Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // 8es
  3. // Suède-Suisse (1-0)

Forsberg met la Suisse à la porte

Fidèle à son style, la Suède a éjecté mardi la Suisse du Mondial grâce à un but d'Emil Forsberg (1-0) et affrontera l'Angleterre ou la Colombie en quarts de finale.

Modififié

Suède 1-0 Suisse

But : Forsberg (66e) pour la Suède

Qui d'autre que lui ? Qui d'autre que la seule ampoule de la bande pour éclairer la fête ? On avait été prévenus, et ce mardi après-midi n'aura surpris personne. Dans un huitième de finale digne de l'Eurovision, Emil Forsberg aura donc pris le micro à vingt-cinq minutes de la rencontre et fait décoller un Krestovski loin d'être plein. C'est tout ce que l'on retiendra, tant la Suisse aura surtout fait tourner ses espoirs autour d'un bunker scandinave brûlant en contre auquel il va finir par s'habituer. Cela suffit pour sauter dans un quart, la suite laissera l'Angleterre et la Colombie en juger.

Berceuse angoissante


Tout était pourtant sur la table : le sel (l’enjeu, la Suède attend un quart de Coupe du monde depuis 1994, la Suisse depuis 1954), le piment, récolté lors des dernières vingt-quatre heures grâce au boulot des Scandinaves, venus au rendez-vous avec l’objectif claironné de faire vriller Granit Xhaka, et même un bout de gingembre (du soleil, enfin) pour exciter les papilles du peuple. Alors, que s’est-il passé ? La Nati a avant tout tenu la promesse de son chef, Vladimir Petković, passé lundi en conférence de presse pour éteindre les braises et annoncer que son équipe chercherait à animer la journée en « contrôlant la rencontre » .


Ce qu’elle a fait : plus de trois cents passes échangées en première période, un peu moins de 67% de possession de balle, et ? Pas grand-chose, cette rencontre de niches, qui a pris l’allure, et c’était prévisible, d’un date crispé, a d’abord vu la Suisse s’installer sans précision et ne parvenir à inquiéter Robin Olsen que par l’intermédiaire d’une chouette combinaison entre Zuber et Džemaili balancée sur la tête des supporters suédois par le dernier nommé (38e). La Suède, elle, ne s’est pas déguisée : bloc bas, piqûres en contre, une paire Berg-Toivonen envoyée sur le terrain pour croquer les relances adverses et tenter de fracasser les portes. Marcus Berg a eu les ballons pour, mais l’attaquant d’Al-Aïn a jonglé entre son imprécision (8e) et les bras élastiques d’un Sommer vigilant (28e). Avant la pause, Ekdal est à deux doigts de casser le rythme – un jeu d’angoisse et de maladresses dans les surfaces – de la berceuse (41e) : un leurre.

Olsen le vent, écarte la tempête


Parce que la Suède est une équipe de pêche, avant tout, un groupe qui sait patienter avant d’activer le moulinet, ce qui a fait exploser de rage le sélectionneur mexicain, Juan Carlos Osorio, il y a quelques jours ( « Je respecte le jeu de la Suède, mais je ne l’approuve pas. » ). Le début de seconde période le prouve, Emil Forsberg, seule étoile technique du onze scandinave, multipliant les chapardages entre des cuisses adverses de plus en plus tentées par les balayages. Résultat, à force de frotter les cailloux, l'étincelle : à la 66e minute de la rencontre, le joueur de Leipzig vient chercher un une-deux avec Toivonen, s'allume un pétard du droit et laisse Manuel Akanji surgir pour l'aider à tromper Sommer (1-0, 66e). Ekdal croque dans la foulée une balle de break, laissant du temps à Petković pour préparer sa riposte : Embolo et Seferović sont envoyés au front. En vain, la Suède se repliant sur elle-même, Forsberg venant sauver la patrie sur une tête d'Embolo : elle est en quarts de finale du Mondial, Olsen assurant les finitions dans les arrêts de jeu et Lang prenant la porte sur le gong après un plongeon dans les pattes d'Olsson.


Suède (4-4-2) : Olsen – Lustig (Krafth, 81e), Lindelöf, Granqvist, Augustinsson – Claesson, Svensson, Ekdal, Forsberg (Olsson, 81e) – Berg (Thelin, 90e), Toivonen. Sélectionneur : Janne Andersson.
Suisse (4-2-3-1) : Sommer – Lang, Djourou, Akanji, Rodríguez – Behrami, Xhaka – Shaqiri, Džemaili (Seferović, 73e), Zuber (Embolo, 73e) – Drmić. Sélectionneur : Vladimir Petković.


Par Maxime Brigand, au stade Krestovski
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

FC Thouroude #30 - CHAMPION DU MONDE !

Vidéo



Dans cet article


Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom
À lire ensuite
Les notes de Suède-Suisse