Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Saint-Étienne-Lyon (0-5)

Génésio, reçu six sur six

Après un début de saison globalement manqué, Bruno Génésio et l’OL viennent d’enchaîner six victoires de rang. L’entraîneur lyonnais répond ainsi de la meilleure des manières à son président qui annonçait vouloir faire le point sur sa situation « après le derby » . Cette réunion se fera après une claque donnée au rival stéphanois (0-5).

Modififié
« Il est trop tôt pour prendre des décisions après huit matchs. On fera le point après le derby. » Après un nul décevant ramené d’Angers (3-3) début octobre, Jean-Michel Aulas laissait un crédit supplémentaire à son entraîneur Bruno Génésio, dont la place sur le banc lyonnais paraissait de plus en plus menacée. Un mois, six matchs pour renverser la vapeur et permettre aux Gones de se relancer en championnat et en Ligue Europa après deux nuls contre Limassol (1-1) et l’Atalanta (1-1). Mis sous pression par son président, Génésio a répondu de la plus belle des manières, en enchaînant six victoires consécutives, toutes compétitions confondues (Monaco, Everton, Troyes, Metz, Everton, Saint-Étienne). Une performance que l’OL n’avait pas réalisé depuis mars 2008, année du dernier titre de champion de France fêté entre Rhône et Saône.

Génésio peut remercier Nabil Fekir


Si l’entraîneur lyonnais semble être la cible privilégiée de certains internautes sur les réseaux sociaux, il n’est en rien étranger à cette belle série. En confiant le brassard de capitaine à Nabil Fekir en début de saison, Génésio souhaitait responsabiliser son joueur, qui décevait depuis plusieurs mois, et faire ainsi de lui un véritable leader technique sur le terrain, capable d’emmener ses coéquipiers vers la victoire. Banco. Contre Monaco (premier des six matchs capitaux pour l’entraîneur de l’OL), Fekir livre une superbe prestation et offre les trois points de la victoire dans les arrêts de jeu d’un coup franc majestueux (3-2). Alexandre Lacazette parti, « Bilon » , comme il est surnommé dans le vestiaire lyonnais, doit prendre le relais. Avec onze buts inscrits en onze matchs, le meneur de jeu s’en sort pour l’instant à merveille et multiplie les gestes de soutien envers son entraîneur pour le remercier de sa confiance.


Car au contraire de Hubert Fournier, démis de ses fonctions en décembre 2015 par Jean-Michel Aulas, Génésio peut compter sur le soutien du vestiaire lyonnais. Un vestiaire dans lequel son autorité est respectée de tous comme en attestent ses échanges avec les deux solistes Mariano et Memphis, vivement recadrés ces dernières semaines alors qu’ils semblaient s’éviter sur le terrain. Génésio sait gérer les ego de ses joueurs. Dès lors, il n’est pas anodin de voir les quatre attaquants des Gones (Memphis, Fekir, Mariano, Traoré) trouver le chemin des filets lors du festival offert, ce dimanche soir, contre le rival stéphanois (0-5).

Le premier derby gagné par l’OL à Sainté depuis 2013 et Jimmy Briand


Plus cohérent dans ses compositions d’équipe, ses remplacements, ses schémas de jeu et sa gestion du groupe depuis les coups de pression de son président, Génésio paraît enfin avoir les épaules assez larges pour endosser le costume d’entraîneur de l’Olympique lyonnais. Les cas épineux comme la gestion des latéraux Rafael/Tete à droite et Marçal/Mendy ou l’incorporation dans le onze de jeunes pousses comme Houssem Aouar ou Myziane Maolida sont pour l’instant traités de manière efficace et portent leur fruit sur le terrain. Ainsi, à Geoffroy-Guichard, les Gones n’ont fait qu’une bouchée des Verts pour remporter leur premier derby dans l’antre des Stéphanois depuis 2013 et le coup de tête de Jimmy Briand dans les arrêts de jeu. Une claque, cinq buts à zéro, qui restera à coup sûr dans les mémoires des supporters de l’OL, et particulièrement dans celle de Bruno Génésio.



Par Maxime Feuillet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


À lire ensuite
Memphis, nouveau Depay