Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demi-finale aller
  3. // Fenerbahçe/Benfica (1-0)

Fenerbahçe s'impose dans la polémique

Fenerbahçe a dominé, Fenerbahçe s'est logiquement imposé face à un timide Benfica (1-0). Seulement voilà, ces Turcs qui ont longtemps buté sur les poteaux sont parvenus à trouver la faille uniquement grâce à une erreur d'arbitrage...

Modififié
Fenerbahçe-Benfica : 1-0 (0-0)
Buteur : Egemen Korkmaz (72e) pour Fenerbahçe.

L'arbitrage était déjà l'un des principaux sujets de discussions de ces demi-finales européennes. Il le sera d'autant plus après ce duel entre le Fener et Benfica. Oui, les Turcs ont dominé la rencontre. Oui, ils ont joué de malchance pendant un long moment, touchant par trois fois les montants. Mais leurs adversaires, certes pas à leur niveau habituel, pourront gueuler. Parce que l'unique but de la rencontre résulte d'une grossière erreur de l'arbitre, M. Mazic. En accordant un corner aux Canaris plutôt qu'un renvoi aux 5m50, il a entraîné le but turc, et donc, conditionné le résultat. Oui, ce Fener inexpérimenté mais décomplexé méritait la victoire. Mais les Portugais ne méritaient pas de perdre là-dessus.

La barre de Sow, les larmes de Cristian

Le Fener a beau avoir un déficit d'expérience à un tel niveau de compétition continentale, il peut compter sur les 53 000 fidèles du Şükrü Saracoğlu. Ambiance dingue, forcément, à Istanbul. C'est en revanche un peu moins dingue dans le jeu : si le rythme est élevé, ce sont plus les maladresses qui marquent le début de rencontre. Mis à part l'activité d'un Cardozo côté lisboète – son utilisation en pivot permet à Salvio et Aimar de tenter leurs chances – aucune domination n'est instaurée. Jusqu'au réveil brutal du Fener, à l'approche de la 20e. En l'espace de deux minutes, Moussa Sow manque alors par deux fois d'ouvrir le score, en reprenant des centres distillés côté droit par Webó et Kuyt. L'ancien Lillois frappe même la barre sur sa tentative de la tête. En tout cas, cette double occasion a le mérite de poser une tendance : dès lors, les Turcs monopolisent le ballon, et dominent. Le duo Sow-Webó pose d'énormes difficultés aux défenseurs portugais dans le domaine aérien – il manque un Luisão, ça se ressent – tandis que l'arrière-garde musèle parfaitement le géant Cardozo. Les Aigles galèrent. Souvent dépassés, ils cumulent les fautes. Jusqu'à une énième erreur, celle d'Ola John : coupable d'avoir fauché Gönül dans la surface, il offre l'occasion à Cristian d'ouvrir le score avant le retour aux vestiaires. Mais le Brésilien rate l'offrande, touchant le montant d'Artur. Les Turcs quittent donc la pelouse bredouilles, avec les larmes du tireur en prime.

Encore des poteaux, puis un corner décisif

Pas satisfait de la prestation de ses hommes dans le premier acte, Jorge Jesus prend des mesures : il décide de faire entrer dès la reprise, en lieu et place d'Aimar, le titulaire habituel dans l'entrejeu Gaitan. Un changement logique, qui n'inverse cependant pas la tendance dans un premier temps. À l'entame, Cristian puis Meireles sollicitent tour à tour Artur avec des frappes lointaines. Les Turcs sont repartis sur les mêmes bases, mais n'ont décidément pas de chance, alors que Kuyt trouve une nouvelle fois le poteau sur une belle frappe croisée. Heureusement pour les Turcs, la scoumoune est partagée : deux minutes plus tard, une merveille d'enroulé de Gaitan touche cette fois-ci le montant de Volkan. Cette malchance vire définitivement de bord à l'approche du dernier quart d'heure, lorsque l'arbitre signale un corner en faveur du Fener, alors que le seul Webó avait touché le ballon avant sa sortie. Une décision toute bête, qui va pourtant tout changer : sur le coup de pied arrêté, Egemen vient claquer sa tête, et ouvrir le score (1-0, 72e). Suffisant, pour que ce Fener, appliqué par la suite en phase défensive, fasse la différence. C'est quelque part mérité. Mais évidemment injuste.

Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti il y a 1 heure La statue de Falcao 17
il y a 1 heure Un Ballon d'or créé pour les femmes 17 il y a 4 heures Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 2
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
À lire ensuite
Chelsea a un pied en finale