Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // Championship
  2. // Play-offs
  3. // Leeds United-Derby County (2-4)

Et à la fin, c'est Leeds qui pleure

Vainqueur à l'aller à Derby County (0-1), Leeds s'est écroulé, hier à Elland Road, en demi-finale des play-offs de Championship (2-4). Dans cet échec à la montée en Premier League, son entraîneur Marcelo Bielsa a pourtant synthétisé sa relation au football en 95 minutes.

Modififié
Trois coups de sifflet de l’arbitre, un banc de Derby County ivre de joie en même temps que son parcage visiteur, la légende anglaise Frank Lampard qui brandit le poing en l'air et les premières évaluations narquoises au sujet de la saison du Leeds United qui se mettent à pleuvoir. En quatre images, voilà comment les premiers frondeurs à la méthode Bielsa se sont régalés devant la sortie de route de l’entraîneur des Peacocks. Comme avec la sélection argentine au Mondial 2002 après une phase de qualification au Mondial exceptionnelle, comme avec le parcours homérique de l’Athletic Bilbao version 2011-2012 en Ligue Europa et en Coupe d’Espagne, comme avec ses expériences marseillaise et lilloise en Ligue 1, Marcelo Bielsa a une nouvelle fois montré ses limites dans un moment crucial de la saison. Est-ce de la malchance ? Non, simplement un mauvais concours de circonstances.

Bielsa : « J’essaie toujours de marquer le second but »


À Leeds, n’importe quel supporter ayant vécu cette saison de Championship 2018-2019 expliquera qu’il n’avait jamais autant vibré pour son équipe depuis quinze ans, soit la durée de végétation du demi-finaliste de la Ligue des champions 2000-2001 dans l’antichambre de la Premier League. Par son savoir et sa pédagogie, Bielsa est parvenu à retirer le meilleur d’un effectif extrêmement précoce (25,7 ans de moyenne d’âge, le plus jeune des quatre effectifs qualifiés pour les plays-offs) et lui permettre d’être en adéquation avec ses objectifs de fin de saison, à savoir jouer les premiers rôles en Championship. En championnat, Leeds United a occupé la première place pendant 103 jours sur 272 possibles, soit 37,9% du temps global de la compétition. Depuis son banc de touche, l'Argentin est resté cantonné à son rôle de coach pour parfaire la maîtrise collective de son équipe sur le terrain, laissant toute la partie liée au recrutement à son directeur sportif Victor Horta. Et comme toujours, Marcelo Bielsa s’est contenté de prendre toute la responsabilité des résultats sportifs de l’équipe sur ses épaules.


Avant d’entamer ce match retour contre Derby County à Elland Road, Leeds partait avec les voyants au vert. Les trois affrontements de la saison contre les Rams avaient débouché sur trois succès : 4-1 et 1-0 à l’extérieur, puis 2-0 à domicile. Peu avant la demi-heure de jeu, l’ouverture du score de Stuart Dallas enclenchait le rugissement à l’unisson d’un stade chauffé à blanc. Dans la foulée, la frappe de Mateusz Klich déviée sur la barre transversale justifiait la philosophie de l’Argentin. « Quand une équipe mène d’un but, mais se fait égaliser, on va la pointer du doigt car elle n’a pas cherché à inscrire le deuxième but, expliquait El Loco il y a un peu plus d’un mois. Cela signifie que j’essaie à chaque fois que cette situation ne soit pas vécue. J’essaie toujours de marquer le second but. » Hélas, les principes de Bielsa vont se retourner contre lui dès l’entrée de Jack Marriott juste avant la mi-temps. À l’affût d’une mésentente entre Kiko Casilla et Liam Cooper, l'entrant égalise face au but vide et installe le doute dans les esprits locaux.

Cooper décalé


Comment expliquer cette perte de contrôle entre le gardien formé dans la grande école du Real Madrid et son capitaine ? La raison est simple : un match de play-offs n’est pas un match de saison régulière. Autrement dit, un match à élimination directe n’est pas un match de championnat dénué de la peur d’assister à une fin de parcours de façon brutale. Pour tenir la dragée haute dans ce genre de rencontre, il faut savoir garder son sang-froid, faire parler l'expérience et éviter de basculer dans la frénésie d’un match issu de la pure tradition anglaise pour en subir les conséquences. Cette folie liée au football, Bielsa ne pouvait plus la maîtriser par un quelconque plan tactique à partir du moment où l’irrationnel s’est installé dans la rencontre. Au retour des vestiaires, Leeds concède un nouveau but après seulement 35 secondes de jeu, preuve de son incapacité à faire face aux éléments contradictoires à son statut de favori. Toujours aux abois malgré son capitanat, Cooper devient l’auteur d’un stupide tirage de maillot dans sa propre surface, engendrant un penalty et le troisième but des Béliers en moins de quinze minutes.



Le sursaut de Dallas pour s’offrir un doublé n’est finalement qu’un spasme de vie dans l'agonie douce et lente de Leeds, victime tour à tour de l’expulsion de Gaetano Berardi et du coup de massue du ballon piqué de Marriott, décidément d’humeur assassine (2-4, 85e). Mort avec ses idées, Bielsa remplace un Patrick Bamford indigeste tout le long du match et laisse des miettes à Izzy Brown, prêté par Chelsea pour cirer le banc la majeure partie du temps. La dernière action est symptomatique : côté droit, Jack Clarke s’arrache pour récupérer un long ballon destiné à sortir en six mètres, fixe son vis-à-vis, mais perd en lucidité au moment de choisir entre le centre au cordeau, où se trouvent huit joueurs sur quatre mètres carrés, et le ballon en retrait, où l'esseulé Pablo Hernández attendait le ballon pour envoyer tout le monde vers la prolongation. Le Leeds 2018-2019 espérait une mort moins moche.

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom

Hier à 17:11 Idées cadeaux : découvrez nos plus beaux maillots rétro à partir de 59€ ! Hier à 17:11 Idées cadeaux : découvrez nos maillots "Olive & Tom" à partir de 30€ ! Hier à 16:16 Joey Barton veut une refonte des règles de base du foot féminin 106
Hier à 12:20 La table des probas du tirage des huitièmes de la C1 104 Hier à 12:00 Noël Le Graët n'est pas inquiet pour Mediapro 37
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 11:05 C1 : hégémonie historique des cinq grands championnats 131