Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 21 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 6e journée
  3. // Rennes/Lille

Et si c'était l'année de Rennes ?

Une série de quatre victoires d'affilée, des cadres performants, un entraîneur talentueux et Yoann Gourcuff qui vient de signer... À Rennes, tous les éléments semblent réunis pour réaliser une grosse saison. Confirmation contre Lille ?

Modififié
Après une défaite initiale à Bastia, où, avec un peu plus de métier, ils auraient pu s'imposer, les Rennais ont initié une exceptionnelle série de quatre succès consécutifs. Et sans forcément impressionner, ces quatre succès ont tous révélé des vertus cachées de l'effectif breton. La réussite tout d'abord, avec l'enroulé du droit de Kamil Grosicki contre Montpellier à la 85e minute d'un match qui semblait bloqué (1-0) lors de la seconde journée. Le Polonais a eu beau assurer qu'il avait parfaitement visé, il pourrait retenter 100 fois la même frappe qu'au mieux, il blesserait une mouette. Après le soupçon de chance, l'efficacité lors de la victoire à Gerland (2-1) pour la troisième journée. Avec son désormais traditionnel socle défensif à trois - Armand, Mexer, Pedro Mendes - entouré d'une paire de latéraux et de deux récupérateurs, Philippe Montanier avait concocté un bloc ultra-compact contre les Gones. Histoire d'arracher le 0-0, aurait-on pu penser, mais c'était sans compter sur Pedro Henrique, milieu placé avant-centre, et Medhi Zeffane, arrière droit placé milieu offensif gauche, pour écœurer Hubert Fournier et sa troupe.

Suite à ce qui pourrait être un match référence d'un Rennes pas forcément fringuant, mais particulièrement pragmatique, les hommes de Philippe Montanier ont su faire exploser une équipe de Toulouse en plein doute, bénéficiant au passage d'un retour à la compétition réussi de Paul-Georges Ntep. La victoire tout en maîtrise à Nantes lors de la dernière journée a confirmé l'impression que pour le moment à Rennes, tous les voyants sont au vert. Une victoire à domicile ce vendredi contre Lille placerait le compteur à cinq succès de rang, une série loin d'être anodine et qui ferait des Rennais de facto un prétendant à l'Europe. D'autant plus qu'avec l'annonce du recrutement pour un an de Yoann Gourcuff, Philippe Montanier a peut-être décroché l'ingrédient qui manquait pour faire de ce Stade rennais 2015-2016 l'équipe surprise de la saison.

Gourcuff, la cerise sur le gâteau ?


C'est ce que pense Jean-Michel Aulas, lequel a expliqué sur OL TV - tout en saisissant l'opportunité de balancer une vacherie sur l'effort salarial consenti par Gourcuff - que le Rennes actuel déjà solide pouvait avoir le petit plus nécessaire à une grande saison si le meneur de jeu retrouvait ses moyens. Pour Montanier, qui avait affirmé que tout entraîneur pouvait se réjouir d'une telle recrue, la problématique consistera à ne pas déséquilibrer son édifice. Car avec Gourcuff, il devra forcément rendre son onze plus offensif et ambitieux dans le jeu, et donc réserver une place dans son milieu axial à ce profil de créateur. Une évolution qu'il a plus ou moins préparée contre Nantes lors de la dernière journée en plaçant Abdoulaye Doucouré dans l'entrejeu, un joueur plus offensif que Gelson Fernandes.

Avec Giovanni Sio en jambes, Paul-Georges Ntep qui revient bien et Pedro Henrinque qui a démontré quelques aptitudes techniques, Yoann Gourcuff devrait trouver dans sa nouvelle écurie quelques joueurs à même de profiter de ses qualités de passe. Cela dépendra notamment de la capacité du staff médical rennais à remettre l'international français au point physiquement. Si c'est le cas, le Breton pourrait se rapprocher du grand joueur qu'il était à Bordeaux et épisodiquement à Lyon. Dans un contexte rennais où il n'a pas ou peu de détracteurs, Gourcuff est probablement dans l'environnement idoine.

Philippe Montanier, le chef d'orchestre


La relation du joueur avec son nouvel entraîneur sera également cruciale. Arrivé à Rennes il y a deux saisons avec l'aura du sauveur, Philippe Montanier n'a pour le moment pas répondu aux attentes avec une 12e, puis une 9e place en Ligue 1 ainsi qu'une finale de Coupe de France perdue contre Guingamp. Mais quand on a su faire passer Boulogne de la CFA à la Ligue 1 en quatre saisons ou qualifier la Real Sociedad en Ligue des champions, c'est qu'on est loin d'être un branque. Et pour Montanier, la troisième année en Bretagne pourrait être celle du déclic.

Après avoir profondément remanié son effectif, l'ancien gardien de but est censé avoir un groupe qu'il a façonné et s'est inscrit dans la durée - prolongation jusqu'en 2019 en mai dernier - pour mener à bien ses ambitions. Réputé être un adepte du jeu léché depuis son passage en Liga, il a semble-t-il cette année réussi à se dégager de cette image de puriste pour adopter - quand le besoin s'en faisait sentir - des tactiques plus pragmatiques. Peut-être le signe que cette année, les Rennais seront d'autant plus dangereux qu'ils ne se prendront pas pour d'autres.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:27 Un club normand change de maillot pour soutenir les gilets jaunes 13 Hier à 15:01 Laporte : « Deschamps ne m’appelle pas pour des raisons personnelles » 106