plus grande. En 1963, Gerry and the Pacemakers, joyeuse bande de Liverpuldiens créée en 1959 par Marsden et son frangin Fred, est déjà un groupe installé dans le paysage du Merseybeat - cette scène pop-rock de Liverpool en pleine explosion - aux côtés des Beatles : ses deux premiers singles « How Do You Do It ? » et « I Like It » ont tout cassé dans les charts britanniques et, il compte bien poursuivre sur la lancée.

« Où est notre chanson ? »


Alors pour la suite, les « stimulateurs cardiaques » de la Mersey décident de balancer en guise de troisième opus, malgré les réticences du mythique manager Brian Epstein et du vrai « Cinquième Beatle » Sir George Martin, une reprise d'un extrait de la comédie musicale Carousel, apparue à Broadway en 1945 (écrite par Richard Rodgers et Oscar Hammerstein II), et dont Gerry est tombé amoureux par hasard au cinéma. Cette chanson, c'est You'll Never Walk Alone. Dans l'exercice, ce dernier passe après des voix telles que Frank Sinatra, Nina Simone ou Ray Charles, rien que ça. Loin du registre tragique de la version originale et tranchant totalement avec les airs enjoués des premiers singles du groupe, cette cover se veut un cri du cœur entraînant, vibrant et entêtant : de quoi faire lever quelques poils, en somme, surtout quand on prête l'oreille à ces lyrics inspirantes. Bingo : à partir du 29 octobre de cette même année, Marsden et ses potes trustent pour la troisième fois consécutive le sommet des classements outre-Manche, du jamais-vu à l'époque.


Le titre n'a pas encore tous les arrangements qui ajouteront à son côté mystique dans une nouvelle version des années plus tard, mais c'est déjà à ce moment-là que l'histoire s'écrit, comme le racontera le principal intéressé, évidemment supporter des Reds : « Avant chaque coup d'envoi, ils jouaient le top 10, du n°10 au n°1, donc You'll Never Walk Alone était joué avant le match. J'étais au stade et j'ai entendu tous les supporters chanter, je me suis dit "Bloody hell, ils chantent ma chanson, c'est fantastique." Quand elle est sortie du top 10, ils l'ont retirée de la playlist, puis pour le match suivant, le Kop criait "Où est notre chanson ? Où est notre chanson ?" Ils ont donc dû la remettre. »

Les frissons de Celtic Park


Rapidement devenu incontournable à Anfield avant, pendant et après les rencontres, le tube de G&TP ne quittera plus le LFC - et vice versa - et entrera dans une nouvelle dimension après le drame d'Hillsborough (1989), en symbole d'unité entre Scousers. Et puis il y a cette phrase que l'immense Bill Shankly aurait susurré à l'oreille du musicien, en 1964, après avoir découvert le son par le chanteur lui-même : « Gerry, fiston, je t'ai donné une équipe, et tu nous as donné une chanson. » L'Écossais, à la tête de l'équipe de 1959 à 1974, participera à faire du single l'hymne des Rouges à partir de la finale de la FA Cup 1965, remportée à Wembley contre Leeds (2-1). Ce n'est pas étonnant si l'on peut désormais lire « You'll Never Walk Alone » au sommet du Shankly Gates à l'entrée du stade (depuis 1982), et par ricochet sur le blason du club (depuis 1992) au-dessus du nom et de l'iconique liver bird.



Bien sûr, la vie de l'auteur-compositeur-interprète ne se limitera pas à cela : il fait partie de l'ordre de l'Empire britannique depuis mars 2003 pour l'ensemble de ses actions caritatives, a connu une petite carrière télévisuelle et a continué d'offrir des albums et tournées, en solo ou sous le nom des Pacemakers, jusqu'en 2012 (avec plusieurs autres succès au milieu des années 1960), ne raccrochant sa guitare qu'en 2018. Mais après cet automne 1963, sa ballade, en même temps qu'elle accompagnait les succès d'Emlyn Hughes, Ian Rush, Kenny Dalglish, Steven Gerrard ou Jordan Henderson, ne l'a plus jamais quitté.



Il en produira notamment une nouvelle version en 1985 avec le supergroupe The Crowd pour les victimes de l'incendie de Valley Parade à Bradford ; mais on retiendra surtout son interprétation hors normes en communion avec le Celtic Park en mars 2003 avant la réception de Liverpool en quarts de finale de Coupe l'UEFA - entre les deux clubs les plus marqués par cette chanson, laquelle a largement dépassé les frontières de la ville portuaire - ou celle précédant la finale de la Coupe d'Angleterre 1989 à Wembley entre le LFC et... Everton. Le 6 juin 2019, cinq jours après le succès des Reds en C1, il était monté sur scène une dernière fois sur invitation du groupe Take That, pour chanter YNWA en plein cœur d'Anfield. On a vu pire, comme sortie.



Par Jérémie Baron Propos de Gerry Marsden tirés de liverpoolfc.com et de l'Independent
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 22:30 Viens nous défier jeudi soir 20h sur un quiz spécial tactique !
Hier à 15:21 Tony Chapron : « Il est rarement choisi, ce crâne chauve » 40 Hier à 15:15 Un gardien belge de 23 ans met un terme à sa carrière pour devenir entrepreneur 6
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 14:00 D1 Haïti : Le titre attribué malgré les deux morts lors de la finale 3 Hier à 13:53 OL-Metz : Anthony Lopes est-il un danger public ?
Hier à 12:33 OM 93, Socrates... Offrez vous un tirage photo So Foot exclusif ! 1 Hier à 12:30 L’entraîneur de Shrewsbury, positif au coronavirus, a passé du temps en soins intensifs 6 Hier à 11:52 Mediapro propose de continuer à diffuser la Ligue 1 après le 31 janvier 58
À lire ensuite
City broie Chelsea