Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2019
  2. // Gr. F
  3. // Suède-USA (0-2)

Tiercé gagnant pour les États-Unis

Un record pour commencer : celui du plus grand nombre de buts inscrits en phase de poules d'une Coupe du monde (18). Une confirmation pour finir : celle qui veut que cette équipe est en mission et possède en elle le désir de tout déchiqueter sur son passage. Jeudi, au Havre, les Américaines ont bouclé leur premier tour avec une troisième victoire logique (0-2) face à leurs meilleures amies suédoises. Elles retrouveront l'Espagne lors des huitièmes de finale.

Modififié

Suède 0-2 États-Unis

Buts : Horan (3e) et Heath (50e) pour les États-Unis.

Deux flèches, une cible et un classique. Les États-Unis ont humilié la Thaïlande ? Normal. Les États-Unis se sont amusés avec le Chili ? Ok, et alors ? Voilà une troisième victime : la Suède, l'adversaire que les Américaines ont le plus croisé dans leur histoire avec la Coupe du monde et contre qui elles n'avaient plus chopé le moindre succès dans la compétition depuis 2007. Confirmation : cette équipe n'est pas décidée à laisser la moindre miette et boucle ainsi son premier tour avec un 100% de victoires, 18 buts marqués, aucun encaissé. On appelle ça un monstre.

Cartouches et suffocation


« Bienvenue sur Air USA. Attachez vos ceintures, nous vous emmenons dans le mur, et le vol durera environ 90 minutes. » Et c'est parti pour le voyage, les secousses et loopings. Magdanela Eriksson a beau avoir hurlé avant la rencontre que la Suède n'a « pas peur » de retrouver des Américaines que les Scandinaves ont fait sauter au virage des quarts de finale lors des JO 2016, ses copines en prennent plein la tronche d'entrée. Sur son premier ballon, Tobin Heath fait danser Jonna Andersson, qui avale alors les premières secondes de sa vie en Coupe du monde, et Crystal Dunn met Jakobsson au sol sur une simple feinte de corps. Le ton est donné et le scénario aussi : après trois minutes de jeu, Lindsey Horan – à ne pas confrondre avec l'actrice de Lolita malgré moi – reprend aux six mètres un ballon dévié sur corner par Samantha Mewis et jette un froid sur le petit kop de Gilets jaunes placé derrière le but de Lindahl. Étouffées et martyrisées techniquement, les Suédoises sont scotchées à leur siège, voient Dunn lâcher deux cartouches dans le ciel havrais, mais surtout la clique de Jill Ellis déployer avec autorité sa toile.


Lavelle, Horan, Morgan, Rapinoe, Heath et Mewis pressent, combinent et ne passent pas loin d'assommer leurs dauphines du groupe F à plusieurs reprises. L'important est presque ailleurs : la Team USA va-t-elle enfin être un peu bousculée défensivement ? Oui, car la Suède, qui s'est présentée sur la piste avec quelques cadres au repos (Glas, Fischer, Eriksson, Hurtig), n'est pas non plus n'importe qui et sait profiter de quelques replis – deux ou trois, pas plus – approximatifs, ce qui file un peu de boulot à une Naeher impeccable sur une frappe lointaine de Blackstenius et une autre dans la surface signée Asllani. Avant la pause, Rose Lavelle tape une dernière fois sur Lindahl, et Jakobsson fait sortir Naeher de son canapé. Il est l'heure de souffler : 38% de possession de balle, 68% de passes réussies, une dizaine de frappes concédées... La Suède est dans une zone de turbulences.

Un milieu américain déconnectable, une Suède à revoir


Assommé par les pintes enchaînées en ville l'après-midi, le public américain se contente d'un repos bien mérité alors qu'Ellis change de gâchette offensive, Carli Lloyd venant remplacer Alex Morgan à la pause. Le message envoyé est clair : après avoir égalé le record de buts inscrits lors d'une phase de poules de Coupe du monde en première mi-temps (dix-sept buts, détenu jusqu'ici par la Norvège de 1995), les États-Unis veulent le faire exploser en morceaux, ce que Heath va faire cinq minutes après la pause. Assez pour finir la rencontre avec un cure-dents dans le bec ? Pas vraiment, le second but de la Team USA venant réveiller un peu les femmes de Gerhardsson, confirmer qu'avec un pressing bien ciblé, le milieu américain est partiellement déconnectable et ouvrir quelques failles dans une défense toujours intouchable statistiquement. C'est finalement dos au mur que cette Suède aura montré les choses les plus intéressantes, sans non plus faire vriller complètement un avion US leader du groupe F et passé tout proche d'un 3-0 en bout de match, sauvé par Lindahl devant Lloyd. Ce bolide vient de confirmer qu'il est prêt pour les grands voyages, ceux sans retour, ceux qui vont maintenant débuter. L'autre tournoi commence et les vraies explications avec.


Suède (4-5-1) : Lindahl ; Björn, Ilestedt, Sembrant, Andersson ; Jakobsson, Zigiotti, Asllani (Hurtig, 80e), Seger (Glas, 63e), Schough (Rolfo, 56e) ; Blackstenius. Sélectionneur : Peter Gerhardsson.

États-Unis (4-3-3) : Naeher ; O'Hara, Dahlkemper, Sauerbrunn, Dunn ; Mewis, Lavelle (Press, 63e), Horan ; Heath, Morgan (Lloyd, 46e), Rapinoe (Pugh, 83e). Sélectionneuse : Jill Ellis.


  • Résultats et classements de la Coupe du monde

    Par Maxime Brigand, au Havre
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    dimanche 7 juillet Emmanuel Macron : « Pour le sport féminin, les choses ne seront plus jamais les mêmes » 70 dimanche 7 juillet Revivez États-Unis - Pays-Bas (2 - 0) 255
    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
    vendredi 5 juillet Infantino veut une Coupe du monde féminine à 32 équipes 22 mercredi 3 juillet Revivez Pays-Bas - Suède (1 - 0) 177 mardi 2 juillet Valenciennes bat des records d'affluence aux buvettes du Mondial 36 lundi 1er juillet Les stations de métro de Lyon rebaptisées au nom des capitaines du Mondial 16 samedi 29 juin Dhorasoo : « J’espère que la France ne sera pas la dernière à réagir » 195 vendredi 28 juin Revivez France - Etats-Unis (1 - 2) 493 jeudi 27 juin Pierluigi Collina défend la VAR 94 mardi 25 juin La mascotte Ettie volée au Parc des Princes 39