Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // En partenariat avec Back Market

Et si la finale de l'Euro 2020 s'était vraiment jouée en 2020 ?

Que se serait-il passé si la finale entre l’Italie et l’Angleterre de l'Euro 2020 avait eu lieu en 2020 ? Cela aurait été un match explosif, riche en buts, et en larmes anglaises au coup de sifflet final. Et non, le football ne serait pas rentré à la maison.

Italie 2-2 Angleterre (4-2 t.a.b)

Buts : Jorginho (s.p.) (49e), Belotti (78e) pour l'Italie // Kane (12e), Rashford (44e) pour l'Angleterre

Giorgio Chiellini en a les larmes aux yeux. À bientôt 37 ans, au crépuscule de sa longue et riche carrière, il a terminé une finale d’un tournoi majeur avec la médaille d’or autour du cou. Devant une montagne de fans des Three Lions médusés, encore sonnés par une séance de tirs au but qui a une nouvelle fois viré au vinaigre pour eux, Chielo embrasse chaque personne avec un maillot bleu azur qui se présente à lui. Sans vraiment savoir qui c’est, sans vraiment réfléchir à ce qui se passe autour de lui. Mais qu’importe après tout : après les deux finales de Ligue des champions perdues avec la Juventus, après l’Euro 2012 empoché par l’Espagne à ses dépens, après le Mondial 2018 qu’il a suivi du fond de son fauteuil, le défenseur central tient enfin sa revanche. Et qu’elle est belle, celle-là.

L'Angleterre touche du doigt son rêve

Pourtant, au moment où le chaudron de Wembley entonne « God Save the Queen » tel un seul homme, les onze gladiateurs de Roberto Mancini paraissent bien seuls. Bien loin aussi du trophée en acier qu’ils ont pu apercevoir des yeux en entrant sur la pelouse, et qui va même s’éloigner encore un peu plus d’entrée de jeu. Précisément au moment où, bien trouvé par Jadon Sancho, Harry Kane envoie une sacoche qui laisse Donnarumma sur les rotules (0-1, 12e). Le milieu italien, habituellement si accrocheur, est dépassé par la puissance physique anglaise et les attaques rapides des gars de Gareth Southgate.

Le second couperet tombe peu avant la pause : lancé à la limite du hors-jeu sur une transversale diaboliquement précise de Trent Alexander-Arnold, Marcus Rashford fait le break et coupe l’herbe sous le pied d’une Italie déboussolée (0-2, 44e). À la pause, c’est toute l’Angleterre qui chante « Football is coming home » .

Mais à la fin, c'est l'Italie qui gagne

Björn Kuipers siffle le début de la seconde période et, très rapidement, va faire basculer le destin de cette finale à tout jamais. Alors que Ciro Immobile est oublié par la défense anglaise, Jordan Pickford l’empêche de réduire le score d’un tacle grossier qui oblige le bomber de la Lazio à sortir sur civière. Penalty, carton rouge et voilà Jorginho qui se charge de battre Nick Pope pour redonner espoir à une Botte qui n’en avait plus (1-2, 49e).

Désormais sur la défensive, les Anglais tentent de placer des contres quand ils le peuvent, mais la Nazionale a désormais le dessus. Le trio Verratti-Jorginho-Barella étouffe la bande à Harry Maguire, et ce qui devait arriver arriva : sur un centre à ras de terre signé Leonardo Spinazzola, Andrea Belotti pousse du pointu le cuir pour remettre les deux équipes dos à dos (2-2, 78e). Southgate est abattu, mais sa formation parvient à emmener les Azzurri en prolongation. Sur un malentendu entre Leonardo Bonucci et Chiellini, l’entrant Tammy Abraham trouve le poteau d’un Donnarumma sorti avec sa bonne étoile. La séance de tirs au but qui s’ensuit est interminable : si Verratti manque son hommage à Andrea Pirlo en foirant une panenka bien lue par Pope, Alex Oxlade-Chamberlain et Kane butent sur un Donnarumma inspiré. Comme un symbole, c’est Chiellini qui convertit le dernier tir au but dans la lucarne gauche du portier anglais, comme Fabio Grosso avant lui en 2006. Cinquante-trois ans après, l’Italie remporte son second championnat d’Europe et confirme une chose : les grands pays de foot ne meurent jamais.



Italie (4-3-3) : Donnarumma - Spinazzola, Chiellini, Bonucci, Florenzi (Di Lorenzo, 64e) - Jorginho, Verratti, Barella - Insigne, Immobile (Belotti, 48e), Berardi (Chiesa, 72e). Sélectionneur : Roberto Mancini.

Angleterre (4-3-3) : Pickford - Chilwell, Stones, Maguire, Alexander-Arnold - Winks, Mount (Pope, 48e), Oxlade-Chamberlain - Rashford (Abraham, 94e), Sancho, Kane. Sélectionneur : Gareth Southgate.


Tout pour profiter de l'Euro en économisant des euros sur Back Market - le (super)marché du reconditionné : enceintes, smart TV, vidéo-projecteurs, tireuses à bière... jusqu'à 70% moins cher que le neuf.

SF
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 19:10 Wayne Rooney blesse l'un de ses joueurs à l'entraînement 45
Hier à 12:33 Le raté incroyable de Nicolás Reniero en Argentine 21
Partenaires
Tsugi Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE