Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2019
  2. // Gr. A
  3. // Nigeria-France (0-1)

Faut-il souffrir pour être belles ?

Invaincues et avec neuf points sur neuf possibles, les Bleues sortent de leur groupe avec les poches pleines. Pourtant, il reste tout un paquet de questions dans le coffre que Corinne Diacre et ses joueuses ne sont pas pressées de déballer. À moins que ce soit pour sortir le grand jeu pour les rendez-vous qui comptent, à commencer par le huitième de finale dimanche au Havre.

Modififié
Il se dit qu’ « à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire » . Cette maxime, signée Pierre Corneille, serait-elle finalement une devise nationale ? Comme souvent, lorsqu'elle se retrouve en difficulté et qu’elle arrive à s’en sortir tant bien que mal, une formation tricolore ressert sur un plateau d’argent cette citation fourre-tout, comme un générique que l’on goberait aveuglément pour mieux faire passer la pilule. En 2018, les Bleus de Didier Deschamps ont ouvert la voie en montrant que les plus beaux succès peuvent se bâtir sur des débuts laborieux. Un an plus tard, après avoir validé dans la douleur la première place du groupe face à un Nigeria mastoc, les Bleues de Corinne Diacre suivent le même chemin. « On avait un objectif, remporter trois matchs, c'est chose faite, dans la difficulté, bétonnait la sélectionneuse au micro de TF1. C'est aussi comme ça qu'on se construit. Ce n'est pas le moment de chercher ce qui ne va pas. Trois matchs, trois victoires, on va maintenant pouvoir passer à autre chose. » Pourtant, quand on sera face à cette « autre chose » , il faudra en montrer d’autres, des choses.

Bouffer le réalisme par la racine


Car face aux Super Falcons, les Bleues se sont embourbées dans des phases de possession interminables (69%), trop rarement ponctuées par des tirs cadrés (4 sur 22 tentatives) et bien souvent engoncées dans des combinaisons répétitives et stéréotypées. Ici, Majri qui cherche à s’appuyer sur Viviane Asseyi, pour chercher la couette de Valérie Gauvin d’un centre brossé. Là, Charlotte Bilbault et Amandine Henry qui n’arrivent pas à appuyer dans l’axe, usent et abusent des passes en cloche ou latérales. Ou encore la paire Mbock-Renard qui cherche à faire remonter méticuleusement le bloc bleu sans pour autant réussir à trouver la faille par leur jeu long. Et finalement, hormis quelques étincelles des ailières, la France n’est jamais aussi dangereuse que sur les coups de pied arrêtés d’Amel Majri et Gaëtane Thiney. Dommage que ce soit leur seule arme, au regard de ce premier tour.


Dès la sortie du terrain, les actrices s’évertuaient à balayer les premières critiques d’un revers de la main. Non, pour grimper sur le toit du monde, il n’est pas indiqué qu’il faut gagner chacun de ses matchs 4-0, comme lors de l’ouverture réussie contre la Corée du Sud. « Vous vouliez quoi ? Neuf points et la première place ? On l’a eue, non ? » s’agaçait Gaëtane Thiney avec une pointe d’ironie après la rencontre. « Les Américaines, quand elles gagnent 13-0, personne n’y trouve rien à y redire, si ce n’est leurs célébrations. » Sauf que le Nigeria a été terrassé sur le score fleuve de 1-0, grâce à un penalty raté, puis retiré, puis célébré en grande pompe par Wendie Renard. Comme une manière d’extérioriser la frustration de n’avoir réussi à faire la différence dans le jeu. « Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse » , voilà une autre maxime – signée Alfred de Musset, cette fois-ci – qui pourrait aussi résumer cette première partie de Mondial à la maison. Place à la suite.

Osons le positivisme

`

Finalement, le vrai frisson de ce premier tour aura été l’impossibilité de prédire le déroulement de chacune des rencontres disputées par les Bleues. De la gifle infligée à la Corée (4-0) à la victoire sans saveur contre le Nigeria (0-1), en passant par la leçon de courage servie face à la Norvège (2-1), les supporters des femmes de Corinne Diacre ont fait connaissance avec une équipe que beaucoup ne connaissaient pas encore il y a quelques semaines. Et c’est justement cette imprévisibilité qui la rend frissonnante. Parce qu’on l’a placée – à juste titre – dans le panier des favorites pour le sacre ultime. Parce que le groupe des 23 construit patiemment par la sélectionneuse propose une « complémentarité générationnelle » (encore du Thiney dans le texte) où l’expérience internationale des anciennes s’allie parfaitement avec la fougue des jeunes qui vivent un rêve éveillé.



Reste qu’il faut désormais répondre à l’injonction formulée par Wendie Renard après ce dernier match : « Une autre compétition commence, il va falloir être plus costaudes et plus tueuses. » En conférence d’après-match, Corinne Diacre a refusé tout défaitisme et maintient son cap vers le progrès permanent, soulignant les points de détail à améliorer avant la prochaine échéance. Le Brésil, l’Australie ou l’Italie pourraient être les prochaines équipes à se présenter sur le carnet de route, et il faudra pleinement se libérer d’un poids pour mieux se lester de certitudes. Tout en sachant qu'une victoire 1-0 bien ficelée en huitième satisfera tout le monde.



Par Julien Duez et Mathieu Rollinger, à Rennes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


dimanche 7 juillet Emmanuel Macron : « Pour le sport féminin, les choses ne seront plus jamais les mêmes » 70 dimanche 7 juillet Revivez États-Unis - Pays-Bas (2 - 0) 255
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
vendredi 5 juillet Infantino veut une Coupe du monde féminine à 32 équipes 22 mercredi 3 juillet Revivez Pays-Bas - Suède (1 - 0) 177 mardi 2 juillet Valenciennes bat des records d'affluence aux buvettes du Mondial 36 lundi 1er juillet Les stations de métro de Lyon rebaptisées au nom des capitaines du Mondial 16 samedi 29 juin Dhorasoo : « J’espère que la France ne sera pas la dernière à réagir » 195 vendredi 28 juin Revivez France - Etats-Unis (1 - 2) 493 jeudi 27 juin Pierluigi Collina défend la VAR 94 mardi 25 juin La mascotte Ettie volée au Parc des Princes 39
À lire ensuite
Deux penaltys, une histoire