Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options

Eto’o : Inter, Chelsea, qui choisir ?

Samuel Eto’o a déjà fait ses adieux à ses coéquipiers de l’Anzhi. L’attaquant camerounais, comme toutes les autres stars du club russe, a été poussé vers la sortie. Deux équipes lui tendent les bras : l’Inter et Chelsea. Chelsea est en pole, mais Samuel hésite. Voilà comment l’aider à se décider.

Modififié
Pourquoi Eto’o va choisir Chelsea :

Pour le Mou. Entre Samuel Eto’o et José Mourinho, il y a toujours eu quelque chose. Les deux hommes ne se sont réellement côtoyés que pendant une saison. Mais quelle saison… La saison de tous les trophées pour l’Inter : Scudetto, Coupe d’Italie, Ligue des champions. De leur relation, on a tendance à ne se souvenir, aujourd’hui, que du fameux poste d’arrière latéral d’Eto’o lors du choc de C1 face au Barça. Ce serait évidemment réducteur. Ceci n’est arrivé qu’une fois, et dans un contexte bien particulier : parce que l’Inter était réduite à dix suite à l’expulsion de Thiago Motta (Busquets, si tu nous écoutes…). Le reste du temps, Eto’o venait certes filer un coup de main en phase défensive, mais il passait le plus clair de son temps sur le front de l’attaque avec son pote Milito. Entre Fils et le Mou, une relation de respect s’est instaurée, jamais un mot de travers, rien. Deux hommes qui apprécient le travail de l’autre et qui se font confiance. S’il signe à Chelsea, Samuel le fera, en grande partie, pour retrouver le Mou. Et parce qu’une attaque Willian-Oscar-Hazard-Eto’o-Schürrle, cela serait juste complètement dingue.

Pour la Ligue des champions. La Ligue des champions et Eto’o, c’est une affaire qui roule, et ce depuis de nombreuses années. Fils vante trois coupes aux grandes oreilles à son palmarès, deux remportées avec le Barça (2006 et 2009) et une avec l’Inter (2010). Il a d’ailleurs déjà scoré 30 fois en Ligue des champions, et a été plutôt frustré de devoir se contenter de l’Europa League la saison dernière. Or, cette année, l’Inter ne dispute aucune compétition européenne, alors que Chelsea dispute la Ligue des champions. L’occasion pour lui d’essayer de la remporter avec un troisième club différent, et de rejoindre ainsi au Panthéon Clarence Seedorf, seul joueur de l’histoire à avoir réalisé un tel exploit (Ajax 1995, Real Madrid 1998, Milan AC 2003 et 2007). À ce sujet, il partagerait d’ailleurs un objectif commun avec José Mourinho, puisque le coach portugais, lui aussi, est à la recherche de sa troisième C1 avec un club différent (FC Porto 2004, Inter 2010). Et puis, à vrai dire, un club qui remporte la C1 en 2012, la C3 en 2013, et à nouveau la C1 en 2014, ce serait un exploit sans précédent. Et Fils adore écrire l’Histoire. Surtout lorsqu’il est le personnage principal du récit.

Pour faire chier Torres. Depuis son arrivée à Chelsea, la vie n’a pas franchement été un long fleuve tranquille pour Fernando Torres. L’attaquant a été critiqué, la plupart du temps à juste titre, a galéré, a raté des buts incroyables (cf Manchester United). Mais à côté de cela, Torres a toujours su être décisif dans les moments clefs (buteur en demi-finale de C1, en finale de C3). Mais cette saison, cela risque d’être compliqué pour l’Espagnol, qui a vu arriver (ou revenir) à Londres Schürrle, Lukaku et Demba Ba (en janvier dernier). Résultat : avec le Mou sur le banc, Torres n’a pour le moment disputé que 105 minutes toutes compétitions confondues (sur 270 possibles), avec aucun but à la clef. L’arrivée éventuelle d’Eto’o serait le coup de poignard définitif pour l’Espagnol. Les deux joueurs n’ont jamais évolué ensemble, mais se sont croisés sur les pelouses de Liga, à l’époque où Torres évoluait à l’Atlético Madrid, et Eto’o à Majorque et au Barça. Si Samuel veut réellement pousser Torres vers la sortie, il n’a qu’à dire oui au projet Chelsea. Car, que ce soit clair, entre Eto’o et Fernand Les Tours, le Mou a déjà fait son choix. Et c’est un choix non négociable.

Pourquoi Eto’o va choisir l’Inter :

Pour Massimo Moratti. Si Samuel Eto’o a tissé avec Mourinho des relations professionnelles fortes, cela n’a rien de comparable avec les liens quasi-familiaux qui l’unissent au président de l’Inter, Massimo Moratti. Les deux hommes se sont toujours beaucoup appréciés, et Moratti n’a jamais hésité à lâcher des mots d’amour lorsqu’il s’agissait d’évoquer le Camerounais, et a toujours expliqué que son départ était uniquement dû à des motifs économiques. « Il me manquera à tous les niveaux. L’homme ne se discute pas, le joueur encore moins. Il a su tirer l’équipe dans les moments difficiles, sans jamais cesser de montrer quel champion il est » , avait-il déclaré lorsque Samuel était parti pour l’Anzhi. C’est d’ailleurs pour cela qu’à chaque mercato, la presse italienne évoquait un éventuel retour d’Eto’o à l’Inter. Alors, quand le joueur a annoncé qu’il quittait l’Anzhi, Moratti s’est mis à y croire vraiment. Il a ouvert son cœur à son ancien protégé et lui a proposé un joli contrat. Samuel y réfléchit, ce serait le choix du cœur, plus encore qu’un choix sportif, puisque l’Inter, sportivement, n’a plus grand-chose à lui offrir (en comparaison de ce que le club nerazzurro pouvait lui proposer en 2009). Mais bon, pour retourner avec une ex, on est parfois capable de faire des folies…


Pour se faire mousser. Ce n’est un secret pour personne : l’Inter, ce n’est plus ce que c’était. Il y a encore quelques années, la formation nerazzurra remportait la Ligue des champions avec des joueurs du calibre d’Eto’o, Sneijder, Maicon, Júlio César, Thiago Motta… Aujourd’hui, le club de Massimo Moratti doit reconstruire et, pour ce, a dû recruter en regardant attentivement son budget. Taider, Belfodil, Andreolli, Wallace… Pas vraiment des noms qui font vibrer les foules, et qui feraient presque passer les recrues Icardi et Campagnaro pour des énormes coups. En conséquence, s’il débarquait dans cette équipe, Eto’o serait véritablement la grosse star de l’équipe. Le joueur en mesure de transcender l’Inter de Mazzarri qui, de plus, a toujours su sublimer les buteurs dont il s’est occupé (faut-il rappeler la folle croissance de Cavani sous les ordres de Mazzarri ?). Eto’o adore être l’idole des foules et, à San Siro, le public est déjà tout acquis à sa cause. Toujours bon, de flatter son propre ego.

Parce qu’en temps de crise, un retour à la maison, il n’y a que ça de vrai. La famille Eto’o a vécu deux ans à Milan. Forcément, elle y a ses adresses, aussi bien pour les restaurants que pour le shopping. Madame Eto’o, la bien-nommée Georgette, était régulièrement photographiée par les paparazzi italiens en train de faire les boutiques chic milanaises. Niveau shopping, Londres a également son mot à dire. Mais après deux années passées en Russie (et de nombreuses rumeurs de divorce, finalement démenties), Madame a envie de retrouver ses habitudes. Et Monsieur aussi, d’ailleurs. Ce matin, il a d’ailleurs été photographié dans les rues de Milan, en train de faire du vélo. Un peu comme un retour à la maison. Mais attention : les envies nostalgiques pourraient rapidement lui donner envie de retourner à Barcelone, ou même à Majorque. Le risque à prendre pour le revoir à l’Inter.

Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE