Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Centenaire de la Fédération française de foot

FFF, seule contre tous

Le 7 avril prochain, la FFF sera centenaire. Un anniversaire qui marque son importance et sa pérennité. Et si elle n'a pas représenté le début du foot en France, cette naissance fut le point de départ du règne du ballon rond dans l'Hexagone.

Modififié
« C'est l'aboutissement et la consécration du vœu unanime des soccers, la certitude que notre sport si populaire va maintenant s'imposer et devenir notre sport national. » Henri Delaunay, premier vice-président (Jules Rimet en est alors le boss) de la Fédération de football association (à cette époque, le rugby est considéré comme un football), n'est pas modeste lorsqu'il annonce devant la presse la création de la nouvelle organisation le 7 avril 1919. Il s'agit effectivement de la touche finale d'un long processus, au cours duquel les défenseurs de « l'association » vont progressivement s'émanciper de la tutelle des grandes unions omnisports.


On l'a un peu oublié, mais les premiers pas du sport chez nous – fin XIXe siècle, début XXeun certain Charles Simon commence à voire plus grand et se lasse des querelles entre les divers courants rivaux autour de considérations politiques.

Le foot contre l'Olympisme


D'autant plus qu'en face, à l'USFSA – où s'est pourtant déroulé le premier championnat en 1894 –, on traite avec condescendance une pratique perçue comme trop vulgaire pour les grandes aspirations du renouveau de l'Olympisme antique (notamment effrayé par le mauvais exemple du professionnalisme en Angleterre). Il faut dire qu'étrangement, quand de nombreuses pratiques peinent à dépasser leur socle bourgeois initial, le foot débarque vite dans la rue. Comme le constate en janvier 1903 un journaliste de L’Auto (ancêtre de L'Équipe), qui observe avec étonnement de modestes travailleurs s’y adonner dans les jardins du Palais-Royal.


Une évolution qui permet donc au foot de se sentir « populaire » en 1919, quand d'autres ne parlent encore que de valeurs et d'éthique. De là date la fossé entre le foot et l'Olympisme (pour rappel, la Coupe du monde a été lancée pour éviter que le tournoi olympique reste le tournoi international majeur). On comprend mieux, un siècle plus tard, les propos de Noël Le Graët au sujet de la candidature de Paris pour 2024 : « Les JO, je n'en ai rien à foutre. »

Le foot dans une seule Fédération


Bref : si on excepte les footeux socialistes réunis autour d'Abraham Henri Kleynhoff (premier journaliste sportif de L'Humanité) pour des raisons idéologiques évidentes, un Comité français interfédéral (CFI) rassemble avant la Première Guerre mondiale la plupart des joueurs malgré la valse hésitation et la résistance de l'USFSA. C'est donc le CFI qui lance en plein conflit la Coupe de France, dont la finale se déroule le 5 mai 1918 (l'Olympique Pantin domina le FC Lyon 3-0).



Paradoxalement, 14-18 a permis de diffuser davantage la passion du foot, que ce soit avec l'envoi de milliers de ballons pour occuper les poilus dans les tranchées ou l'exemple donné par les centaines de milliers de Tommies anglais présents sur le front. La messe est dite. Et malgré un dernier vote négatif de l'USFS (dont les jours sont comptés), la FFFA voit presque naturellement le jour une fois la paix signée. Une aubaine dont se félicite par exemple la revue La vie au grand air dans son édition du 15 mai 1919, se réjouissant que « la disparition, du fait de la Fédération unique, des luttes inter-fédérales va décupler l’intérêt et le succès de cette belle épreuve de la Coupe de France » .

Les promesses tenues en 1998


De fait, la FFFA va dépouiller les diverses familles du foot (qui malgré tout continueront d'exister, voire même de rebondir ces derniers temps avec la diversification du foot : futsal, foot à sept...). Y compris chez les ouvriers. Ce dont se plaint Jules Morant, secrétaire régional de la FST (Fédération sportive du travail) qui écrit le 4 décembre 1922 au « camarade Poncet » , maire de Montreuil, pour dénoncer l’attitude du Club athlétique de sa ville qui vient de rejoindre la FFFA en prétextant l’absence « d’équipe capable de donner la réplique » . Même les footballeurs de la Jeanne d'Arc de Drancy, bastion des patrons en banlieue rouge, finiront en 1979 par changer de camp pour évoluer aujourd'hui en National. C'est donc le foot qui l'emporte sur l'église, et non les « cléricaux » qui mettent « tranquillement la main basse sur le football association » .


La FFF commence alors sa longue marche. Elle va s'imposer, en nombre de licenciés, comme le premier sport collectif dans la patrie de Kopa et Platini. Pour ensuite franchir le Rubicon du professionnalisme en 1932, et résister à la haine féroce de Vichy contre ce sport d'ouvriers et de « métèques » . Et enfin remporter la grande bataille de l'hégémonie culturelle et politique en devenant, comme promis en 1919, bien plus qu'un sport en 1998.

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

Hier à 17:00 Viens mater PSG-OM lors d’une soirée inédite 2 salles, 2 ambiances 5
Hier à 16:03 Nike, Adidas et Puma se partagent 99% des crampons portés en Ligue 1 51
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom
Hier à 13:35 La Premier League illégalement streamée par 5 millions de personnes chaque année 70
Hier à 11:44 C'est quoi, TIME TO SO FOOT ? 2 Hier à 11:00 Les U18 d'Ingré tabassés après un match de Coupe Gambardella 48