Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // Coronavirus

Gasperini, des confessions qui font jaser

Lors d'une interview à la Gazzetta dello Sport, Gian Piero Gasperini a raconté avoir, lui aussi, contracté le Covid-19. Sauf que le coach a précisé qu'il l'avait visiblement eu la veille et le jour du match Valence-Atalanta. Et qu'il avait donc effectué le déplacement en Espagne en étant conscient d'être malade. Ce qui, forcément, provoque un tollé en Espagne, mais aussi en Italie.

Modififié
Gian Piero Gasperini ne pensait certainement pas recevoir un tel boomerang en pleine tronche. Ce dimanche, la Gazzetta della Sport a publié une interview exclusive du coach de l'Atalanta. Dans celle-ci, le Gasp raconte les trois derniers mois qu'il a vécus à Bergame, l'un des épicentres de l'épidémie Covid-19 en Italie et en Europe.
« La veille du match contre Valence, je me sentais mal. L'après-midi, encore pire. C'était le 10 mars. » Gian Piero Gasperini
Surtout, il admet avoir lui aussi contracté le nouveau coronavirus. « Il y a 10 jours, les tests sérologiques m'ont confirmé que j'avais eu le Covid-19, assure-t-il. J'ai développé des anticorps, ce qui ne veut pas dire que je suis immunisé. » Jusque-là, rien de surprenant. Ce sont plutôt les circonstances dans lesquelles l'entraîneur a été malade qui ont provoqué de vives réactions en Italie... et un tollé en Espagne. « La veille du match contre Valence (disputé en Espagne le 10 mars, alors que l'Italie, et surtout la Lombardie, était déjà en plein dans l'épidémie, N.D.L.R.), je me sentais mal. L'après-midi, encore pire. Sur le banc, j'avais vraiment une sale tête. C'était le 10 mars. Les jours suivants, j'ai peu dormi. Je n'avais pas de fièvre, mais je me sentais éreinté, comme si j'avais 40 de fièvre. La nuit, j'entendais des sirènes toutes les deux minutes. Je me disais : "Si je vais là-dedans, que m'arrivera-t-il ? Je ne peux pas partir maintenant, il me reste tellement de choses à faire." »

Confessions intimes


« Nous sommes très surpris du fait que l'entraîneur de l'Atalanta, la veille du match et le jour de la rencontre à Mestalla, était conscient d'avoir des symptômes vraisemblablement compatibles avec le coronavirus et n'a pas pris de mesures préventives. » FC Valence
Derrière ce récit, Gasperini admet donc ouvertement être allé à Valence alors qu'il était malade et qu'il se savait malade. Avec tous les risques sanitaires de contagion que cela peut entraîner. Forcément, le FC Valence, dont l'effectif a été le plus touché d'Espagne par la maladie (dix joueurs et quinze personnes du staff l'ont contracté), a vivement réagi à ces confessions via un communiqué lapidaire. « Nous sommes très surpris du fait que l'entraîneur de l'Atalanta, la veille du match et le jour de la rencontre à Mestalla, était conscient d'avoir des symptômes vraisemblablement compatibles avec le coronavirus et n'a pas pris de mesures préventives. Il a ainsi mis en danger en premier lieu son propre cas, mais aussi ceux de nombreuses personnes pendant son voyage et son séjour à Valence. (...) Ce match a été joué à huis clos, entouré de mesures rigoureuses, de façon à prévenir le risque de contagion, notamment parce qu'ils (les joueurs de l'Atalanta, N.D.L.R.) venaient d'une zone à risque. »


Plus que le FC Valence, c'est, depuis ce dimanche, toute l'Espagne et une grande partie des Italiens qui s'indignent des paroles et du comportement de Gasperini. Car au-delà du témoignage d'un homme qui a logiquement eu peur pour sa santé et pour sa vie, il y a là un véritable aveu de grave négligence. De fait, en Lombardie, le Covid-19 a frappé dès la fin du mois de février (il a d'ailleurs été évoqué à plusieurs reprises que le match aller Atalanta-Valence, disputé à Milan, avait pu être le « match zéro » du coronavirus). Le 8 mars, le Premier ministre, Giuseppe Conte, ordonnait le confinement à l'ensemble du territoire. Le 9 mars, près de 10 000 cas de Covid-19 étaient déjà déclarés en Italie, la plupart en Lombardie, Bergame étant alors en zone rouge. Autant dire que si Gasperini a bien ressenti des symptômes comme de la fièvre, de la fatigue, il ne peut pas ne pas avoir pensé au virus. Et à un moment où l'Italie toute entière se confinait pour ralentir la propagation du virus, lui n'a rien trouvé de mieux à faire que de trimbaler ses symptômes et sa contagiosité dans un autre pays. Sans en avertir qui de droit, qui plus est.

Injures, exclusion et gros mytho ?


Personnage déjà peu apprécié en Italie (l'homme, pas le coach), Gasperini ne va certainement pas faire remonter sa cote de popularité avec ces déclarations. Les réseaux sociaux se sont embrasés avec des milliers de messages injurieux à l'encontre du coach (notamment après que Gianluca Di Marzio a reposté le communiqué du FC Valence), quand les sites espagnols ont pointé « l'irresponsabilité de l'entraîneur de la Dea » , allant même jusqu'à demander l'exclusion de l'Atalanta de la Ligue des champions pour « non-respect des normes de sécurité » .


Certains tifosi, encore plus suspicieux, sont même allés jusqu'à remettre en cause la véracité des propos du coach. Avec, à l'appui, une vidéo de l'entraîneur italien en train de danser à l'aéroport après la rencontre.




Autant dire que la semaine qui arrive risque d'être plutôt agitée pour Gasperini. Qui, après la publication de cette interview, va désormais devoir se justifier sur la place publique. Bon courage, mister.

Par Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi

Hier à 12:19 EuroMillions : 143 millions d'€ à gagner + 1 millionnaire garanti ce mardi
Hier à 17:45 Rothen de retour sur le banc du Plessis-Robinson en R1 15
Partenaires
Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 08:51 La collection de tirages photo So Foot de juillet est dispo !