Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. E
  3. // Serbie-Brésil (0-2)

Et ça passe pour le Brésil

Le Brésil s'est qualifié sans trembler pour les huitièmes de finale en battant la Serbie (2-0), qui n'a jamais semblé en mesure de répliquer, et sort donc du tournoi. Les Brésiliens ont notamment pu compter sur un gros Thiago Silva, auteur du deuxième but. Ils affronteront le Mexique au prochain tour.

Modififié

Serbie 0-2 Brésil

Buts : Paulinho (35e) et Thiago Silva (68e) pour le Brésil

Jesus crispe

Et soudain, un léger frisson parcourt la colonne vertébrale du Brésil. Et s’ils avaient ri trop tôt ? Après la défaite de l’Allemagne face à la Corée du Sud, les réseaux sociaux brésiliens avaient explosé de messages moqueurs célébrant l’élimination du bourreau de 2014. Mais la Seleção n’était pas encore qualifiée, et la blessure de Marcelo, remplacé par Filipe Luís dès la 10e minute face à la Serbie, faisait naître une pointe de doute. Mais non, la sortie de l’indispensable arrière gauche n’a pas suffi à effacer un fait : puisque la vengeance est un plat qui se mange froid, c’est que 2014 est loin. Fini la peur. Ce soir, contre la Serbie, le Brésil a assuré le coup, sans faire de grande folie, mais sans jamais être inquiété. Et c’est bien tout ce qu’il recherchait.

Symbole de ce match maîtrisé, l’ouverture du score brésilienne avait apparemment été répétée. Ouverture de Coutinho par-dessus la défense, Paulinho qui fonce dans l’axe, prend tout le monde de vitesse, puis lobe Stojković du bout du pied. À la 18e minute, dix-sept minutes avant le but du 1-0, le même scénario s’était produit et, même si Coutinho n’avait pas encore réglé la mire, la défense centrale serbe s’était déjà concentrée sur Gabriel Jesus, délaissant un Paulinho laissé bien seul. Laissé à l’écart de ce petit stratagème, Neymar ne déçoit pas pour autant. Omniprésent, allant chercher les ballons très bas, distribuant quelques petits ponts à l’occasion, l’attaquant du PSG crée le danger en permanence. Sans oublier de faire une dizaine de roulades quand Ljajić le tacle, ou de se tenir théâtralement la tête quand Kolarov lui effleure le visage, histoire de ruiner ce bar de Rio qui offre un shot à tous ses clients à chacune de ses chutes.

Thiago Silva sèche ses larmes


Pourtant bien fournie en joueurs de talent, la Serbie, condamnée à la victoire, met un peu de temps à se mettre en mode offensif après l’ouverture du score. Le déblocage arrive à peu près à l’heure de jeu : la frappe de Ljajić est sauvée par Miranda, la tête de Mitrović est bloquée par Alisson, et Thiago Silva s’interpose devant ce même Mitrović. La bonne prestation du défenseur central parisien est un nouveau signe que le Brésil a laissé 2014 loin derrière lui. Alors que la Serbie s’ouvre aux contres, Neymar place un corner sur la tête de son coéquipier parisien qui fait le break.

Après deux premiers matchs poussifs, le Brésil s’est finalement rassuré. Il termine surtout ce soir l’une des plus belles journées de football de ces quatre dernières années. L’élimination de l’Allemagne, déjà jouissive en elle-même, permet surtout aux Brésiliens d’éviter la Mannschaft en huitièmes de finale et de se préparer à affronter un Mexique qui vient de se faire très peur en perdant 3-0 contre la Suède. Pas un cadeau pour autant, mais déjà une petite promesse.



Serbie (4-5-1) : Stojković – Rukavina, Milenković, Veljković, Kolarov – Matić, Milinković-Savić – Tadić, Ljajić (Živković, 75e), Kostić (Radonjić, 82e) – Mitrović (Jović, 89e). Sélectionneur : Mladen Krstajić.


Brésil (4-3-3) : Alisson – Fagner, T. Silva, Miranda, Marcelo (Filipe Luís, 10e) – Paulinho (Fernandinho, 66e), Casemiro, Coutinho (Augusto, 80e) – Willian, Jesus, Neymar. Sélectionneur : Tite.




Thomas Pitrel, au Spartak Stadium
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Le Brésil assume et file en huitièmes




Dans cet article


Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 10
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
À lire ensuite
Les notes de Serbie-Brésil