Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e de finale retour
  3. // Málaga/Porto

FC Porto : Ils vont sans doute partir cet été

Ils sont jeunes, ils sont doués et surtout, ils coûtent très chers. Eux, ce sont les joueurs du FC Porto. Dans le groupe portista, certains vont peut-être disputer leur dernier match de Ligue des champions au service du pape Pinto da Costa en cas d'élimination face à Málaga ce soir. Car ils sont plus que jamais sur le départ, pour de bonnes ou de mauvaises raisons.

Modififié
João Moutinho

Taux de « transférabilité » : 88%

João Moutinho est présent depuis si longtemps dans le paysage portugais qu'on a l'impression qu'il va bientôt avoir 30 ans. En réalité, il soufflera sa 27e bougie en septembre 2013. Le moment idéal pour le métronome du FC Porto et de la Selecção de quitter le Portugal où il aura tout connu : le brassard de capitaine à 20 ans, 42 sélections, deux championnats et une Ligue Europa - entre autres - avec Porto et même... des titres avec le Sporting. Il ne lui manque que la Ligue des champions pour partir en paix. Il l'a d'ailleurs déclaré récemment, son objectif, c'est de « faire comme Deco » . En gros, choper la coupe aux grandes oreilles et se faire la malle au Barça, son club de rêve. Double difficulté pour Moutinho, donc. Car non seulement il est fortement improbable que les Dragons remportent la C1, mais en plus, il ne figure pas (encore ?) sur les tablettes des Blaugrana. En revanche, André Villas-Boas a très envie de faire venir son ancien milieu de terrain à Tottenham, à l'instar de nombreux grands clubs européens comme l'Inter ou Manchester United, impressionnés par l'Euro 2012 de grande facture réalisé par l'autre Mou. Grands ou pas, tous devront passer par la case Pinto da Costa et aligner au moins 30 millions d'euros pour arracher le chouchou du président du FCP.

James Rodríguez

Taux de « transférabilité » 70%

James Rodríguez, lui, a accompli moins de choses que son partenaire, mais a cassé autant de reins que lui dans la péninsule Ibérique. Et même ailleurs. En fait, c'est simple. Le génie à la face de puceau est devenu, en peu de temps, un élément incontournable du FC Porto et de l'équipe nationale de Colombie. Pour cause, sa patte gauche, sa vision de jeu et sa technique font de James un dix a l'ancienne. Comme l'illustre Valderrama, qui, à défaut d'aimer sa coupe de cheveux, a déjà fait du jeune Portista son successeur attitré. Mieux, il est du genre à briller lors des grands rendez-vous. D'abord décisif lors du tournoi de Toulon 2011, le gamin a quasiment battu Benfica à lui seul lors du match pour le titre la saison passée, puis asséné le coup fatal au PSG en C1 l'automne dernier. Du coup, Sir Alex Ferguson en a fait sa priorité pour le prochain mercato. L'Écossais est même allé jusqu'à proposer un échange Chicharito - J. Rodriguez aux dirigeants de Porto pour lui déclarer sa flamme. Petit bémol tout de même : le Colombien revient d'une blessure de deux mois et tarde a retrouver la forme. La dernière fois que Manchester avait piqué une jeune pépite qui revenait de blessure au FCP, c'était Anderson. Et le Brésilien n'est jamais devenu la superstar attendue...


Mangala

Taux de « transférabilité » 62%

Eliaquim Mangala vit dans l'ombre de Raphaël Varane. Comme tous les défenseurs centraux. Pourtant, l'international espoir français a montré qu'il était capable de défendre comme un grand au sein de la charnière du FC Porto. Pendant trois mois, il a réussi à faire oublier Maicon, pourtant considéré comme le nouveau Pepe, lorsque celui-ci était blessé. Mangala a également fait ses preuves en tant que latéral gauche. Mais rien n'y fait. La France n'a d'yeux que pour son ex-partenaire de défense centrale chez les Bleuets, sur le point d'être promu chez les seniors. La faute à la sous-médiatisation de la Liga Sagres en France malgré la propagande active réalisée par Nicolas Vilas et ses potes de MCS. Énervé par le manque de reconnaissance dont est victime son client, l'agent de Mangala se lance donc dans une opération de communication « mendesienne » qui s'avère être un succès. Il y a quelques semaines, les dirigeants du Milan AC n'ont pas hésité à montrer leur intérêt pour le Français en le comparant à Thiago Silva, même si le rêve de Mangala serait plutôt d'évoluer au PSG... aux côtés de Thiago, donc. Là encore, la clause libératoire est énorme : 50 millions d'euros. De quoi faire réfléchir plus d'un gros poisson. Même Paris.

Fernando

Taux de « transférabilité » 50%

L'Espagne a eu Marcos Senna, Paris a Matuidi et Porto Fernando. L'homme de l'ombre par excellence. Longtemps, il a été l'anti-Brésilien par excellence : excellent à la récupération, intelligent dans son placement et costaud physiquement, il ne touchait pas sa bille techniquement et foirait la moitié de ses passes longues. Aujourd'hui, Fernando possède bien moins de lacunes dans ces domaines et s'affirme, à 25 ans, comme le meilleur milieu défensif de Liga Sagres. Avec ses tentacules, le poulpe balaye les déchets des cinq offensifs - même les siens - devant le dernier rideau des dragons. Le Brésilien est intouchable à son poste sur le littoral portugais. Il pourrait bien y rester dix ans encore, mais il doit partir. La Seleção continue de le fuir. Et il ne lui reste plus qu'un an pour réaliser son rêve : porter la tunique auriverde à l'occasion de la Coupe du monde 2014. L'Inter Milan, où jouent ses potes Álvaro Pereira et Fredy Guarín, serait sur ses traces.

Kléber

Taux de « transférabilité » : 99,999%

« Porto possède les meilleurs recruteurs du monde. Ils repèrent tous les joueurs avant les grands clubs. » Bien sûr. Pour trouver l'équivalent d'André-Pierre Gignac au Brésil, il fallait être sacrément costaud. Si Cristiano Ronaldo a la lourde tâche de faire oublier son homonyme brésilien depuis le début de sa carrière, Kléber n'avait lui qu'à briller à Porto pour devenir plus connu que la station de la ligne 6 du métro parisien. Et même dans cet exercice plutôt simple, le Brésilien s'est planté. Comme pour la grande majorité de ses face-à-face avec les gardiens de Liga Sagres, d'ailleurs. Et du championnat brésilien. Car l'ex-futur successeur de Falcao a été prêté à Palmeiras - même le Sporting n'a pas voulu de lui en prêt - pour se refaire une santé. Encore raté. Non seulement Kléber ne marque pas à Palmeiras, mais en plus, il fait perdre son équipe en faisant le con comme lors du dernier match disputé par les Alviverdes face à Tigres en Copa Libertadores. Contexte : à la 92e minute de jeu, les deux équipes se neutralisent (0-0). Kléber part en contre seul face à un défenseur qu'il efface lamentablement pour se présenter face au gardien. Là où 97% des êtres humains auraient frappé, lui décide de laisser son vis-à-vis revenir un peu pour tenter un autre crochet. Pas de bol, il se fait chiper le ballon, Tigres part en contre, obtient un coup franc, marque et gagne. Rien que pour cette action, le FC Porto a d'ores et déjà décidé de le vendre à Fort William.

Le raté de Kléber

Vidéo

Vítor Pereira

Taux de « transférabilité » : 100%

L'adjoint de l'adjoint du boss. Vítor Pereira est moins bon que José Mourinho et André Villas-Boas, mais reste un bon entraîneur. Cependant, et quelles que soient les circonstances, Vítor Pereira partira de Porto à la fin de la saison. Qu'il gagne ou perde. S'il parvient, par miracle, à remporter la Ligue des champions, le championnat et la Coupe de la Ligue, son triplé - quadruplé si on compte la Supercoupe du Portugal - ne passera pas inaperçu et il s'envolera à Chelsea comme ses deux mentors. Au contraire, s'il ne gagne rien, ou peu - c'est-à-dire le championnat ou la Coupe de la Ligue, ou les deux - Vítor Pereira prendra la porte. Non pas que Pinto da Costa le déteste, bien au contraire, mais les supporters portistas descendront dans la rue pour faire entendre leur voix : celle d'une communauté qui en a marre des conférences de presse maladroites d'un entraîneur même pas capable de gagner une Coupe d'Europe. Et oui, à Porto, les fans commencent à prendre de mauvaises habitudes. Voilà ce que c'est de gagner deux C3 et une C1 en huit ans. Résultat, Vítor Pereira atterrit à Braga pour remplacer un autre loser, José Peseiro...

par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom