Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Ligue des nations
  2. // J1
  3. // Espagne-Portugal

Carvajal, la cinquième roue du carrosse

Moins en vue depuis deux ans avec le Real à cause d'une santé fragile et de performances en berne, le latéral espagnol a pourtant été l'un des grands artisans du nouveau succès madrilène en Ligue des champions samedi. La cinquième finale de C1 remportée, pour lui aussi, au terme d'une prestation de costaud du haut de ses 30 berges. S'il pourrait quitter la Casa Blanca cet été et est toujours le dernier cité, Carvajal aura lui aussi marqué de son empreinte l'histoire de ce club hors normes, et vient de rappeler qu'il n'était pas encore totalement finito. De quoi rattraper le temps perdu avec la Roja ?

Modififié

« Je ne sais pas si Salah ou Liverpool cherchent à se venger. Il est vrai que lorsque vous perdez une finale de la Ligue des champions, vous voulez toujours avoir une deuxième chance de la gagner contre la même équipe. Espérons que ce ne sera pas un lourd fardeau pour Salah de perdre une deuxième finale de la Ligue des champions contre le Real Madrid. » Piqué dans son orgueil par Mohamed Salah, Dani Carvajal avait donné le ton avant la finale de samedi et il était obligatoire d'assumer derrière, en mondovision à Saint-Denis. Mission accomplie : derrière le monstre Thibaut Courtois, l'arrière droit a peut-être été le meilleur Madrilène sur la pelouse dans cette rencontre au sommet. Alors qu'il avait pour vis-à-vis le diable Luis Díaz qui avait fait danser Villarreal au tour précédent, l'international espagnol a grandement participé à éteindre le feu follet colombien, d'un coup méconnaissable.

Le Carvajal de Paris


Il n’a pas l’aura de Dani Alves, la virtuosité de Trent Alexander-Arnold, la vélocité d’Achraf Hakimi, le capital sympathie de César Azpilicueta, la fougue de Reece James, la palette de João Cancelo ou les trapèzes de Kyle Walker. Parmi les références à son poste, Dani Carvajal n'est pour ainsi dire jamais cité en tête de liste. Sur le carreau quasiment toute la saison passée (blessures musculaire et à l'ischio), décevant sur l'ensemble de la cuvée 2021-2022, il a perdu de sa superbe au moment d'approcher la trentaine. Pourtant après ce nouvel exercice, les faits sont là : titulaire en finale lors de chacun des cinq derniers sacres du Real en C1 (Atlético 2014 et 2016, Juve 2017, Liverpool 2018 et 2022), le défenseur forme un cercle extrêmement fermé dans lequel seuls les grands maîtres Luka Modrić et Karim Benzema ont leur place (en 2014, Toni Kroos n'était pas encore arrivé et Casemiro, utilisé avec parcimonie par Carlo Ancelotti, n'était pas dans le groupe pour la finale).



Ce qui prouve une longévité rare, dans un club où performer représente déjà un exploit et perdurer s'apparente à un miracle. Mieux : avec cette cinquième médaille, il devient le défenseur le plus titré de l’histoire de la compétition, en compagnie de Marcelo (non entré samedi), mais aussi Paolo Maldini, Alessandro Costacurta (tous deux entre 1989 et 2007 avec l'AC Milan), Rafael Lesmes, Marquitos (eux deux entre 1956 et 1960 avec le Real)... et également Nacho, qui a lui plutôt fait de la figuration lors de chacune des quêtes. Carvajal était également dans le onze pour tous les matchs à élimination directe de Ligue des champions cette saison et a donc participé à tous les exploits (PSG, Chelsea puis Manchester City). Pour des copies personnelles diverses et variées : il avait notamment pris l'eau lors des deux manches face à Paris et Kylian Mbappé, à l'aller contre Chelsea et encore à l'aller contre City et Phil Foden, mais aussi signé une grande prestation lors de la remontada infligée aux Citizens en demi-finales retours, signant notamment le centre sur lequel Rodrygo a planté le deuxième but madrilène synonyme de prolongation. Qu'importe qu'il n'ait plus la régularité qu'on exige de lui : le jour J, il a répondu présent. Et tout le monde ne peut en dire autant.


Quid de la sélection, qu'il retrouve cette semaine pour affronter le Portugal (demain), la Tchéquie (5 et 12 juin) et la Suisse (dans une semaine) ? Sur le circuit depuis un amical perdu face à la France en septembre 2014 au moment où la Roja perdait de sa superbe après une moisson de trophées, Carvajal compte 27 matchs avec son équipe nationale, et bien plus de rendez-vous manqués. La faute à sa santé fragile, encore et toujours, qui lui avait notamment fait manquer les Euros 2016 et 2021, la préparation au Mondial 2018 (il n'entrera dans la compétition qu'à partir du deuxième match) ou encore la phase finale de la Ligue des nations à l'automne dernier, lui qui a carrément disparu des radars internationaux entre septembre 2020 et novembre 2021. À la place, Azpi (38 sélections et indiscutable depuis un an), Juanfran (22 capes), Jesús Navas (46 matchs dont 11 en tant qu'arrière droit à partir de 2019), Marcos Llorente (13 joutes dont 7 en arrière droit), Sergi Roberto (11 rencontres dont 7 en latéral droit), Álvaro Odriozola (4 apparitions) ou Héctor Bellerín (4 aussi) ont pu se goinfrer. Il n'est pas encore trop tard pour corriger le tir puisque tout n'est pas bouché : heureusement pour Carvajal, Jonathan Clauss est né à Strasbourg, et pas à Salamanque ou Castellón de la Plana.

Par Jérémie Baron
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
il y a 1 heure Super LOTO : 13 Millions d'€ à gagner + 198M€ à l'Euromillions ce vendredi 1er juillet 2022 2
il y a 2 heures "Pedale Recall", le podcast de So Foot pendant le Tour de France
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
jeudi 30 juin Un joueur de D1 marocaine sanctionné pour une célébration obscène 36