Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options

Football turc

Message posté par Hemassy le 15/06/2019 à 07:55

Parce que Besiktas, Fenerbahçe, Galatasaray, Umut Bulut, Emre ou encore Cenk Tosun. Mais aussi parce que Rüstü...surtout parce que Rüstü ! (et Hasan Sas ! etc.)

Réponse de Hemassy
le 15/06/2019 à 08:01
Aidé de mes ultimes forces modératrices, j'ai accouché de ce joli topic !

En revanche pas moyen de modifier l'image (ça nécessite un accès au backoffice duquel j'ai perdu les grâces depuis plus ou moins deux piges).

Bref, amusez-vous bien et allez Başakşehir ! (qui dispose d'une dream team de la décennie dernière : Robinho, Turan, Inler, Demba Ba, Clichy...comment ne pas les aimer :?)
Réponse de Antarcticdonkey
le 15/06/2019 à 08:03
Tu es la meilleure des hématies (et il y en a beaucoup sur Terre)!^^
Réponse de Italia90
le 15/06/2019 à 08:22
Hasan Sas, un des bons souvenirs de la CM 2002
Réponse de True Grit
le 15/06/2019 à 12:07
Bon sang Hemassy, mille mercis !

Mes remerciements vont également à pour Cafu crème qui a immédiatement fait parvenir cette requête qui m’était chère au Forum, ainsi qu’à Cocoreus pour l’astucieuse idée, et tout ceux qui ont non seulement pris le temps, mais aussi tenté de m’aider: PauletaSusicGaucho (sacré combo que ce pseudo!), Max_Payne (probablement un cousin à moi de Bretagne hehe), Antarticdonkey…

Mes pensées se tournent également vers les amateurs du football turc, occasionnels ou plus réguliers : Elji Haz, Shakhtar, Last action héraut, joshkun1903, Sedinho, bisonpower, O Allegria (j’en ai écorché beaucoup, et oublié encore plus: manifestez-vous!)… J’avais effectivement déjà fait part de ma demande, sans succès, d’ouverture de forum à certains d’entre vous.

Voilà donc un QG flambant neuf où chacun pourra se retrouver afin de discuter football turc, à la fois sélection et Süper Lig: étant particulièrement amoureux de celui-ci, je ne peux que souhaiter à chacun la bienvenue ! Encore merci Hemassy !
Réponse de Max_Payne
le 15/06/2019 à 12:18
C'est cool ce topic !

Ah tu es Breton aussi True Grit ?
On a eu Fatih Atik à guingamp, très aimé des supporters !

Je me souviens aussi de Umit Davala en 2002 avec son iroquois.
Réponse de Lamine.Turgut
le 15/06/2019 à 14:17
C’est ici qu’on disserte sur la plaie du 21ème siècle qu’est l’hernie inguinale ... ?
Réponse de PhoenixLite
le 15/06/2019 à 14:23
Sympa ce topic.

Vous connaissez un bon kebab dans le XIV ?

- Joe Cliché
Réponse de Cafu crème
le 15/06/2019 à 14:38
Hassan Cehef il est pour Galatasaray ou Kasimpasa?

Longue vie à ce topic
Réponse de True Grit
le 15/06/2019 à 17:38
Message posté par Max_Payne
C'est cool ce topic !

Ah tu es Breton aussi True Grit ?
On a eu Fatih Atik à guingamp, très aimé des supporters !

Je me souviens aussi de Umit Davala en 2002 avec son iroquois.


@Max: Ya, et du bout du monde qui plus est: Penn ar Bed !

Oui Fatih Atik était vraiment pas mal à Guingamp, hélas il se plantera en Turquie. Mevlüt aussi y est passé !

@Lamine: entre autre, cher Turgut !

@PhoenixLite: pas à Paris, mais à Istanbul oui: Dönerci Şahin Usta au Grand Bazar, mais j’ai oublié le nom de l'autre très bon auquel j’allais…
Réponse de Cocoreus
le 15/06/2019 à 19:18
Ah génial Hemassy ! Le mec a le bras long !
Réponse de Matthias Sa Mère
le 17/06/2019 à 12:10
Aiiiie enfin :) Merci Hemassy, on va enfin pouvoir savoir où se trouve Kazim Kazim-Richards !
Réponse de stavosky
le 17/06/2019 à 12:53
Message posté par Matthias Sa Mère
Aiiiie enfin :) Merci Hemassy, on va enfin pouvoir savoir où se trouve Kazim Kazim-Richards !


Haha, Colin Kazim-Kazim Richard! Il était exceptionnel celui-là! Et suivi d'une réputation assez sulfureuse disons :
http://www.footmercato.net/super-lig/fe … erts_42497
Réponse de Shakhtar Donuts
le 28/06/2019 à 13:58
Aaah enfin, merci Hemassy! On va pouvoir rigoler et mettre des ¨ partout!

Regardez-moi le nouveau maillot de Trabzonspor, qu'il est beau avec son logo tout stylé, je vais craquer je crois...

https://www.tsclubeurope.com/tr/trabzon … forma.html
Réponse de val201
le 28/06/2019 à 14:06
Merci pour ce topic !
Réponse de Matthias Sa Mère
le 28/06/2019 à 21:10
Message posté par Shakhtar Donuts
Aaah enfin, merci Hemassy! On va pouvoir rigoler et mettre des ¨ partout!

Regardez-moi le nouveau maillot de Trabzonspor, qu'il est beau avec son logo tout stylé, je vais craquer je crois...

https://www.tsclubeurope.com/tr/trabzon … forma.html


J'ai toujours bien aimé le maillot de Trabzonspor ! Mais rien ne vaut celui de Fenerbahçe <3
Réponse de True Grit
le 03/07/2019 à 11:07
Message posté par Shakhtar Donuts
Aaah enfin, merci Hemassy! On va pouvoir rigoler et mettre des ¨ partout!

Regardez-moi le nouveau maillot de Trabzonspor, qu'il est beau avec son logo tout stylé, je vais craquer je crois...

https://www.tsclubeurope.com/tr/trabzon … forma.html


En parlant de Trabzonspor, regarde ce quizz adressé à Frenkie De Jong: sa réponse m'a étonnée !

Les couleurs de TS sont très jolies c'est vrai, mais ce Sarı-Lacivert (Jaune-Marine) de Fenerbahçe, comme Matthias, a un éclat particulier !
Réponse de Shakhtar Donuts
le 03/07/2019 à 11:46
Hehe il est malin le petit!

En vérité, je trouve tous les maillots turcs beaux. Rouge et or pour Gala, le rayé du Besiktas que je me suis procuré, le Fener aussi a des belles couleurs.

Je sais pas qui est l'équipementier le plus populaire en Turquie mais Adidas devrait s'en inspirer plutôt que de refourguer des merdes de maillots d'entrainement.
Réponse de True Grit
le 10/09/2019 à 10:57
Bon, c’est la rentrée, il est temps de raviver ce topic que j’ai si chèrement demandé et que nous avons obtenu ! Et quelle bonne occasion que ce Turquie-Andorre pour nous remettre dans le bain !

Déjà la liste, toujours cohérente depuis Lucescu je le rappelle. A noter les absences cruciales de Cengiz Ünder, Okay Yokuşlu, Hasan Ali Kaldırım et Burak Yılmaz, ni d’Oğuzhan Özyakup, Abdülkadir Ömür décidemment maudit, ou d’Ozan Kabak encore convalescent.

Concernant le 11 de départ, face à une équipe d’Andorre qui promet a priori la possession à la Turquie, Şenol Güneş aligne une équipe résolument tournée vers l’avant, avec aucun réel milieu défensif.

Dans les buts et en défense, pas de surprise, Mert Günok, Zeki Çelik, la charnière Merih Demiral-Çağlar Söyüncü (en attendant que le très talentueux Ozan Kabak remplace éventuellement l’un d’eux), tandis qu’Umut Meraş est reconduit en doublure d’Hasan Ali.

Au milieu c’est plus étonnant, avec un Emre Belözoğlu en deep-lying playmaker seulement protégé par l’activité d’İrfan Can Kahvecı, un super meneur de jeu.

Devant eux, on retrouve avec surprise Hakan Çalhanoğlu, replacé en meneur offensif, sa position originelle mais dans laquelle il ne semble pas briller lorsqu’il y est aligné au Milan. Surtout, alors qu’il est peut-être la seule option disponible à gauche, c’est Güven Yalçın qui y est titularisé, une position ou Şenol l’utilisait régulièrement à Beşiktaş. A droite également petite surprise dans la mesure ou Yusuf Yazıcı y est choisi, alors qu’il est plus à l’aise en CAM, opérant en meneur excentré et non en véritable ailier.
Enfin devant, c’est Cenk Tosun qui est titularisé malgré un manque de temps de jeu criant à Everton.

Dès l’entame du match, la rencontre est à sens unique avec des Turcs monopolisant scandaleusement le ballon, avec une possession de 84%-16% pour les locaux mais surtout avec des phases très séduisantes tout en jeu au sol dans lesquelles la technicité des Yazıcı, Emre, İrfan Can fait des ravages.
En face, les Andorrans répondent par une rugosité extrême, très limite (comme l’ouverture d’arcade de Yazıcı), mais que l’arbitre écossais tolère.

Les occasions s’accumulent, les montants vibrent, mais les Turcs ne parviennent pas à marquer, Cenk Tosun s’embourbant dans le dernier geste, Zeki Çelik croquant une balle toute faite, ou Yazıcı et Emre se heurtant à un Gomes inspiré, tandis que Yazıcı toujours et Çalhanoğlu tentent des frappes lointaines captées en 2 temps par le gardien adverse.

A la mi-temps, la sélection turque est embarrassée, et cela ne vas pas s‘arranger par la suite. En effet, les joueurs d’Andorre reviennent plus motivés que jamais, prêts à ne rien lâcher : leur marquage est plus serré, leur abnégation plus déterminée, leurs fautes restent tout autant vicieuses mais sont cette fois logiquement sanctionnées par des cartons directs. Côté turc, après 2 occasions chaudes (un lob de Çağlar sauvé in extremis par le vétéran Lima et un cf non cadré de Hakan), l’impatience et la précipitation commencent à pointer leur nez et nuisent sur une finition déjà pas top : les débordements sur les ailes et les centres ne donnent rien dans une surface chargée d’Andorrans souverains, tandis que Cenk Tosun rate toutes ses têtes.

Dans les combinaisons, les lignes andorranes se sont suffisamment resserrées pour rester fortement imperméable et, les sur rares percées, l’attaquant evertonien rate tous ses contrôles. Les Turcs en sont réduits à faire un siège de la surface de Gomes, autour de laquelle gravitent Emre, İrfan Can, Yazıcı pour tenter d’ouvrir une brèche mais sans succès : Cenk Tosun n’y est pas, pas plus qu’’un Kenan Karaman pesant trop peu sur la défense adverse, étonnamment (à mon sens) entré à la place de Güven à la mi-temps, les chevauchées désespérées de Yazıcı débouchent sur des drops, tandis que Çalhanoğlu, véritable poids mort durant la 1ere période, reste improductif en 2nde.

Pire, le meneur milanais confisque les coups de pied arrêtées au Lillois, qu’il tire médiocrement : à sa sortie à la 80e (bien trop tardive, erreur de Güneş), Yazıcı obtient le corner qu’il tire et…trouve la tête salvatrice du nouvel entrant, Ozan tufan !

Une victoire dans le sang, un 2e but aurait fait du bien, mais elle est cruciale : la Turquie ne pouvait pas se permettre de se passer des 3 points. Hélas les choix des joueurs de Güneş n’auront pas facilité la tâche.

Individuellement, Mert Günok prouve encore une fois qu’il est le numéro 1 : s’il n’a eu aucun arrêt à faire, ses interventions pleines de souveraineté dans les airs dans les derniers instants du match ont apporté une assurance décisive. Et ça, peu de gardiens turcs peuvent se targuer d’avoir cette qualité !

Sa charnière devant a elle aussi beaucoup chômée, mais elle a été sollicitée dans un autre aspect : devant l’inoffensivité andorrane, il a été demandé à Çağlar et Demiral de monter davantage, un exercice qui plait au défenseur de Leicester mais dans lequel le Turinois et un peu moins à l’aise.

Zeki Çelik à droite est un vrai bon joueur, il a pris une qualité et assurance toute autre, toujours tranchant devant et inspiré. Son pendant à gauche, Umut Meraş, testé en tant que doublure d’Hasan Ali, s’est beaucoup démené mais a peiné à franchir son vis-à-vis et à se mettre en position de centrer, malgré une combativité certaine.

Le capitaine Emre à évoluer en parfait regista, réalisant de délicieuses ouvertures, couvrant correctement l’arrière-garde malgré ses 39 ans et se permettant même de s’approcher de la surface adverse. La technique reste sublime, physiquement il ne peut plus courir autant (il a eu une perte de balle car trop juste) et a perdu ses dévastateurs coups de rein, mails il a montré ce soir qu’il pouvait apporter quelque chose d’unique.

Et le capitaine a brillé sans aucun doute car il avait à ses côtés le génial İrfan Can Kahvecı : qu’est-ce que j’aime ce joueur ! Le gars est constamment disponible, au service d’Emre qu’il couvre en outre et des autres offensifs, conserve précieusement la balle, et alimente en ingénieux ballons l’attaque. Je pense qu’il s’est définitivement installé au cœur du jeu turc, car il enchaine les bonnes prestations, devant un Oğuzhan par exemple.

Placé sur l’aile gauche, Güven Yalçın a apporté une profondeur que la Turquie n’a pas d’ordinaire, et a été intéressant dans ses courses, tout en ayant la technique et le sens du jeu nécessaire pour remiser justement avec ses coéquipiers. Hélas on sent qu’il est dans une position bâtarde, et je me demande s’il peut vraiment apporter quelque chose de décisif en LM.

A droite, Yazıcı a donc évolué en meneur excentré et a apporté grâce à sa bonne conduite de balle, ses bons centres, ses multiples tirs : on sentait qu’il avait envie de donner beaucoup, même si cela s’est également traduit en excès à l’image de ses 2 tirs complètement dévissés après un pourtant joli numéro de soliste. Autre défaut, il a laissé Çalhanoğlu (mal) tirer les corners, alors que ses coups de patte étaient infiniment meilleurs : mieux, à la sortie d’Hakan, il hérite du corner qu’il transforme en passe décisive.

Et parlons-en du Hakan, c’est un cas désespéré désormais. Replacé en CAM, il été un âne mort sur le terrain, ne trouvant pas sa place, marchant sur ses coéquipiers et étant toujours un temps en retard : un impact vraiment nul, si ce n’est une frappe en 1ere MT. Après la pause, il est replacé à gauche où il est un poil meilleur : ses dribbles précis mais lents sont plus tranchants, mais il n’a réalisé aucun centre et pire, les coups de pied qu’il a monopolisé étaient abjects. Il est sorti tardivement, une erreur de Güneş selon beaucoup. Une grosse interrogation sur ce côté gauche turc donc, car Hakan semble être le choix par défaut.

Devant, Cenk Tosun n’aura pas été à la hauteur, son manque de jeu est désormais criant. S’il a fait les bons appels, était toujours bien placé et s’est bien battu, il a raté ses têtes et ses contrôles alors qu’il était en position de killer. Il manque de chance aussi peut-être en butant sur un Gomes bien placé par 2 fois, mais il a clairement perdu ce côté clinique dont l’équipe avait cruellement besoin.

Enfin côté rentrant, Kenan Karaman n’a pas vraiment apporté en tant que 2nd attaquant : balle au pied et dans le jeu au sol il a une valeur certaine mais pas sûr que c’est ce dont l’équipe avait besoin face aux rugueux Andorrans, tandis qu’il n’apportait qu’un impact physique insuffisant. Difficile de trouver une place au profil atypique de Karaman donc, malgré sa jolie technique.

Ozan Tufan lui, a oxygéné le jeu de son équipe, en occupant la position de râtisseur, box-to-box : il a vraiment apporté une fraicheur bienvenue et nécessaire en ce milieu de 2nde MT. Mieux encore, il décolle pour offrir la délivrance à ses siens d’une jolie tête, et fait ainsi taire ses innombrables détracteurs. Ozan est un super joueur polyvalent qui, s’il pouvait corriger ses sautes d’humeurs et son non-professionnalisme, pourrait vraiment faire partie du top.

Enfin Emre Kilinç, rentré tardivement et sur lequel Şenol Güneş aurait pu compter plus tant l’équipe manquait d’un vrai dynamiteur à gauche. Evidemment il s’agissait de sa première sélection officielle donc le gars était timoré, mais on sent une vraie petite pile électrique en lui. Il faudrait vraiment le tester plus, car il est l’un des rares LM à la disposition de la Turquie.

Et voilà, c’est déjà trop long donc je vais me contenter de passer la bise à Shakhtar, Elji, et tout amateur du foot turc qui passe par-là !
Réponse de Matthias Sa Mère
le 10/09/2019 à 12:06
Wow merci beaucoup pour l'analyse complète True Grit ! très intéressant !
Réponse de So-Frites
le 10/09/2019 à 13:04
C'est intéressant TG, mais tu devrais mieux répartir;
Faire moins long (paresse Corse) mais passer plus souvent, poster sur le championnat Turc par ex' qui a lieu chq WE et les perfs Européennes des clubs entre deux aussi.
Réponse de True Grit
le 12/09/2019 à 16:09
Mon plaisir Matthias !

So-Frites : grazie, je tente de le faire mais généralement sur les articles qui parlent foot turc. Là, je voulais aussi ranimer le topic si chèrement acquis !

Pour ce 2nd match donc, face à la Moldavie, je serais plus court car j’ai raté en plus une partie de de la 1ere MT.

Cette fois-ci Şenol Güneş opte pour un 4-2-3-1 mais avec Ozan Tufan en sentinelle devant la défense, accompagné de Dorukhan Toköz, un DM assez polyvalent, et ajuste İrfan Can un cran plus haut que contre Andorre, en CAM. A gauche, c’est Kenan Karaman qui est titularisé tandis que Deniz Türüç démarre à droite. En défense, Kaan Ayhan remplace Çağlar.

Dans l’ensemble, c’est une équipe moins à l’aise car avec moins de cadres titulaires ; surtout le manque de créateur digne de ce nom se fait sentir au sein de cette équipe, alors qu’il s’agit usuellement de son unique point fort. İrfan Can notamment est moins à l’aise en vrai 10, il dézonne beaucoup en véritable électron libre : on a bien senti qu’il s’épanouissait réellement en 8.5.

Les Moldaves quant à eux présentent un pressing audacieux et juste, qui parvient à mettre sous pression les Turcs certes, mais sans pour autant les handicaper réellement. De fait, la Turquie parvient dès la 20e minute à passer au travers des rangs moldaves et à y trouver des espaces dangereux. Hélas Cenk reste isolé, İrfan Can est souvent un peu trop en retrait pour le soutenir, Karaman peine à se montrer tranchant dans ses remises, son placement, tandis que Deniz lui aussi décroche trop et ne suit pas avec assiduité les attaques turques. Ce vide est comblé par le jeu box-to-box de Dorukhan : c’est même lui qui parvient à trouver sur une belle inspiration Cenk Tosun, qui d’un délicieux sombrero marque enfin !

En 2nde MT, les Turcs domptent encore plus le système moldave : ils jouent toujours haut, de façon peut-être trop téméraire. Mais c’est par un subtil, bien enveloppé cf que Deniz Türüç double la marque, confirmant qu’il possède une des toutes meilleures pattes turques en activité.

L’écart creusé, le technicien turc en profite pour faire entrer Çalhanoğlu, puis Yazıcı. Le Hakan affiche un tout autre niveau que contre Andorre : bien frais, positionné haut sur l’aile gauche et bénéficiant d’un marquage fatigué, il s’amuse ! Effectivement, son bon placement et ses appels lui permettent de trouver facilement les ballons face à une défense déjà démotivée, tandis que le retard dans la couverture adverse lui autorise de prendre son temps pour amorcer de chouettes gestes techniques. Il aurait d’ailleurs pu être récompensé pour sa bonne entrée par une splendide reprise de volée, mais elle s’écrase sur la barre pour être mieux reprise par… Cenk Tosun qui inscrit ainsi son doublé.

A 3-0, la Moldavie n’y est plus et c’est dommage parce que c’est une équipe qui a des qualités offensives, avec un jeu agressivement porté vers l’avant : ils disposent malheureusement d’une défense bien trop friable, et aurait dû jouer avec plus de prudence dès que les Turcs ont su les exploiter à revers. Un quatrième but viendra même du nouvel entrant Yazıcı, se baladant facilement face à une défense à reculons, et envoyant une belle enroulée du droit (il est gaucher) pour inaugurer son 1er but en sélection.

Un match où Şenol Güneş a semblé vouloir tester l’aptitude de son équipe sans les meneurs habituels sur le terrain, tout en essayant les Karaman et Deniz en tant que possibles alternatives. Il a aussi envoyé un avertissement à Çalhanoğlu en le faisant démarrer sur le banc, tandis que Ozan et Kaan étaient essayés en tant que potentiel titulaires.

Individuellement, Demiral s’est fait plaisir sur ce match avec des tacles bien appuyés, réglos mais impressionnant : on sentait qu’il était frustré de n’avoir rien eu à se mettre sous la dent contre Andorre ! Kaan Ayhan, lui, est vraiment à l’aise balle au pied, il apporte une sérénité, une construction que ni Demiral ni Çağlar n’ont.

Zeki Çelik est toujours super même si, comme contre Andorre, il rate un but tout fait : il doit vraiment travailler sa finition face au but. A gauche Umut Meraş prouve qu’il peut être un bon centreur à haut niveau, mais il a du mal pour l’instant à déborder sur son couloir, seul.

Ozan Tufan a excellé dans son poste de pointe basse : extraordinairement discipliné, il s’est contenté de bien ratisser les ballons mais aussi de redistribuer superbement le jeu. S’il pouvait maintenir ce niveau, il serait une option irrésistible au milieu que ce soit à côté d’un autre DM (Okay) ou d’un CM (İrfan Can) : hélas j’ai aussi en mémoire ses erreurs incompréhensibles et lunaires contre l’Islande…

A ses côtés, Dorukhan a donc merveilleusement comblé les absences en phase offensive des İrfan Can et Deniz Türüç, en faisant l’effort de monter pour accompagner les attaques, mais aussi en se montrant disponible grâce à ses mouvements. Mais voilà, je trouve qu’il lui manque un truc dans le placement et dans la technique (ses passes principalement) pour être vraiment plus tranchant et décisif dans ses intentions.

İrfan Can réalise toujours de superbes actions, mais comme j’ai dit plus haut, c’est la position 8.5 qui lui sied. En vrai 10, et qui plus est sans un autre meneur pour l’accompagner, il y a un vide qui se crée, sans projection vers l’avant. Espérons que Şenol Güneş en a bien pris note. Il reste néanmoins à mon sens un titulaire obligé désormais, au sein du très concurrentiel milieu turc.

Sur les ailes, Karaman ne me convainc toujours pas : il n’apporte pas de valeur ajoutée, son jeu aérien est insuffisant, ses remises trop imprécises… Vraiment difficile de lui trouver un réel atout. A droite Deniz Türüç a donc beaucoup trop décroché, délaissant trop sa projection offensive. Cela s’est amélioré en 2nde MT, mais s’il joue il a besoin d’un CAM à ses côtés qui se projette franchement devant. Dommage qu’il ait ce défaut car il a une jolie conduite de balle et est surtout un excellent centreur et tireur de CPA, peut être le meilleur turc en activité.

Enfin Cenk Tosun marque un doublé, c’est bon pour sa confiance. Toujours aussi combatif et volontaire, il a été plus juste que contre Andorre, même s’il place encore une tête sur le gardien et fait le mauvais choix en tirant sur une jolie ouverture de Dorukhan en 2e MT.

Prochaıne étape, un match que la Turquie doit gagner chez elle contre les camarades albanais, puis un déplacement… en France ! Pour peut-être réitérer l'exploit ?
Réponse de So-Frites
le 12/09/2019 à 16:35
Le "Dogue" YY a marqué un bien joli but.
En club à Lille, sur 2 matchs, un coup oui, un coup non.
Du coup j'ai dû mal à apprécier son réel niveau.
Il m'a l'air très bon techniquement et un peu lent, ce qui est contradictoire avec le style du LOSC la saison passée mais Galtier a dit vouloir d'autres profils pour diversifier justement puisque dorénavant, nombres d'équipes vont venir à Lille en alignant un bloc bas et c'est là qu'il devrait être précieux le Yuyu Yaya!
Réponse de El Footinator
le 12/09/2019 à 16:42
Message posté par True Grit
Mon plaisir Matthias !

So-Frites : grazie, je tente de le faire mais généralement sur les articles qui parlent foot turc. Là, je voulais aussi ranimer le topic si chèrement acquis !

Pour ce 2nd match donc, face à la Moldavie, je serais plus court car j’ai raté en plus une partie de de la 1ere MT.

Cette fois-ci Şenol Güneş opte pour un 4-2-3-1 mais avec Ozan Tufan en sentinelle devant la défense, accompagné de Dorukhan Toköz, un DM assez polyvalent, et ajuste İrfan Can un cran plus haut que contre Andorre, en CAM. A gauche, c’est Kenan Karaman qui est titularisé tandis que Deniz Türüç démarre à droite. En défense, Kaan Ayhan remplace Çağlar.

Dans l’ensemble, c’est une équipe moins à l’aise car avec moins de cadres titulaires ; surtout le manque de créateur digne de ce nom se fait sentir au sein de cette équipe, alors qu’il s’agit usuellement de son unique point fort. İrfan Can notamment est moins à l’aise en vrai 10, il dézonne beaucoup en véritable électron libre : on a bien senti qu’il s’épanouissait réellement en 8.5.

Les Moldaves quant à eux présentent un pressing audacieux et juste, qui parvient à mettre sous pression les Turcs certes, mais sans pour autant les handicaper réellement. De fait, la Turquie parvient dès la 20e minute à passer au travers des rangs moldaves et à y trouver des espaces dangereux. Hélas Cenk reste isolé, İrfan Can est souvent un peu trop en retrait pour le soutenir, Karaman peine à se montrer tranchant dans ses remises, son placement, tandis que Deniz lui aussi décroche trop et ne suit pas avec assiduité les attaques turques. Ce vide est comblé par le jeu box-to-box de Dorukhan : c’est même lui qui parvient à trouver sur une belle inspiration Cenk Tosun, qui d’un délicieux sombrero marque enfin !

En 2nde MT, les Turcs domptent encore plus le système moldave : ils jouent toujours haut, de façon peut-être trop téméraire. Mais c’est par un subtil, bien enveloppé cf que Deniz Türüç double la marque, confirmant qu’il possède une des toutes meilleures pattes turques en activité.

L’écart creusé, le technicien turc en profite pour faire entrer Çalhanoğlu, puis Yazıcı. Le Hakan affiche un tout autre niveau que contre Andorre : bien frais, positionné haut sur l’aile gauche et bénéficiant d’un marquage fatigué, il s’amuse ! Effectivement, son bon placement et ses appels lui permettent de trouver facilement les ballons face à une défense déjà démotivée, tandis que le retard dans la couverture adverse lui autorise de prendre son temps pour amorcer de chouettes gestes techniques. Il aurait d’ailleurs pu être récompensé pour sa bonne entrée par une splendide reprise de volée, mais elle s’écrase sur la barre pour être mieux reprise par… Cenk Tosun qui inscrit ainsi son doublé.

A 3-0, la Moldavie n’y est plus et c’est dommage parce que c’est une équipe qui a des qualités offensives, avec un jeu agressivement porté vers l’avant : ils disposent malheureusement d’une défense bien trop friable, et aurait dû jouer avec plus de prudence dès que les Turcs ont su les exploiter à revers. Un quatrième but viendra même du nouvel entrant Yazıcı, se baladant facilement face à une défense à reculons, et envoyant une belle enroulée du droit (il est gaucher) pour inaugurer son 1er but en sélection.

Un match où Şenol Güneş a semblé vouloir tester l’aptitude de son équipe sans les meneurs habituels sur le terrain, tout en essayant les Karaman et Deniz en tant que possibles alternatives. Il a aussi envoyé un avertissement à Çalhanoğlu en le faisant démarrer sur le banc, tandis que Ozan et Kaan étaient essayés en tant que potentiel titulaires.

Individuellement, Demiral s’est fait plaisir sur ce match avec des tacles bien appuyés, réglos mais impressionnant : on sentait qu’il était frustré de n’avoir rien eu à se mettre sous la dent contre Andorre ! Kaan Ayhan, lui, est vraiment à l’aise balle au pied, il apporte une sérénité, une construction que ni Demiral ni Çağlar n’ont.

Zeki Çelik est toujours super même si, comme contre Andorre, il rate un but tout fait : il doit vraiment travailler sa finition face au but. A gauche Umut Meraş prouve qu’il peut être un bon centreur à haut niveau, mais il a du mal pour l’instant à déborder sur son couloir, seul.

Ozan Tufan a excellé dans son poste de pointe basse : extraordinairement discipliné, il s’est contenté de bien ratisser les ballons mais aussi de redistribuer superbement le jeu. S’il pouvait maintenir ce niveau, il serait une option irrésistible au milieu que ce soit à côté d’un autre DM (Okay) ou d’un CM (İrfan Can) : hélas j’ai aussi en mémoire ses erreurs incompréhensibles et lunaires contre l’Islande…

A ses côtés, Dorukhan a donc merveilleusement comblé les absences en phase offensive des İrfan Can et Deniz Türüç, en faisant l’effort de monter pour accompagner les attaques, mais aussi en se montrant disponible grâce à ses mouvements. Mais voilà, je trouve qu’il lui manque un truc dans le placement et dans la technique (ses passes principalement) pour être vraiment plus tranchant et décisif dans ses intentions.

İrfan Can réalise toujours de superbes actions, mais comme j’ai dit plus haut, c’est la position 8.5 qui lui sied. En vrai 10, et qui plus est sans un autre meneur pour l’accompagner, il y a un vide qui se crée, sans projection vers l’avant. Espérons que Şenol Güneş en a bien pris note. Il reste néanmoins à mon sens un titulaire obligé désormais, au sein du très concurrentiel milieu turc.

Sur les ailes, Karaman ne me convainc toujours pas : il n’apporte pas de valeur ajoutée, son jeu aérien est insuffisant, ses remises trop imprécises… Vraiment difficile de lui trouver un réel atout. A droite Deniz Türüç a donc beaucoup trop décroché, délaissant trop sa projection offensive. Cela s’est amélioré en 2nde MT, mais s’il joue il a besoin d’un CAM à ses côtés qui se projette franchement devant. Dommage qu’il ait ce défaut car il a une jolie conduite de balle et est surtout un excellent centreur et tireur de CPA, peut être le meilleur turc en activité.

Enfin Cenk Tosun marque un doublé, c’est bon pour sa confiance. Toujours aussi combatif et volontaire, il a été plus juste que contre Andorre, même s’il place encore une tête sur le gardien et fait le mauvais choix en tirant sur une jolie ouverture de Dorukhan en 2e MT.

Prochaıne étape, un match que la Turquie doit gagner chez elle contre les camarades albanais, puis un déplacement… en France ! Pour peut-être réitérer l'exploit ?


En tout cas t'es plus régulier que l'ami fan de Gijon et son compte rendu du championnat japonais ^^
Réponse de Sedinho
le 14/10/2019 à 15:09
Jour de match ! Beaucoup d'absents coté Français, Kanté incertain, le capitaine Emre blessé coté Turc. 4 points pris sur les 3 matchs restant (Islande à la maison, puis le synthétique premiere génération d'Andorre, où ils viennent de battre la Moldavie) assureront la qualification.

Que le meilleur gagne ?

Merci pour la pub dans les commentaires des recents articles True-Grit, j'essaierai de passer ici régulierement pour échanger SuperLig.
Réponse de zinczinc78
le 14/10/2019 à 17:48
Message posté par Sedinho
Jour de match ! Beaucoup d'absents coté Français, Kanté incertain, le capitaine Emre blessé coté Turc. 4 points pris sur les 3 matchs restant (Islande à la maison, puis le synthétique premiere génération d'Andorre, où ils viennent de battre la Moldavie) assureront la qualification.

Que le meilleur gagne ?

Merci pour la pub dans les commentaires des recents articles True-Grit, j'essaierai de passer ici régulierement pour échanger SuperLig.


La qualif devrait pas vous échapper, sauf si l'UEFA vous met 4 points de pénalité pour la célébration de vendredi dernier.. Vous avez eu de la chatte contre Andorre et l'Albanie mais dans l'ensemble c'est mérité.
Réponse de Sedinho
le 15/10/2019 à 10:44
Pas utile de me de dire "vous", je suis avec beaucoup de recul les matchs internationaux, je ne supporte que mon club de coeur sinon, une victoire de la France ou la Turquie n'aurait pas eu d'incidence sur mon humeur (surtout que c'est 2 équipes que j'apprecie en ce moment).

-4 pts pour une célébration, oui pourquoi pas, ça sera une première, surtout que ça a une toute autre connotation dans un pays où la sécurité de sa force armée (le service militaire y est obligatoire et dure 1 an) passe avant tout. Sans vouloir entrer dans la politique, faut comprendre que le salut militaire n'exprime pas forcement une opinion sur si il faut intervenir en Syrie ou non, mais plutôt un soutien inconditionnel pour les personnes qui sont sur le terrain. Je veux dire, on peut tout a fait être contre l'intervention et puis souhaiter que tout se passe sans perte pour ses soldats (ça peut concerner l'enfant de n'importe qui, comme le service militaire est obligatoire...). Un membre (Aslan je crois) avait posté des photos sous un article, de Podolski, Drogba ou encore Felipe Melo posant avec le salut militaire dans des contextes similaires.

Pour le match d'hier, la Turquie a enfin trouvé un tendem costaud avec Çağlar-Merih en défense (et qui en plus peut compter sur des Kaan Ayhan, Hüseyin Türkmen, Ozan Kabak). Il n'y a pas eu de défense stable depuis Alpay-Bülent en 2002.
Je trouve que l'équipe nationale turque s'en sort mieux avec des joueurs formés en Turquie (voire des joueurs formés en Allemagne mais venus trés tôts en Süperlig, comme Cenk Tosun ou Hasan Ali Kaldırım par exemple), quitte à avoir une équipe faible sur le papier.
Depuis 10 ans les joueurs formés en Allemagne (Nuri Şahin, Ömer Toprak, Sercan Saraer, Hakan Çağlanoğlu, Gökhan Töre, Yunus Mallı, Mehmet Ekici, Tunay Torun...) France (Mevlüt Erdinç, Atilla Turan, Serdar Gürler), Belgique (Sinan Bolat) Pays-Bas (Oğuzhan Özyakup), Angleterre (Kazim-Richards), Suisse (Kerim Frei) et même Danemark (Mor) étaient majoritaire dans la sélection, et c'était le néant footballistique, à tel point que ça ne faisait rêver plus personne.
Je trouve déjà ça honteux qu'un pays qui se dit amoureux du football et qui compte 80 millions d'habitants doivent piocher dans les 5 millions d'européens pour se constituer une équipe.
Ça s'est enfin bougé pour la formation, mais je pense que le plus important a été la supression de quota d'étrangers en Süperlig.
La limite ne faisait que protéger les joueurs turcs qui n'avaient aucune concurence car il fallait absolument en titulariser malgré leur niveau médiocre. Et les 3 gros clubs d'Istanbul leurs proposaient des salaires dérisoires, donc ça empechait aussi leurs exportations en Europe qui n'avaient aucun interet à s'aligner sur ces salaires là. Poursuivre sa carrière dans les gros championnats européens étant evidemennt un gros + pour la progression des joueurs. Quelle belle connerie ça serait de remettre la limite d'étrangers...
Réponse de zinczinc78
le 15/10/2019 à 11:13
Message posté par Sedinho
Pas utile de me de dire "vous", je suis avec beaucoup de recul les matchs internationaux, je ne supporte que mon club de coeur sinon, une victoire de la France ou la Turquie n'aurait pas eu d'incidence sur mon humeur (surtout que c'est 2 équipes que j'apprecie en ce moment).

-4 pts pour une célébration, oui pourquoi pas, ça sera une première, surtout que ça a une toute autre connotation dans un pays où la sécurité de sa force armée (le service militaire y est obligatoire et dure 1 an) passe avant tout. Sans vouloir entrer dans la politique, faut comprendre que le salut militaire n'exprime pas forcement une opinion sur si il faut intervenir en Syrie ou non, mais plutôt un soutien inconditionnel pour les personnes qui sont sur le terrain. Je veux dire, on peut tout a fait être contre l'intervention et puis souhaiter que tout se passe sans perte pour ses soldats (ça peut concerner l'enfant de n'importe qui, comme le service militaire est obligatoire...). Un membre (Aslan je crois) avait posté des photos sous un article, de Podolski, Drogba ou encore Felipe Melo posant avec le salut militaire dans des contextes similaires.

Pour le match d'hier, la Turquie a enfin trouvé un tendem costaud avec Çağlar-Merih en défense (et qui en plus peut compter sur des Kaan Ayhan, Hüseyin Türkmen, Ozan Kabak). Il n'y a pas eu de défense stable depuis Alpay-Bülent en 2002.
Je trouve que l'équipe nationale turque s'en sort mieux avec des joueurs formés en Turquie (voire des joueurs formés en Allemagne mais venus trés tôts en Süperlig, comme Cenk Tosun ou Hasan Ali Kaldırım par exemple), quitte à avoir une équipe faible sur le papier.
Depuis 10 ans les joueurs formés en Allemagne (Nuri Şahin, Ömer Toprak, Sercan Saraer, Hakan Çağlanoğlu, Gökhan Töre, Yunus Mallı, Mehmet Ekici, Tunay Torun...) France (Mevlüt Erdinç, Atilla Turan, Serdar Gürler), Belgique (Sinan Bolat) Pays-Bas (Oğuzhan Özyakup), Angleterre (Kazim-Richards), Suisse (Kerim Frei) et même Danemark (Mor) étaient majoritaire dans la sélection, et c'était le néant footballistique, à tel point que ça ne faisait rêver plus personne.
Je trouve déjà ça honteux qu'un pays qui se dit amoureux du football et qui compte 80 millions d'habitants doivent piocher dans les 5 millions d'européens pour se constituer une équipe.
Ça s'est enfin bougé pour la formation, mais je pense que le plus important a été la supression de quota d'étrangers en Süperlig.
La limite ne faisait que protéger les joueurs turcs qui n'avaient aucune concurence car il fallait absolument en titulariser malgré leur niveau médiocre. Et les 3 gros clubs d'Istanbul leurs proposaient des salaires dérisoires, donc ça empechait aussi leurs exportations en Europe qui n'avaient aucun interet à s'aligner sur ces salaires là. Poursuivre sa carrière dans les gros championnats européens étant evidemennt un gros + pour la progression des joueurs. Quelle belle connerie ça serait de remettre la limite d'étrangers...


Bon bah on se dit "tu" alors, pas de soucis.
Réponse de n'golo comté
le 15/10/2019 à 12:13
Message posté par zinczinc78
Bon bah on se dit "tu" alors, pas de soucis.


Tu t'es rasé la moustache toi?
C'est bizarre tu as pas le même avatar sur le forum et sur le site.
Réponse de True Grit
le 15/10/2019 à 15:57
Un beau match nul, avec de la lutte, du panache et ce, des deux côtés : les deux équipes n’ont rien lâché tout en étant portées par un Stade de France qui aura rarement été autant chaud.

Drôle de compo côté turc, avec İrfan Can Kahveci (un 8.5) placé sur le côté droit tandis que Karaman remplaçait un Çalhanoğlu trop peu fiable, ce qui souligne les carences terribles sur les ailes, exacerbées en l’absence de Cengiz Ünder et Abdülkadir Ömür.

Au milieu, Şenol Güneş a choisi de barricader, avec un trio Okay Yokuşlu-Mahmut Tekdemir-Ozan Tufan, soit trois récupérateurs, dont un Okay tout juste revenu de blessure. Le technicien décide pareillement de titulariser Burak Yılmaz en lieu et place d’un Cenk Tosun en manque de temps de jeu, mais plus fit qu’un Burak lui aussi convalescent.

La rencontre démarre vite, les Turcs défendent virilement mais ça reste correct, pour tenter de contrer des Français, un peu poussifs certes, mais qui parviennent à amener le danger dès le premier quart-d’heure. Et c’est le super Mert Günok qui réalise le double arrêt surnaturel, sur une jolie prestidigitation de Coman pour Grizemann, qui perd son duel face au gardien turc.

Les débordements d’Hernandez font mal aux Turcs, et contrebalancent un côté droit français trop maladroit techniquement et timoré. Les rouges et blancs défendent courageusement, et il faut les talents de Coman et Griezmann pour déstabiliser leur défense et frapper, mais cela ne suffit pas à tromper un Mert vigilant. Les deux Français sont géniaux, mais l’étau turc serre si fort que quand bien même leurs actions passent au travers des mailles turques, la frappe qui en résulte est souvent suffisamment étouffée pour être sereinement capter par le portier turc.

Mieux, passée la première demi-heure, le bloc turc se recroqueville et se cadenasse davantage, contraignant le duo-Coman-Griezmann, décidemment en forme, à la frappe de loin, tandis que les débordements bleus ne peuvent plus trouver de Français dans la surface rouge et blanche.

Après la pause, Şenol Güneş estime qu’il y a peut-être quelque chose à faire, son équipe ayant résisté jusqu’alors, et fait rentrer le mouton noir Çalhanoğlu en lieu et place du DM Okay bien loin de son niveau. Et contrairement à ce qu’on aurait pu attendre, le Hakan change la physionomie du match : dès la 49e, il offre un délice de coup-franc pour Burak, qui confirme une énième fois qu’il est un croqueur invétéré. Bis repetita dix minutes plus tard, sur un contre, lancé par une lumineuse ouverture d’İrfan Can, Çalhanoğlu réalise une merveille de remise pour Burak, qui trouve le moyen de trouver la lune.

Les Bleus sont moins tranchants qu’en 1ere MT, seul Hernandez se montre réellement dangereux sur une montée, tandis que Ben Yedder est introuvable, mangé tout cru par la défense turque, qui repousse tout. Les Ay-Yıldızlar se permettent même de s’installer aux abords de la surface française, mais là encore, Ozan Tufan précipite sa frappe.

A la 72e, Deschamps décide de faire entrer le malheureux Giroud a la place d’un Ben Yedder inoffensif. Et quel game-changer ! Dès son entrée, son bon appel amené la main, non-sifflée, de Demiral. Et quelques minutes plus tard, il endosse le costume de sauveur (temporaire) en crucifiant l’héroïque Mert d’une tête sur corner.

Hélas pour les locaux, le soulagement est de courte durée puisqu’à la 80e, Çalhanoğlu délivre un cf millimétré pour Kaan Ayhan, déjà buteur à l’aller, qui n’a même pas besoin de sauter pour faire rentrer sa tête.

Les dix dernières minutes verront confirmer la bonne entrée des deux Français, à savoir un Ikoné bien remuant et un Giroud présent, et un Burak encore une fois faire n’importe quoi sur un dernier contre turc.

Une bonne défense côté turc, encore une fois, pouvant mettre ses adversaires facilement hors-jeu. Demiral-Söyüncü est une double-lame redoutable, broyant ses adversaires sans pitié, et avec un Mert Günok présent partout comme ultime verrou. Bonne, mais pas parfaite, le bloc était peut-être trop bas parfois, ne sachant pas remonter un cran au-dessus pour contrer les frappes et centres de Coman, Griezmann et Matuidi.

Offensivement, ça a été plus délicat même si en contre les passes ont fusé rapidement et avec précision. Il va falloir songer à trouver un CF plus fiable que le vieillissant Burak, qui a bousillé 3 occasions en or, et un Cenk Tosun qui ne joue plus et manque de réussite. Les côtés, je le martèle, mais il y a vraiment une faiblesse : Karaman a été OK mais sans plus, İrfan Can a étonnamment bien dépanné mais il reste meilleur au milieu.

En tout cas les Ay-Yıldızlar auront livré une belle performance, très courageuse en revenant gratter le nul face a des champions du monde qui plus est au SDF : mine de rien, c’est 4 points pris contre les Bleus, et pour l'instant la première place du groupe.

A Şenol Güneş de ne pas gâcher cette réussite face à l’Islande.
Réponse de True Grit
le 15/10/2019 à 17:03
Individuellement, Mert Günok est sûrement l’homme du match, devant l’excellentissime Griezmann. C’est lui qui sauve son équipe en 1ere MT face aux volées d’occasions françaises, tandis qu’il ne baisse pas sa garde en 2e MT. Souverain dans les airs, correct à la relance, captant bien et présent sur tous les ballons, il remporte son duel critique face à Griezmann a la 16e : un but encaissé aurait à mon avis pu faire chavirer le navire turc.

En défense, Merih Demiral a de nouveau été un titan. Le nouveau Chiellini est dur mais rapide, à la fois bestial mais restant propre, même s’il ne prend pas trop de risque dans sa relance. Surtout, con charisme de fou amène une inspiration folle a la défense turque !

A ses côtés, le pourtant rude Çağlar Söyüncü passerait presque pour un doux. Mais lui aussi a été bien viril, comme à son habitude, moins impressionnant dans ses interventions que Demiral, mais au moins autant souverain sinon plus. Cette paire Demiral-Sçyüncü est quand même impressionnante : le temps le dira mais pour l’İnstant, elle semble être peut-être la charnière la plus talentueuse qui est existé, devant Alpay Özalan-Bülent Korkmaz.

En arrière droit, Zeki Çelik a montré qu’il accusait de la fatigue, il faut dire qu’İl joue avec une petite blessure depuis un moment. Il a eu du mal à gérer son côté droit, se montrant inhabituellement timide dans ses montées. A gauche en revanche, Umut Meraş vient peut-être de conquérir le poste de titulaire : le gars a été solide défensivement, même s’il manque encore d’impact physique, et il était bien là dans le jeu. Une validation au plus haut niveau pour le joueur du Havre.

Au sein du trio de DM, Okay Yokuşlu a été le plus décevant : certes il est balèze, relance proprement, mais son manque de rythme a été criant. Trop lent, en retard dans tous ses gestes, il n’a pas apporté autant qu’il le devrait : explicable par son retour de blessure, à son niveau il aurait dû chambouler davantage le milieu français. Mahmut Tekdemir aura lui accompli avec brio sa tâche de râtisseur, se livrant et bataillant pour chaque ballon, même s’il ne couvre pas le tireur sur une frappe de loin. Enfin, Ozan Tufan lui aussi aura assumé son rôle, en soutien de la défense dans son pressing, mais aussi faisant le lien au milieu, tout en participant à mener le danger en contre : je le dis souvent, mais quel joueur il pourrait être Ozan s’il était concentré a 100%.

Sur l’aile gauche, Kenan Karaman n’aura pas démérité, mais j’ai encore du mal à lui trouver un réel apport fondamental. Oui il est pas mal avec le ballon dans les petits espaces, le jeu court, a un sens du but et est discipliné, mais il manque aussi de puissance et de célérité pour faire la différence. Clairement cependant, placé plus haut sur le terrain, il s’est montré meilleur qu’à son habitude. A droite, c’est İrfan Can qu’a tenté son pari Şenol Güneş, lui qui est d’ordinaire un 8.5. Et de manière surprenante, il s’est bien débrouillé le bougre ! C’est vraiment un de mes chouchous, il a encore fait parler sa disponibilité, sa conduite de balle, sa qualité de passe, son activité, même exilé sur un coté.

Devant, Burak Yılmaz a été une pipe sans nom. Alors, rien que par sa présence et ses appels, on sent toujours qu’il envenime les défenseurs adverses, mais c’est tout : isolé, ses décrochages, parfois profonds, pour soulager son équipe étaient stériles. Pire, il annihile 3 occasions en or, dont 2 où il catapulte le ballon dans les étoiles. Une prestation une nouvelle fois mauvaise, son dernier bon match remonte à Konya face à la France justement, ça en devient inquiétant.

Côté rentrants, le mouton noir Çalhanoğlu s’est montré décisif, contre toute attente : enfin pas vraiment en fait, ce n’est pas la première fois qu’il fait ça. En effet, qu’on le veuille ou non, le Hakan a vraiment une technique peu commune et, quand il veut, il peut merveilleusement tirer les CPA. Déjà, il manque de délivrer une assist sur un superbe cf, loupé par Burak. Puis rebelote, sa remise magique, sur une ouverture lumineuse d’İrfan Can, est encore outrageusement gâchée par Burak. Finalement, c’est Kaan Ayhan qui honorera encore une fois son centre millimétré sur cf. Clairement, Hakan a changé la morphologie de son équipe, en étant le seul élément purement offensivement orienté aux côtés de Burak, faisant parler sa technique. Hélas on le sait irrégulier, il dénote à côté de ses coéquipiers de par son implication moindre dans le repli défensif (même si ça s’est un peu amélioré), et fait encore les mauvais choix (j’en ai noté un pour hier). Mais un bon match pour le Çalhanoğlu si agaçant.

Kaan Ayhan justement, désormais double buteur face à la France. Il remplace un Zeki Çelik à bout, étonnamment à la place du réel AD Nazım Sangaré. J’aime beaucoup Kaan d’ordinaire, très solide en CB, mais il m’a paru à l’ouest dans l’alignement défensif, soit trop avancé, soit pas au marquage, permettant l’incursion des percées françaises. Il endosse cependant le costume du héros en sentant une nouvelle fois le coup sur le cf d’Hakan.

Enfin, Cenk Tosun entre en fin de match dans le rôle ingrat d’une espèce d’ailier gauche, pour travailler la défense bleue. Peu de choses à souligner si ce n’est son labeur, et que sur la dernière occasion turque affreusement ruinée par Burak, il était bien placé. A noter que c’est lui qui délivre la Turquie face à l’Albanie.

Dans l’ensemble, une solidarité sans faille entre les joueurs turcs, c’était vraiment le feu, on sentait l’abnégation des joueurs turcs, tous impliqués. Şenol Güneş à un groupe très chouette, face à une Islande elle aussi solidaire mais qui en plus à un jeu léché, j’ai peur que les Turcs aient une énième fois du mal. Espérons Cengiz Ünder sera apte, tandis qu’à Abdülkadir Ömür est out jusqu’en février 2020. A gauche, attendons de voir ce que peut donner Emre Kilinç, voire même Emre Mor, en Süper Lig. Ne pas oublier non plus qu’en U21, de vrais talents ne pâliraient pas d’une place en A : je pense aux Ahmed Kutucu, Orkun Kökçü, Halil İbrahim Dervişoğlu qui pourraient s’avérer utile à des postes peu fournis.
Réponse de Sedinho
le 17/10/2019 à 13:25
Kutucu ça serait pas mal pour le poste d'attaquant, Burak commence à être cramé, et Cenk est pas mal handicapé dans sa hierarchie de 4eme attaquant à Everton.
Ünal a des stats déguelasses avec Valladolid, à voir si il va exploser, il était pourtant très prometteurs avec sa saison à Twente.

Tu penses que Mor va devenir un bon joueur un jour ? J'en doute beaucoup, il a tout misé sur sa conduite de balle, mais sinon c'est 0 mental (en plus d'être une tête de con par ses activités sur Instagram), il arrive à peine à faire décoller un ballon sur ses frappes, vision de jeu catastrophique...
Il avait pourtant fait les bons choix de carrière entre Dortmund et le Celta Vigo.
Réponse de True Grit
le 17/10/2019 à 16:32
Salut Sedinho, je me rends compte que j’ai oublié de réagir à ton post intéressant. Comme tu dis, c’est honteux qu’un pays de 80 M d’habitants ne soit pas plus performant.

Le vrai problème du foot turc à mon sens, c’est le manque d’entraineurs de qualité, et faisant confiance aux jeunes. Les pépites, la Turquie en forme, et depuis longtemps maintenant. Hélas, elles pourrissent sur le banc ou font une overdose de médias.

Bien d’accord avec toi sur le quota des étrangers : cela devrait être un non-débat, car comme tu l’as dit cela a créé une bulle outrageusement énorme des salaires des (médiocres) joueurs turcs. Un bon débarras, espérons que cette mauvaise idée ne flotte pas plus longtemps.

Je te rejoins également sur ton dernier message, Burak est cramé, il a encore sa dangerosité naturelle, ses appels, son flair de pur buteur, mais il n’a plus sa vitesse d’autrefois ni son activité sur la ligne.

Cenk Tosun est clairement en manque de jeu qui le pénalise fondamentalement dans sa confiance et son sang-froid : il avait autrefois beaucoup de réussite devant le but, il ne lui reste plus (si on est méchant) que son travail désormais.

Pareil pour l’énigme Enes Ünal, déjà qu’il a un jeu particulier, c’est effectivement frustrant qu’il ne soit pas plus décisif à Valladolid, alors qu’il enchainait les pions aux Pays-Bas (du droit, du gauche, de la tête, tout !).

En réalité, je pensais à Kutucu éventuellement au poste d’ailier gauche, il a la vitesse pour et pourrait y dépanner :il a joué ce poste en U21 et un peu à Schalke. Je verrai dans le même registre Halil İbrahim Dervişoğlu, comme avait été testé Güven Yalçın.

Pour Emre Mor, ce que tu dis est très vrai. Mais il semble montrer de bonnes choses à Galatasaray, ses rentrées, si elles sont loin d’être éblouissantes, apportent toujours un petit truc à son équipe : chacune d’elle a pour l’instant entrainée une faute bien placée, un débordement ou une déstabilisation adverse. Alors c’est jamais plus que 1, 2 rarement 3 mises en danger par entrée (pour généralement entre 30-45 min de jeu), et il n’a rien de spécial en dehors de ça, mais peut-être avec un peu d’espoir on peut rêver qu’il continue ses progrès… Pour remédier à ce côté gauche si pauvre en sélection !
Réponse de True Grit
le 09/10/2020 à 10:37
Petite review du Allemagne-Turquie,un match très chouette, qui n’aura eu d’amical que son nom : vraiment ouvert, avec du jeu, du régal !

Les supporters turcs ne s’attendaient certainement pas à une si jolie performance de leurs ouailles, après les deux non-matchs catastrophiques contre la Hongrie (défaite 1-0) et la Serbie (math nul malgré des Serbes à 10 pendant toute la 2e mi-temps), imputables aux expérimentations peu inspirées de Şenol Güneş qui ont semé des doutes quant a ses capacités, du haut de ses 68 ans, à gérer un groupe jeune et des résultats sur la durée. Restait la justification de l’après-confinement, parfaitement légitime avec des joueurs qu’on aura vu grillé car n’ayant pas joué depuis des mois. Mais l’échec tactique de Şenol Hoca était tel et ses déclarations sur certains sujets (favorable à une limite des étrangers plus stricte en Süper Lig, l’incompréhension sur le cas Ferdi Kadıoğlu) ramenait les inquiétudes autour de sa personne.

Pour ce match, le sélectionneur turc repart sur un groupe désormais connu, avec aucun nouvel arrivant. Löw au contraire a à sa disposition un groupe largement prélevé d’ex U-21 allemands finalistes du tournoi européen de 2019 (Waldschmidt, Heinrichs, Koch, Tah, Amiri, Dahoud…), sans les usuels Kroos, Werner, Süle, Neuer, Sané… Il positionne ses joueurs dans un 3-4-2-1 qui couvre bien l’entièreté du terrain et favorise un jeu chatoyant et offensif au sol : une configuration originale mais que Löw semble affectionner depuis un moment désormais.

Güneş revient lui aussi à ses fondements, après ses bizarreries de Septembre, un 4-3-3 avec toutefois un retour de Kaan Ayhan, Okay Yokuşlu et Yusuf Yazıcı, Sangaré et Kaldırım en latéraux, le capitaine du sexy Alanyaspor Efecan Karaca titularisé à droite, et une chance redonnée à Emre Kılınç et Enes Ünal.

Des l’entame du match, c’est une rencontre très ouverte sans préliminaires : ça va et vient d’un but a l’autre. Les Turcs surprennent les Allemands par leur témérité et leur implication sans limite sur chaque construction et occasions, tandis que les Teutons affichent toute leur justesse tactique et techniques avec des contres chirurgicaux, qui pensent d’ailleurs ouvrir le score dès la 6e mais se font barrer par un toujours très bon Mert Günok forçant Draxler à être hors-jeu.

Mais les Turcs, toujours batailleurs, tiennent bons, et comptent sur un Efecan Karaca exalté sur son côté droit puis surtout sur une occasion en or de Yusuf Yazıcı, invraisemblablement oublié sur une percée d’Emre Kılınç, mais qui préfère viser les nuages plutôt que de crucifier Leno.

Ce premier avertissement rend tremblant les Allemands, malgré les dribbles chaloupés de Havertz qui se rapprochent de la surface turque, et très vite des largeurs se créent dans le système défensif de la Mannschaft, qu’exploitent à merveille les Ay-Yıldızlılar. En déployant un pressing agressif mais intelligent devant d’abord, Yazıcı solicite Leno à la 19e, pendant que Rüdiger (averti), Draxler et Neuhaus ne peuvent que faucher les joueurs turcs en particulier Efecan : toutes ces fautes laissent place à des coup-francs intelligemment exécutés mais qui ne trouvent pas le fond des filets.

Entre temps, Schulz répondra par une volée, mais les Allemands sont contraints à la frappe en dehors de la surface, ou à de rapide transitions et changements d’ailes pour enfin exposer les vulnérabilités de la défense rouge, avec une belle frappe de Draxler à la 40e. Draxler qui plein de sang-froid et superbement placé, parviendra à prendre à revers la défense adverse sur une mauvaise relance et marquer après une belle course là encore démarrée en contre, pile avant la pause.

Ce but est un véritable coup de poignard, pourtant Şenol Güneş semble avoir trouvé les mots à la pause car des le retour des vestiaires, une nouvelle interception dans le camp allemand propulse le ballon dans les pieds d’un génial Ozan Tufan, qui réalise un enchainement époustouflant éclipsant 3 joueurs adverses, pour crucifier Leno. Le jeu va alors s’accélérer de part et d’autre avec des percées de Cengiz Ünder, Draxler, Waldschmidt pour s’achever avec un joli travail entre ce dernier et l’ouverture de Neuhaus. Le temps fort allemand est là, autour de la 60e, avec des Turcs sonnés par des enchainements rapides et sévères : Mert Günok encore une fois se montre impérial et empêche une double punition juste après le second but.

Malgré les 3-4 dangereuses occasions concédées dans ce cours laps de temps, l’arrogance des Turcs ne faiblit pas et, sur un énième ballon récupéré en pressing haut, l’homme du match de ce soir Efecan subtilise plus que virilement le ballon à Neuhaus et vient ouvrir son compteur en sélection à la 66e. On va etre honnête, il y a faute sur Neuhaus, mais l’arbitre français semble avoir été trompé par le minuscule gabarit du bonhomme, tandis qu’il avait laissé Emre Kılınç se faire pogotter par Schulz en 1ere mi-temps sans broncher.

Des lors on sent la Mannschaft plus énervée mais pas plus brouillonne pour autant : les fautes se multiplient côté allemand, les allers-retours entre surfaces aussi, puis encore une fois sur un mauvais dégagement de la tête d’Ozan Kabak cette fois-ci, Waldschmidt décoche une belle reprise qui vainc Günok.

Et pour autant, les Turcs ne s’avouent pas défaits bien loin de là ! Karaman est auteur d’une belle entrée et frappe la barre sur un bel enchaînement. Les tuniques rouges se rapprochent encore par 2 fois de la surface blanche puis, une superbe combinaison Tekdemir-Tufan-Ünder-Ömür-Karaman pleine d’altruisme et de bon sens arrache le nul une bonne fois pour toute.

Coté turc, on notera une physionomie qui n’a rien à voir avec ce qu’on avait vu en Septembre et cela rassure : de la combativité en défense et un pressing agressif, de l’inspiration et de jolies combinaisons en attaques, avec plus de verticalité grâce aux deux ailiers enfin alignés. Les faiblesses résident essentiellement dans la prise par surprise et à revers des défenses turques sur des contres rapides ou des erreurs. La défense n’est peut-être pas exemplaire, mais elle dispose de talents purs (les tacles de Merih !), de très bons gardiens (Mert Günok ou Uğurcan Çakır) et d’une vraie grinta : juste l’ajustement et le replacement tactique sont à travailler car sinon trop de buts peuvent être encaissés. Gros point noir également sur les terribles erreurs encaissées, chose assez nouvelle : les 3 buts de ce soir sont issus à chaque fois directement d’une relance dans les pieds adverses qui a été immédiatement punie. Toujours interrogation sur le côté gauche du milieu également : qui mettre ? Emre Kılınç est courageux, mais il semble en-dessous du très haut-niveau pour l’instant, mais si ce qu’il a montré aujourd’hui laisse présager une possible amélioration. D’où l’importance que pourrait avoir d’ajouter au groupe Ferdi Kadıoğlu, brillant à Fenerbahçe mas jouant en U-21 néerlandais. Autre souci, en attaque, Enes Ünal manque clairement de muscles seul devant : le jeune homme est trop tendre malgré une intelligence dans le jeu et le placement certaine, il se fait manger constamment au duel.

Coté allemand, on set une machine redoutable dans les combinaisons comme en ont témoigné les innombrables contres : une erreur ou une interception, et tout peut aller très vite et surtout, avec une grande précision. En revanche, l’équipe d’hier soir a fait beaucoup d’erreurs auxquelles une équipe de ce standing ne m’avait pas habitué : des pertes de balles multiples dans ses 40 mètres, quelques erreurs dans les transmissions courtes, des lignes qui s’espaçaient rapidement face au pressing turc menant à des interventions en retards.

Sur la performance des joueurs, Mert Günok a encore montrer aux partisans de l’excellent Uğurcan Çakır qu’il demeurait un super gardien : il sauve les Turcs de la noyade à des instants clés et est réellement démuni sur les buts allemands. A revoir cependant son jeu au pied, catastrophique en 1ere mi-temps.

En défense centrale, Merih Demiral, pour ses premieres 90 minutes depuis bien longtemps, nous a montré le tank qu’il est, avec des interceptions toujours démentielles (ce tacle dans la surface !). On attend qu’il ait plus de temps de jeu néanmoins parce que mine de rien, on sent qu’il est moins frais qu’il y a 1 an. Son partenaire Kaan Ayhan, le moins fringuant des 4 pépites, retrouve une place de titulaire en charnière centrale : sans être mauvais, il est l’auteur d’une mauvaise remise sur le 1er but.

En latéral gauche, Hasan Ali Kaldırım a comme toujours été correct dans l’effort défensif mais n’aporte pas le danger qu’il faut dans ses montées, la faute a sa qualité de centre assez misérable. Bonne surprise sur le coté droit par contre, avec un Nazım Sangaré survitaminé, un vrai athlète tant par sa vitesse que sa contribution physique : un pur piston auquel il manquerait une touche de technique pour les centres.

A la récupération, Okay Yokuşlu était titularisé après une longue absence : il apporte toujours cette puissance bienvenue au milieu, et a parfaitement comblé l’espace entre le milieu et la défense centrale, mais ratisse moins qu’avant. Son partenaire et capitane Ozan Tufan est lui auteur d’un match XXL. Le mal-aimé du football turc a encore démontré ses aptitudes magistrales et si variées : il court, récupère le ballon, distribue correctement, monte, dribble balle au pied (cette percée à un moment !), et frappe ! L’enchaînement qu’il réalise sur son but est tout simplement grandiose. Plus haut, Yusuf Yazıcı prouve encore une fois que c’est un vrai talent technique (ses cpa en 1ere MT sont savamment tirés) mais bon sang qu’il est frustrant ! Je comprends les supporters lillois, le gars a une facilité telle balle au pied, il n’aurait juste qu’à s’appliquer un peu plus, et les frappes qu’il rate en 1ere mi-temps termineraient au fond.

Sur l’aile droite, Efecan nous a proposé une prestation merveilleuse : infatigable dans ses efforts sans limite, labourant son côté droit, harassant les Allemands tel un chien enragé, puis se faufilant adroitement entre eux, n’étant arrêtable que par la faute. Il est récompensé par 1 but (certes litigieux) qui lui donne les larmes aux yeux, puis sort cuit tellement il se sera donné : la définition même d’honorer la sélection et de mouiller le maillot. Son pendant à gauche, Emre Kılınç se sera montré moins timide que lorsqu’il avait été testé en Septembre. Quelques belles montées, quelques belles combinaisons et quelques belles passes ainsi que des efforts nets dans le repli, mais il manque encore de tranchants pour être au même niveau que ses pairs.

Devant Enes Ünal nous l’avons vu plus haut, a été relativement isolé comme souvent. Toutefois, il a toujours le don de très bien se placer, et n’a pas été servi 1-2 fois alors qu’il était seul devant le but. Toujours altruiste, on l’a vu descendre et remiser intelligemment avec ses coéquipiers. Mais la encore le jeunot se fait dévorer tout cru sur les duels, il manque terriblement de muscles pour s’imposer à ce niveau.

Côté entrants, Dorukhan Toköz (46e) a joué son rôle au milieu en couvrant beaucoup de terrain, mais sur le 2nd but il oublie de suivre Neuhaus qui part marquer. Cengiz Ünder (46e) lui, a semblé retrouvé des couleurs : dans tous les bons coups en 2nde mi-temps, étonnamment plus dans l’axe, il est décisif sur le 3e but final. Kenan Karaman (63e) a quant à lui enfin proposé une prestation marquante : enfin a-t-il su fructifier ses qualités, avec des actions cette fois imprégnées d’intentions. Ses interceptions, dribbles et positionnement ont toute amenées du danger (la barre rappelons-le + but). Ozan Kabak (75e) en revanche a montré qu’il éprouvait véritablement un malaise, après son transfert avorté au Milan AC : je note une belle montée balle au pied, qu’il avait déjà démontré en Septembre d’ailleurs, mais aussi une remise de la tête pile dans les pieds allemands sur le 3e but. Dernier entrant, on a enfin revu un peu d’Abdülkadir Ömür (85e) et, du peu qu’il a été présent, il a rappelé le talent qu’il était notamment avec cette remise généreuse et inspirée pour Karaman sur le 3e but.

Pour finir un petit mot sur Emre Can, le gars aura été un combattant tout le match, plus que ça même : j’ai rarement vu un joueur mettre autant de cœur à s’agiter contre l’équipe de son pays d’origine. Hors de lui sur le but litigieux d’Efecan, il récolte un jaune après une contestation disproportionnée, se distinguant surtout en étant le seul Allemand à venir broncher avec autant d’ardeur. Drôle d’image aussi sur le but final turc, où le Emre Can sourit en observant la joie de ses adversaires :

https://twitter.com/norvecteturk/status … 28/photo/1

A noter enfin son interview à la chaine turque TRT Spor : le journaliste s’adressait à lui en turc, tandis que le joueur répondait…en allemand ! Alors était-ce parce que son turc est faible ? On a pourtant déjà vu Emre Can parler en turc, et il communique avec certains joueurs de la sélection turque (Merih Demiral entre autres). Etait-ce parce qu’il a voulu éviter toute polémique après l’incident Özil? Type de polémiques dont il a déjà réchappé de peu (il avait liké un post de Cenk Tosun souvenez-vous).

Lien ou pas également avec cette rencontre, j’ai trouvé Nazım Sangaré et Kenan Karaman bien meilleurs que d’habitude : était-ce parce qu’ils évoluaient contre leur pays de naissance ? La même remarque ne s’applique pourtant pas ni à Hasan Ali ni à Kaan Ayhan, natifs d’Allemagne mais auteurs d’un match quelconque.

Bref je voulais aborder ce dernier petit point car on entend tout et n’importe quoi su les choix de sélection des Turcs d’Allemagne, et hier soir était l’occasion d’observer ces relations. En tout cas, un consensus se dégage chez les supporters turcs, c’est qu’ils respectent et comprennent évidemment les choix de représenter l’Allemagne (ou un autre pays) mais préviennent toutefois qu’il ne faudra pas venir pleurer ensuite si un jour le joueur viens se plaindre d’un racisme, ou d'un quelconque autre mal-être trahissant un potentiel regret.

Connectez vous pour participer à cette discussion

Hier à 17:23 L'UEFA « s'oppose fermement » à la création d'une Super Ligue européenne 33
Hier à 16:45 Mirlind Daku, le buteur qui rend fou le championnat kosovar 23 Hier à 15:15 Viens fêter les 10 ans du magazine Pédale! dimanche 2 Hier à 14:36 Osama Vinladen : « Mon frère s'appelle Sadam Huseín » 97
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 12:23 Jaume Roures : « Nous avons le temps de trouver des solutions raisonnables » 41
Hier à 12:16 Phoenix renonce à accueillir la finale de l’USL après des insultes homophobes 20 Hier à 11:45 Un hommage à Bruno Martini sur les pelouses françaises ce week-end 2 Hier à 10:25 Flamengo : Henrique blessé aux testicules 7