Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Finale
  3. // France-Croatie

Les clés du match

L'équipe de France a beau être la favorite des bookmakers dans cette finale de Coupe du monde, elle devra tout de même faire attention de ne pas reproduire les mêmes erreurs qu'à l'Euro 2016 face à des Croates fatigués, mais bercés par la défaite de leurs aînés contre les Bleus en 1998. Au risque de connaître une seconde terrible désillusion.

Modififié

  • Ivan Rakitić a-t-il encore un peu d’énergie dans le moteur ?

  • 71. C’est le nombre de matchs disputés par Ivan Rakitić cette saison s'il est aligné en finale. Ce qui fait du Croate le joueur qui évolue en Europe à avoir joué le plus de rencontres devant Willian (70) et Son Heung-min (68). À la différence près que le milieu croate a été titulaire lors de 61 de ses 71 matchs, contrairement à Willian qui en a commencé 25 sur le banc avant d’entrer en jeu. De quoi expliquer le physique emprunté de Rakitić durant ce Mondial, lui qui a récemment avoué avoir eu « 39 de fièvre » dans les jours précédant la demi-finale face à l’Angleterre (2-1, ap).


    Problème, le milieu du Barça n’est pas le seul à avoir les jambes très très lourdes, puisque la Croatie vient d’enchaîner trois prolongations consécutives – soit l’équivalent d’un match entier supplémentaire –, tout en ayant eu un jour de repos en moins que l’équipe de France. À moins que les kinés croates soient des magiciens, les Bleus devraient donc être plus frais physiquement que leurs adversaires et pourraient en profiter en fin de match. Ou lors de la prolongation si la Croatie continue sa folle série.


  • La France a-t-elle appris de ses erreurs ?
  • En conférence de presse, Paul Pogba ne s’est pas caché au moment d’évoquer la défaite en finale de l’Euro 2016 : « À l'Euro, on pensait que c'était déjà fait. Je ne vais pas mentir, quand on a battu l'Allemagne, on pensait que c'était ça, la finale. Même si c'est vrai que c'étaient les Portugais, avec leur parcours... mais on s'est dit que c'était gagné d'avance. Je pense que c'était notre erreur. Maintenant, ce n'est pas pareil, on en est tous conscients, on est concentrés et on ne veut pas faire la même erreur. On veut vraiment aborder ce match différemment et on va tout donner pour ramener la coupe à la maison. » Et si finalement c’était « grâce » à cette défaite en finale de l’Euro 2016 que la France allait gagner la Coupe du monde ? Chose plus probable qu'Harrison Manzala ne devienne meilleur buteur de Ligue 1 en 2018, même s'il devrait inscrire ses six buts.



  • Dejan Lovren est-il l’un des meilleurs défenseurs du monde ?
  • « Les gens devraient reconnaître que je suis l’un des meilleurs défenseurs du monde et arrêter de déblatérer des stupidités. » La phrase est signée Dejan Lovren quelques minutes après la qualification de la Croatie en finale de la Coupe du monde. Et si la déclaration prête à sourire lorsque l’on se rappelle que le défenseur de 29 ans était le remplaçant de Bakary Koné lors de son passage à l’Olympique lyonnais, il est tout de même bon de rappeler qu’en deux mois, Lovren va disputer une finale de Ligue des champions ET une finale de la Coupe du monde, alors que Thiago Silva, par exemple, n’a connu aucune des deux.


    Alors non, Lovren n’est pas meilleur que Thiago Silva, mais il est loin d’être pourlingue. Et il le prouve à nouveau dans ce Mondial où il forme avec Domagoj Vida la charnière centrale la moins académique du tournoi, mais l’une des plus solides. Et si les deux hommes ne s’embêtent pas avec la relance, il faut se lever tôt pour leur prendre un ballon de la tête et les battre au physique. Le duel avec Olivier Giroud donne déjà l’eau à la bouche.





  • Est-ce au tour de Lucas Hernandez d’être décisif ?
  • Benjamin Pavard en huitièmes de finale, Raphaël Varane en quarts, Samuel Umtiti en demies. Selon une logique simpliste, c’est normalement au tour de Lucas Hernandez de faire trembler les filets adverses en finale face à la Croatie. Un but qui aurait le mérite d’embellir encore un peu plus le Mondial du latéral gauche de l’Atlético, auteur de prestations plus solides les unes que les autres. Et contre la Croatie, Lucas Hernandez ne va pas devoir baisser en intensité, car il aura fort à faire avec Ante Rebić, l’une des belles révélations de cette Coupe du monde, qui adore provoquer l’adversaire sur son couloir droit. Il en est de même pour son pendant droit, Benjamin Pavard, qui devra se coltiner la vitesse et les crochets d'Ivan Perisić. Sauf si ce dernier est finalement forfait pour la rencontre. Et ce qui est vrai pour les défenseurs français l'est aussi pour leurs homologues croates qui devraient souffrir de la vitesse « boltesque » de Kylian Mbappé.



  • La Croatie est-elle née pour être le souffre-douleur de la France ?
  • Tout le monde se rappelle le doublé de Lilian Thuram face à la Croatie en demi-finales de la Coupe du monde 1998. En revanche, beaucoup ont oublié le passage d'Ivan Perisić à Sochaux et celui d'Ivan Strinić au Mans. Il faut dire que les deux hommes n’ont pas joué la moindre minute dans leurs clubs respectifs et même si, à l’image de Perisić, ils gardent une bonne impression de leur passage dans l'Hexagone, les deux bonhommes voudront montrer à la France qu’elle n’aurait pas dû les boycotter de la sorte. Ajoutez à cela le cas de Dejan Lovren qui s’est souvent fait critiquer par les supporters lyonnais et la présence sur le banc de Dražen Ladić, actuel entraîneur-adjoint de Zlatko Dalić et portier de la Croatie en 1998, et vous comprendrez bien que les Croates vont être animés d’un bel esprit de revanche lors de cette finale. À l'instar du Portugal en 2016, qui voulait venger ses aînés de 1984, 2000 et de 2006 et ainsi arrêter de se faire martyriser par les Bleus.





    Par Steven Oliveira
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié


    Dans cet article


    Hier à 14:23 Kondogbia : « J'ai toujours voulu jouer pour la Centrafrique » 164 Hier à 11:48 Bolt s'insurge contre un contrôle antidopage 25