Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Demies
  3. // France-Belgique

France-Belgique, les origines

La France et la Belgique se sont croisées plus de 70 fois, que ce soit en compétitions officielles ou amicales. Voici près de 124 ans, les deux sélections s'affrontaient même pour leur première prestation internationale. Un match nul 3-3 qui servira d'acte fondateur, quelque peu apocryphe et flatteur.

Modififié

1er mai 1904. Un jour pas encore férié (il faudra attendre 1919 pour qu'on puisse se reposer le jour du travail). Au stade du Vivier d'Oie dans les parages de Bruxelles, un arbitre anglais s'apprête à donner le coup d'envoi d'un match de football-association (par opposition au football-rugby, qui a alors encore clairement l'ascendant sur son frère ennemi). L'homme en noir ne songe pas une seconde qu'il écrit une page d'histoire.


Cette rencontre est pourtant la première rencontre officielle internationale des deux protagonistes, à savoir la France et la Belgique. En ce moment crucial, les Bleus se présentent en blanc alors que leurs opposants portent déjà fièrement un rouge qui deviendra diabolique. Le nul final 3-3 permet aux 22 héros de se partager le trophée offert par Évence Coppée (un nom qui parlera aux salariés de Libération), ingénieur belge qui fit fortune dans le charbon, pour honorer l'amitié entre les deux peuples. Avant bien évidemment de craquer pour une tournée des caves, le sport santé n'étant pas encore à la mode.

Officiel ou pas ?


À en croire les annales officielles, cette modeste confrontation – qui attire néanmoins 1500 spectateurs – inaugure la grande épopée de nos onze Tricolores. Demeure tout de même un doute pour de simples raisons administratives. À l'époque, les amoureux du ballon rond sont éparpillés dans de nombreuses structures et organisations, dont les patronages cléricaux en guerre contre la gueuse (comprenez la république laïque), les amicales périscolaires, l'USFSA (l'Union des sociétés françaises de sports athlétiques), les coopératives ouvrières et les universités populaires. Cette équipe de France provient des rangs de l'USFSA et essentiellement de ses clubs parisiens.


Or, la FIFA ne sera fondée que quelques jours plus tard, le 21 mai 1904, avec comme président un certain Robert Guérin, journaliste, par ailleurs présent lors de la rencontre en Belgique (autour de laquelle de nombreuses discussions sur la constitution de la Fédération internationale se sont tenues). Par la suite, la maison mère ne reconnaîtra que le CFI (Comité français interfédéral), vénérable ancêtre de notre FFF, instauré à l'initiative du « catholique » Charles Simon pour unifier les footeux. L'USFSA, qui demeure dans son splendide isolement, gardera néanmoins la mainmise sur les sélections aux JO.

Les médias, déjà...


Toutefois, et c'est peut-être le plus important, ce match permet de commencer les chroniques officielles de notre football national sur une note positive avant que s'enchaînent les défaites. Le journal des débats politiques et littéraires le soulignera déjà dans son édition du 15 janvier 1922 avec amusement à l'occasion de la quatorzième confrontation entre les deux formations à Colombes. « Le palmarès n'est pas très glorieux pour nous  » , est-il écrit, citant notamment les 7-0 puis 5-0 en 1905 et 1906.



D'ailleurs, le jour dit, personne ne prend vraiment conscience de la postérité de l'événement. La presse généraliste se penche en priorité sur les résultats des élections municipales ou la raclée que les Japonais infligent aux Russes en Mandchourie. Le Matin de Paris ne consacre qu'un entrefilet informatif : « À Brussels, dimanche dernier, l'équipe de Belgique et l’équipe de France ont fait match nul 3 à 3.  » Les journaux spécialisés, quant à eux, se focalisent sur les championnats militaires de cross-country. La Vie au grand air glose de son côté sur la large victoire 6-1 des pros de Southampton au Parc des Princes contre « l’équipe de France amateur  » devant 5 000 spectateurs, alertant sur la tentation – pour rattraper pareil retard – de suivre l'exemple de la perfide Albion. En bref, d'instaurer le professionnalisme chez nous. L'anathème tiendra trente ans.

Une rencontre loin d'être anecdotique


Le match n'est pas anecdotique pour autant. Il illustre la montée en puissance du sport et son rôle désormais important dans le bal des nations, voire des nationalismes qui s'apprêtent à embrasser le Vieux Continent. Même le foot fut timidement intégré dans les JO en 1900 en démonstration (ce qui permit à Georges Garnier, un des gars du onze tricolore ce 1er mai 1904, d'être vice-champion olympique au sein de l'effectif du Club français qui disputait le tournoi des anneaux). Le football, qui compte une petite dizaine d'années de présence sérieuse en France depuis le championnat de l'USFSA en 1894, a besoin de monter en grade et en gamme. Le choix des Belges s'avère aussi bien géographique (bien que les Bleus aient dû emprunter le train de nuit) que technique, car bien plus abordable sportivement qu'une confrontation contre des Britanniques intouchables pour les continentaux (en avril 1909, les Three Lions écrasent par exemple la Belgique 11-2).


Quelque part, le nul était presque programmé. Le Petit Journal s'en réjouit d'ailleurs le lendemain : « C'est un succès pour l'équipe française qui, au dernier moment, avait été privée des services de deux de ses meilleurs joueurs. » En effet, en plus du Havrais Charles Wilkes incapable de rejoindre ses camarades, Georges Bayrou et Pierre Allemane sont forfaits, retenus sous les drapeaux. Émile Fontaine est en revanche du voyage. Comme un certain Louis Mesnier, qui inscrit le but liminaire tricolore à l'international. L'année suivante, les Bleus remportent leur première victoire contre les Suisses. Et en 1998, une première Coupe du monde. Et en 2018...





Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

I récup ze ball !

Vidéo



Dans cet article


Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 79
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall
Hier à 14:14 La statue de Falcao 32 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 48