Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 21 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Élection de Joe Biden

« Les Américains avaient besoin de changement »

Florian Valot (New York Red Bulls) et Jordy Delem (Seattle Sounders) ont vécu au rythme de la MLS pendant tout le mandat de Donald Trump. À l'Est comme à l'Ouest, les deux Frenchies décrivent l'ambiance qu'ils ont ressentie aux États-Unis et dans leurs vestiaires à la suite de l'élection de Joe Biden.

Comment avez-vous vécu cette élection présidentielle américaine ?
Jordy Delem : Malgré le fait que je ne puisse pas participer et que nous étions très concentrés sur la fin de saison régulière de MLS, j'ai pu ressentir un réel engouement en faveur du vote à Seattle, ville historiquement démocrate. Ici, comme dans tout l'État de Washington, la grande majorité des Américains avait besoin de changement et souhaitait tourner la page des quatre années de Donald Trump.
Florian Valot : C'était une ambiance très particulière. Ici aussi, dans le New Jersey et à New York, je pense que beaucoup d'électeurs ont voté Biden pour en finir avec Trump. J'ai l'impression que la participation historique pour ce scrutin a surtout été liée à la volonté des gens de voter contre un candidat, plutôt qu'en faveur de l'autre. Que ce soit Donald Trump ou Joe Biden, ils sont tous les deux très âgés et loin de faire l'unanimité. Le soir de l'élection officielle du candidat démocrate, les gens étaient quand même soulagés. Il y a d'ailleurs eu beaucoup de célébrations et de rassemblements festifs dans la rue, à la suite de ce résultat.

« Ce fut une année très, très particulière... »
Quelle était l'ambiance pendant les quatre jours de dépouillement, dans vos deux villes ?
FV : C'était du non-stop ! Que ce soit à la télévision, sur les réseaux sociaux ou même avec ses connaissances... Le sujet est devenu la source de discussion principale, pour tout le monde. À New York, le sentiment dominant était l'inquiétude que Trump puisse l'emporter.
JD : J'ai ressenti énormément de passion et d'excitation, de la part de tout le monde, à l'idée de connaître l'identité du nouveau président.


Entre la Covid, les manifestations consécutives à la mort de George Floyd et une campagne présidentielle musclée, les États-Unis ont vécu une année très agitée...
JD : Ce fut une année très, très particulière... Et j'ai l'impression que, d'une certaine façon, les Américains sont soulagés d'arriver à la fin de cette élection présidentielle qui a cristallisé toutes les tensions du pays. Maintenant, elle ne doit pas mettre fin aux combats pour plus de justice sociale comme Black Lives Matter.
FV : On peut dire que 2020 aura été une année de merde. J'ai essayé de suivre la campagne à partir du premier débat présidentiel, mais face au niveau des échanges, je n'ai pas tenu plus de 30 minutes. C'était inaudible... Et toute la campagne a été sur ce créneau, très tendue. J'avais beau être plus jeune à l'époque et l'avoir moins suivie, l'élection de 2016 n'avait rien à voir au niveau de l'ambiance. Il y a eu beaucoup plus d'engouement. Avec le confinement, les gens ont eu plus de temps chez eux pour se renseigner et pour participer aux différentes mobilisations sociales qui se sont tenues cette année.

« On n'a pas l'impression que ce soit fini, il va falloir attendre janvier pour l'investiture de Joe Biden. D'ici-là, Trump ne va rien lâcher... »
Et dans les vestiaires, vous avez parlé politique ?
FV : Il y a eu pas mal de discussions, surtout le jour de l'élection et les trois ou quatre jours suivants. Nos coéquipiers américains avaient conscience que leur choix était important, et que leur futur était en jeu. Et même si l'environnement de la MLS est marqué démocrate, il y avait différentes opinions dans l'équipe : des démocrates, d'autres républicains. Culturellement, ils restent fidèles à leur parti.
JD : Aux Sounders, comme au niveau de la MLS, une campagne a été mise en place pour inciter les gens à aller voter. À l'image de ce qu'a lancé LeBron James, en NBA. Mais dans le vestiaire, nous en avons très peu parlé. Il s'agit de décisions personnelles, on préfère éviter la politique pour rester concentré sur le football... Ou parler de campagnes plus concrètes comme Black Lives Matter, sur lesquelles on peut essayer d'avoir un réel impact et aider directement la population.


Entre un Biden qui va devoir s'imposer et un Trump qui ne va rien lâcher, comment imaginez-vous les prochaines semaines ?
JD : Tout le monde se demande un peu ce qu'il va se passer, car Donald Trump n'a pas l'air décidé à dire son dernier mot. On est tous dans l'attente, et il est encore très difficile à l'heure actuelle de se projeter.
FV : On n'a pas l'impression que ce soit fini, il va falloir attendre janvier pour l'investiture de Joe Biden. D'ici-là, Trump ne va rien lâcher... On ne sait pas trop ce qu'il peut se passer, mais on peut en tout cas déjà espérer que Biden ait une communication beaucoup moins impulsive et agressive que son prédécesseur.

« La seule incidence réelle, sur le sport américain, pourrait provenir d'une hausse des impôts. »
L'élection de Joe Biden pourrait-elle avoir une incidence sur la MLS ?
JD : Je ne pense pas, car il n'a pas de lien particulier avec le sport. Et même si Donald Trump a prouvé à plusieurs reprises qu'il ne tenait pas le soccer dans son cœur, je ne crois pas que l'élection de Joe Biden change quelque chose pour les footballeurs.
FV : La seule incidence réelle sur le sport américain pourrait provenir d'une hausse des impôts, son programme comporte un projet de taxe à 40% des revenus des personnes qui gagnent plus de 400 000 dollars (342 000 euros) à l'année. Cela risque d'affecter certains sportifs de haut niveau, mais pour le reste, la MLS continue de tracer son chemin.

Propos recueillis par Ken Fernandez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 16:00 Suspendu pour avoir touché... un pénis 18
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 11:00 Valencia poursuit sa carrière au Mexique 7 Hier à 09:30 Al Ahly s’offre une neuvième C1 africaine 11