Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 5 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Real Madrid

Bale a-t-il marqué l'histoire du Real ?

S'il a passé ces derniers mois à faire le pitre en dehors du terrain et à taper la balle de golf plutôt que le ballon, Gareth Bale aurait peut-être mérité de quitter le Real Madrid avec davantage de reconnaissance. Car même s'il s'est mal terminé, son passage en Espagne a constitué une réussite. Avec d'innombrables titres à la clé, des exploits personnels de toute beauté et des émotions insensées.

Modififié
C'est officiel, Gareth Bale est de retour à Tottenham. C'est officiel, Gareth Bale a retrouvé le sourire du footballeur (et non du golfeur). C'est officiel, Gareth Bale ne laissera pas de trace indélébile dans le club qu'il vient de quitter... Vraiment ? Si les deux premières affirmations sont actées depuis l'annonce du prêt du joueur dans son ancienne team sept ans après lui avoir dit au revoir, beaucoup considèrent également la troisième comme une réalité. Avec, pour argument principal, une fin d'aventure totalement lunaire en Espagne.


Déclarations provocatrices, irrespect pour l'entité qui l'emploie, manque d'investissement évident sur le plan sportif, multiples blessures, sombre relation avec Zinédine Zidane, conflit avec la direction (au sujet, notamment, de transfert et de salaire), quasiment aucune prestation positive sur le terrain... Depuis deux ans, il paraît clair que ce n'est pas la meilleure personnalité de l'homme, ni le meilleur visage du footballeur qui ont été donnés à voir. Reste que ce passage à vide ne peut, ne doit pas occulter ce qui a précédé et ce que l'histoire retiendra.

Meilleur buteur britannique de l'étranger, quatre C1...


« Je crois que quelqu'un qui a réalisé ce qu'il a réalisé pour le club devrait mériter un meilleur traitement, je pense que ce que les fans ont fait est honteux et que le club n'a pas aidé » , a immédiatement dénoncé Jonathan Barnett à la BBC après la signature de son poulain à Tottenham, à propos des huées que ce dernier a pu entendre de la part des supporters madrilènes ces derniers temps. Or, si sa neutralité peut évidemment être remise en cause, l'agent n'a pas complètement tort. Car les lignes d'ores et déjà écrites, elles, se moquent bien des enfantillages créés par le garçon. Spoiler : nombre de ses lignes concernent l'ami Bale.



D'abord, comme l'a rappelé son protecteur médiatique et financier, le Gallois est devenu à titre personnel le « joueur britannique qui a le plus marqué à l’étranger de l’histoire » avec 80 buts en 171 journées de Liga. Ensuite et surtout, le palmarès de l'ex et nouveau Spur a davantage poussé que sa tignasse depuis son départ d'Angleterre. Et vu l'épaisseur de ses tifs, autant dire que le bonhomme a désormais un curriculum vitae long comme ses cheveux. Parce que quoi qu'on en dise, le chignon aux yeux bleus a fait et fera toujours partie de de la période dorée des Merengues en Ligue des champions. Mieux : le garçon a activement participé aux quatre épopées gagnantes, faisant par exemple l'ultime différence en finale de C1 2018 (quelle inspiration, contre Liverpool...) ou donnant l'avantage décisif à la Maison-Blanche au même stade de la compétition en 2014 (quelle sérénité, face à l'Atlético...).

Titres + émotions = Football


Sur le plan national, idem : Bale s'est goinfré de deux Liga (2017, 2020), et d'une Coupe d'Espagne (2014). Une Coupe d'Espagne qu'il a littéralement offerte au Real, par la seule force de son coup de rein. C'était lors de la finale l'opposant à Barcelone (et durant laquelle il a rejoint Ferenc Puskás et Raúl dans le clan très, très fermé des Madrilènes à avoir planté dans les finales de Coupe du Roi et de LDC la même saison), au bout d'une action restée dans les mémoires de chacun. C'est justement dans ces instants-là que le charme de Gareth s'est déclenché, pendant sept années : avec lui, que ce soit pour le meilleur ou pour le pire, il s'est toujours passé quelque chose au moment où on s'y attendait le moins. Dès lors, certains pourront aisément excuser son attitude exécrable et désinvolte des dernières semaines, compensée par une magie éphémère s'allumant au cœur de soirées fatidiques et une capacité à se faire grand sous la pression.


Au moment de commenter le transfert en conférence de presse, Zidane a en quelque sorte confirmé que les pages des bouquins laisseraient une place non négligeable à l'ailier qu'il a utilisé avec parcimonie : « Je n'ai jamais eu de problème avec Gareth, je sais tout ce qu'il a fait pour le club et personne ne lui enlèvera tout ce qu'il a accompli ici. » Le double Z, pas forcément dans la langue de bois, est bien placé pour en parler. Et en bonne position pour savoir que si le gaucher a déçu, c'est surtout parce le monde entier attendait qu'il se transforme en nouveau CR7 au regard de son coût astronomique (plus de 100 millions d'euros, un record à l'époque). « Il est arrivé ici avec un gros handicap, car nous l'avons payé plus cher que Cristiano Ronaldo. Les supporters attendaient de lui qu'il soit capable de marquer plus de buts et de jouer encore mieux, mais jouer comme Cristiano est déjà tout à fait impossible... » défendait d'ailleurs, en mai 2019, l'ancien président Ramón Calderón sur Sky Sport. Sauf que frustration, déception et insolence ne sauraient jamais réécrire les livres d'histoire.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

Hier à 17:37 Un journal espagnol condamné à payer 7000 euros à Lionel Messi 19 Hier à 16:48 Billie Jean King et Lindsey Vonn parmi les investisseurs de l'équipe de Natalie Portman 41
Hier à 16:16 Javier Tebas se mêle de l'affaire Mediapro-LFP 36 Hier à 15:27 Viens fêter les 10 ans du magazine Pédale! dimanche 6
Hier à 14:47 Marcello Lippi prend sa retraite 26 Hier à 14:32 Des croix en bois et une tête de cochon installées sur la pelouse de Livourne 16 Hier à 13:43 Subašić s'engage en Croatie en tant que joueur de champ 29
Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons