Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Politique

Jacques-Henri Eyraud ferait-il un bon Ministre des Sports ?

Un remaniement s’annoncerait. Parmi les postes à pourvoir, celui de ministre des Sports serait potentiellement vacant, malgré les bons services rendus par la dévouée Roxana Maracineanu. Forcément, des noms ont commencé à tourner entre « gens bien informés » , dont celui de Jacques-Henri Eyraud, qui a immédiatement démenti le sourire aux lèvres. Pourtant, cette peu probable nomination s’avère en fait complètement logique, dans la suite de la politique sportive du gouvernement et du rapport du président de la République au foot.

Modififié
« C'est une galéjade. » Le boss marseillais a balayé d’un revers argotique les bruits qui circulent à son propos et qui le voient entrer au gouvernement. Voilà pour ce que l’on sait au moment où nous écrivons ces quelques lignes, sachant que, sans remettre en doute sa parole, tous les retournements de positon sont possibles et justifiables, en politique comme dans le foot.

L’ancien monde du sport


Car, si son nom apparaît, il ne le doit pas seulement à l’affection qu’Emmanuel Macron n’a jamais cachée pour les Phocéens. Il est même allé s’amuser comme un enfant, avec malgré tout un certain sens de la comm', à la Commanderie, le temps d’un entraînement. De fait, un tel choix symboliserait l’aboutissement de la doctrine sportive du macronisme, si tant est qu’il puisse s’agir d’une idéologie. Certes, l’actuelle ministre a été un fidèle soldat, essuyant souvent les plâtres. Elle a su monter au front lors des polémiques, ou encore récemment lors de son audition houleuse au Sénat autour de la question de la radicalisation dans le sport où elle dut répondre aux attaques de l’opposition parlementaire. Elle essaie tant que bien que mal de porter sur les fonts baptismaux son projet de loi « sport et société » . Elle a mené à terme une réforme de la « gouvernance » du sport aboutissant à la création de l’Agence nationale du sport. Elle a même dû se coltiner parfois un petit monde du ballon rond pas simple à manœuvrer, que ce soit sa bataille avec Jean-Michel Aulas autour de la reprise de la Ligue 1, ou sa volonté d’ouverture plutôt courageuse envers les supporters après un premier épisode crispant concernant les chants homophobes.


De la sorte, si son bilan se révèle objectivement loin d’être négligeable, elle incarne peut-être encore un peu trop un profil classique, du « monde d’avant » , de ministre des Sports. Une ancienne championne, olympique qui plus est, qui par capillarité politique, accède à un strapontin ministériel, où, bien entourée, elle traduit la politique gouvernementale dans son domaine « de compétence » . Certes, l’ancienne nageuse, aguerrie par son passage d’élue socialiste au conseil régional d’Île-de-France, avait les épaules plus larges et une présence plus grande pour porter les dossiers et se faire une petite place à l’ombre de Jupiter, plus que son prédécesseur, assez effacée, Laura Flessel.

Casser les codes


Eyraud casserait de fait beaucoup de codes. Jusqu'ici, les footeux ont été peu nombreux à venir hanter les ors de la République, qui allaient généralement se fournir dans les disciplines « nobles » (athlétisme, judo, etc.). Le dernier en date fut un certain Thierry Braillard, avocat de joueurs et proche de l’OL, dont au passage le dir cab', Cyril Mourin, est aujourd’hui un des conseillers sport de l’Élysée. En nommant un président de club pro – et pas n’importe lequel –, le gouvernement enverrait un message clair quant au changement de paradigme dans son approche du sport en France, dont on se demande comment il serait reçu au CNOSF, tant on sait que le football se soucie fort peu de ce qui se passe du côté des notables de la « grande famille » olympique. Enfin, il s’agit aussi et d’abord d’un chef d’entreprise, version « mondialisation heureuse » , passé par Disney, porté sur les problématiques médiatiques du sport spectacle. Toutes ces caractéristiques donneraient corps à une tendance lourde « en marche » depuis l’arrivée au pouvoir de l’ancien ministre de l’Économie de François Hollande : le recentrage de l’État sur le haut niveau et l’élite (via ses compétences régaliennes comme le fisc ou la loi). Aux collectivités et fédérations de s’occuper du sport pour tous dans le cadre de l’ANS, et de trouver les financements. Sans oublier au passage que de nombreux conseillers du prince ont clairement affirmé leur conviction quant au fait que le rôle des associations pouvait très bien être comblé par le « privé » , salle de sport et five par exemple.


Enfin, recruter du côté de l’OM ne se révélerait pas non plus complètement neutre. Le club et son identité se sont parfaitement inscrits dans le storytelling du macronisme originel. L'OM incarne la mise en exergue de la réussite d’une « entreprise » , un des rares clubs français qui a su exporter son audience au-delà de l’Hexagone, par exemple en Afrique, tout en conservant une image populaire. Bref une réussite avec la seule C1 tricolore, qui rayonne sur un versant « France d’en bas » qui semble désespérément manquer à l’actuelle majorité. Jacques-Henri Eyraud est bien le candidat idéal. Le jeu en vaut-il seulement la chandelle pour lui ?

Par Nicolas Kssis Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE

Hier à 16:11 Henry dans le flou avant la reprise de la MLS 8
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 14:29 La collection de tirages photo So Foot de juillet est dispo !