Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Éliminatoires
  3. // 9e journée
  4. // Espagne/Luxembourg

Et pourtant, la Roja dit oui à l'Euro…

Facile vainqueur du Luxembourg (4-0), l'Espagne sera bien au rendez-vous lors du prochain Euro disputé en France. Un rendez-vous que pourrait bien rater Morata, sévèrement blessé lors d'une rencontre durant laquelle Piqué a, une nouvelle fois, été sifflé.

Modififié

Espagne / Luxembourg : 4 - 0

Buts : Cazorla (41e, 85e) et Alcácer (66e, 80e) pour la Roja

Le ballon roule depuis trente de secondes, et le public de Logroño se ridiculise. À l'instar des aficionados de la Roja présents à Leon il y a de ça un mois, les supporters du Nuevo Las Gaunas sifflent chaque intervention de Gerard Piqué. Un bruit parasite qui irrite les oreilles de Vicente del Bosque, mais qui n'empêche pas le central barcelonais d'accomplir son labeur. Cette nouvelle salve de huées attire l'attention et pourrit l'ambiance autour d'une équipe d'Espagne qui, dans ce concert d'âneries, perd rapidement sur blessure Silva et Morata. Une pointe de la Juventus qui, selon un premier diagnostic, souffrirait d'une fracture du péroné. Malgré ces couacs, cette Roja valide son ticket pour le prochain Euro français. En soi, rien de plus que la conclusion attendue de cette rencontre face à la modeste sélection du Grand-Duché. Les Lions rouges, d'abord chanceux et regroupés, ont longtemps résisté avant de craquer sans pour autant se faire désosser. Vainqueur 4-0 grâce à des doublés de Cazorla et d'Alcácer, la Roja n'a pourtant pas la tête à la fête. Mais bien les pieds en France.

À Piqué les sifflets, à Morata le péroné


Après son esbroufe contre Didier Deschamps et sa gestion du physique de Karim Benzema, blessé et incertain pour le déplacement au Parc des Princes, le Real Madrid souffle. Pour la première fois de son histoire dans les qualifications pour l'Euro, la Roja offre un onze titulaire sans le moindre Madridista. Une bénédiction pour Florentino Pérez, tant le début de rencontre de la sélection de Del Bosque vibre au rythme des pépins physiques. Avant même la mi-temps, David Silva, fauché par Gerson (7e), puis Morata, la main sur le genou (31e), quittent leurs partenaires. Des comparses qui n'arrivent à trouver la faille face au compact bloc luxembourgeois. Les redoublements de passes s'enchaînent, les phases de possession flirtent avec l'ennui et la scoumoune plane au-dessus des Espagnols. Les opportunités ne leur manquent pourtant pas. Cazorla, préféré à Thiago, dispose de la plus bruyante, tant sa frappe, conclusion d'une action entamée par une récupération dans sa surface de Bartra, s'écrase sur la barre transversale de Joubert. Un portier adverse moins chanceux en fin de période : à la parade sur Pedro, il repousse le cuir dans les pieds d'un Quico cette fois buteur.

L'éclaircie Paco Alcácer


La reprise connaît un refrain similaire au premier acte. À la différence près que les Espagnols font preuve d'un inhabituel déchet technique. À l'unisson de tribunes en délicatesse avec leur QI - les innombrables sifflets envers Piqué -, ils manquent de mouvements et de tranchant. Les embouteillages dans l'axe réduisent invariablement les espaces, tandis que les contrôles racontent une certaine nonchalance. Seul l'énervement de Pedro, fauché à retardement, anime des minutes qui semblent interminables. Une lumineuse ouverture de Fàbregas, désormais meilleur passeur de l'histoire de la Selección, sort miraculeusement l'estadio Nuevo Las Gaunas de sa sieste. Lancé plein axe, Alcácer, remplaçant de Morata et auteur de sa cinquième banderille, crucifie Joubert et met à l'abri la Roja d'une énième mauvaise surprise. Car ce break correspond à un léger regain de forme des Luxembourgeois. Plus hauts et armés de bonnes intentions, ils pèchent techniquement et se font punir dans les dernières minutes. Alcácer, en bon buteur, et Cazorla, en fin technicien, se chargent de rendre le sourire à un Vicente del Bosque touché par les sifflets et les blessures.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 112
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible