Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 60 bougies de Genghini

Genghini, moustache au carré

Bernard Genghini souffle aujourd’hui ses soixante bougies. Et avant que l’ancien Sochalien ne se mette du gâteau plein les bacchantes, il est temps de se souvenir pourquoi on ne voyait que son auguste duvet au milieu du « carré magique » .

Modififié

Moustache comme identité


Ian Rush, William Carvalho, Raymond Domenech, David Seaman, Rivelino, Guy Lacombe. Les représentants de la moustache ont tous en commun d’être publiquement reconnus pour leur attribut poilu, qu’il soit assimilé à un signe de virilité contrôlé ou à une anomalie de rasage. C’est sûr, Bernard ne doit pas sa carrière qu’à ce duvet maîtrisé puisque c’est sans qu’il s’est fait remarquer. « À quinze ans, en 1974, je jouais dans mon club de Guebwiller contre des jeunes de Sochaux, en lever de rideau de notre équipe première. On gagne 6-1 ou 6-0, je ne sais plus, mais j’en mets quatre, nous racontait-il en juillet dernier. Ça avait pas mal joué en ma faveur puisque j’ai ensuite rejoint le centre de formation du FC Sochaux qui venait d’être créé. »


Mais cette moustache symbolise tout aussi bien le joueur qu’il était, à savoir un joueur classieux des années 1980 tout en arborant ce style à papa. Aimer Genghini, c’est aimer les contradictions, comme celles d’être un créateur dégingandé, gaucher plus adroit dans l’axe et qui aimait autant passer que faire servir pour mettre la tête, ou celle d’être un meneur de jeu international avec un numéro 6 ou 9 dans le dos, à cause d’un Michel Platini dans les parages.

Moustache comme originalité


Le foot a toujours eu un faible pour le chiffre 3, toujours prêt à glorifier les trios, du Sócrates-Zico-Falcão à la MCN parisienne. Mais exception culturelle oblige, la France a construit le mythe d’une génération autour d’un « carré magique » . Avec des prémices aperçus en novembre 1981 lors d’un match décisif face aux Pays-Bas, où Michel Hidalgo avait innové en alignant côte à côte trois meneurs (Giresse, Platini et donc Genghini), institutionnalisé à partir d’un match du Mundial 1982 face à l’Irlande du Nord avec l’association de Tigana à ce trio, les « Fab Four » avaient tout pour rouler sur le monde du foot. « Aujourd’hui, on joue avec trois numéros 6 et un 10. Moi, je jouais avec trois 10 et un 6 » , aimait rappeler à l'époque le sélectionneur tricolore.


Mais ce qui restera dans la postérité sera finalement les petits bras de Giresse, le coffre de Tigana et la légende de Platoche. Genghini ? Le gaucher est balayé dès l’été suivant pour l’intronisation du plus défensif Luis Fernandez à sa place. Question d’équilibre certes. Mais aussi pour laisser les coudées franches au patron Michel. Capable lui aussi de marquer des coups francs incroyables, recruté à Saint-Étienne pour lui succéder, « Tchouki » avait au moins autant de talent que ses compères, mais pas forcément le caractère pour s’imposer comme un leader. Le George Harrison du quatuor.

Moustache comme bonhomie


Au Mondial 1986, le train est passé. Il n’est plus qu’un remplaçant en sélection. Mais « Ghini » reste digne malgré la déception. « On est avec le groupe, mais sans avoir le sentiment d’être à la Coupe du monde, confiait-il aux journalistes de L'Équipe. On ne vit pas les victoires et le quotidien de la même manière. » Discret, voire introverti, il garde sous silence cette blessure au point que Michel Platini n’avait même pas remarqué le mal-être de son coéquipier. Un homme aussi simple et mesuré que passionné, ne se mettant jamais en avant sans pour autant se cacher.

Pour lui, le foot doit rester un spectacle, un jeu devant être pratiqué de la plus belle manière que l’on puisse. En témoigne son attachement aux valeurs de Sochaux, tant sur le terrain que dans les têtes. « Le public de Bonal, c’est beaucoup d’ouvriers avec l’usine Peugeot à côté, des gens qui viennent au stade pour passer un bon moment. Alors bien sûr, ils voulaient voir leur club gagner, voir leurs joueurs se bagarrer, mouiller le maillot, s’accrocher. Mais à côté de ça, ce n’était pas suffisant. Ils voulaient voir une équipe qui construise, qui se porte vers l’avant, marque des buts. »

Moustache comme trait d’union


Cette moustache d’entre deux époques est aussi une belle métaphore pour un gars qui a été un passeur entre les différentes génération. Après avoir débuté aux côtés de Patrick Revelli, venu se relancer dans le Doubs, avoir grandi avec Yannick Stopyra, avoir accompagné les débuts de Philippe Anziani, Daniel Bravo, Claude Puel et Jean-Pierre Papin à Sochaux, Monaco ou Marseille, Genghini en a connu du beau monde.


Même s’il n’a pas pour autant l’âme d’un coach, l’Alsacien reste depuis sa retraite un vrai passeur de passion, que cela soit dans la cellule de recrutement, à la formation ou à la direction sportive de Sochaux puis à Mulhouse. Alors même si la moustache a blanchi et qu’elle est assortie aujourd’hui d’un bouc de belle facture, Genghini reste ce mec qu'on aurait voulu encore plus aimer.



Par Mathieu Rollinger Propos de Genghini recueillis par MR, sauf mention.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Le Ney dans le guidon