Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amical
  3. // Portugal/France

Équipe de France : on en est où à neuf mois de l'Euro ?

À neuf mois de l'Euro qui se tiendra sur le sol français, l'équipe de France n'impressionne ni par ses prestations ni son classement FIFA. Mais au-delà des résultats à court terme, est-ce que le groupe de Didier Deschamps se met en place de manière cohérente ? Revue d'effectif estivale.

Modififié
  • Gardiens : le statu-quo



    Avec Hugo Lloris, Steve Mandanda et Stéphane Ruffier, Didier Deschamps semble paré et convaincu de sa hiérarchie au poste de gardien de but. Le champion du monde 98 dispose même d'un numéro 4 attitré en la personne de Benoît Costil. Difficile dans ce cas d'imaginer un autre portier faire bouger les lignes d'ici mai prochain. D'autant plus qu'aucun des gardiens concernés n'a changé de club et donc remis en question sa situation sportive. Un peu de certitudes, cela ne fait jamais de mal.

  • Défense : Sakho sur la corde raide



    Si un secteur nécessite la stabilité plus qu'un autre, c'est la défense centrale. Or en équipe de France, personne ne semble assuré d'un statut de titulaire en club, bien que Raphaël Varane semble avoir les faveurs de Rafa Benítez au Real Madrid, et Laurent Koscielny celles d'Arsène Wenger à Arsenal. Si bien qu'ils font office de charnière toute désignée pour le moment. Quant à Mamadou Sakho, binôme de Varane au Mondial, sa récente mise à l'écart à Liverpool pourrait être fatale, même si Deschamps le rappellera à la première opportunité en vertu de la jurisprudence France-Ukraine. Derrière, c'est le brouillard, car l'incertitude plane sur le temps de jeu d'Eliaquim Mangala à Manchester City ou de Kurt Zouma à Chelsea. Les déclarations du sélectionneur laissent cependant penser qu'il sera indulgent envers ceux qui évoluent dans les plus gros clubs. Sauf Jérémy Mathieu qui, malgré son statut de champion d'Europe, ne devrait pas, sauf miracle, revoir le groupe France. Quant à Adil Rami, Samuel Umtiti, Aymeric Laporte ou Yanga-M'Biwa, ils semblent avoir un retard que seule une saison de feu compenserait, plus particulièrement pour ceux engagés en Ligue des champions.

    Chez les latéraux, l'aile gauche apparaît clairement en place : Patrice Évra sera le titulaire jusqu'à l'Euro, et, derrière, la bataille va faire rage entre Benoît Trémoulinas, Layvin Kurzawa et Lucas Digne pour jouer les doublures. C'est plutôt l'aile droite qui fait peine à voir avec un Mathieu Debuchy - actuel titulaire en Bleu - qui ne joue plus à Arsenal, et un Bacary Sagna - le titulaire bis - qui sort d'une première saison difficile à Manchester City. S'il dispose actuellement de temps de jeu, il pourrait souffrir du retour à la compétition de Pablo Zabaleta. Et donc de nouveau cirer le banc. Derrière, Christophe Jallet a vu arriver un concurrent de poids en la personne de Rafael à Lyon, si bien que son statut sera également en balance. L'effet boule de neige est tellement puissant que le latéral droit français le plus glamour titulaire dans son club cette saison pourrait être Sébastien Corchia. Pas forcément un joueur vilain, mais encore jamais testé en Bleu, donc sans garantie à ce niveau.

  • Milieu : Cabaye et Schneiderlin en balance ?



    En 2015, Didier Deschamps a rarement pu utiliser son milieu type, alternant entre deux pointes basses et deux pointes hautes, et changeant d'hommes à chaque match. Quelle que soit la disposition de son entrejeu, le sélectionneur doit avoir réservé deux places à Paul Pogba - son plus grand talent sous la main - et à Blaise Matuidi - son joueur le plus régulier au très haut niveau. Pour la troisième, Yohan Cabaye semble tenir la corde grâce à son vécu en sélection, mais Morgan Schneiderlin a aujourd'hui la carrure pour assumer un statut de titulaire et surtout le profil pour compléter le trio du milieu. Ces quatre joueurs, sauf surprise, seront à l'Euro. Pour les deux autres places, beaucoup de joueurs sont en balance, même si on peut raisonnablement croire que Moussa Sissoko, comme Cabaye, jouit de son histoire commune avec les Bleus dans l'esprit du Big Boss. Pour le dernier billet, la lutte devrait être acharnée entre un Geoffrey Kondogbia censé devenir une star à l'Inter Milan et toute une foule de prétendants plus ou moins naturels, de Maxime Gonalons à Francis Coquelin. Même Abou Diaby a affirmé que l'Euro était son objectif en signant à l'OM, c'est dire si les places seront chères...

  • Attaque : Benzema, Griezmann et Valbuena intouchables ?



    Devant, Didier Deschamps dispose d'un trio type : Karim Benzema dans l'axe, Antoine Griezmann à gauche et Mathieu Valbuena à droite, si ce dernier n'évolue pas en soutien de Benzema dans une configuration plus offensive. C'est sur le banc que DD va devoir faire des choix. Buteur contre le Danemark en mars, Olivier Giroud devrait enchaîner une troisième compétition de suite avec l'équipe de France, même si, dans son registre de pivot potentiel, Bafé Gomis est en train de marquer des points avec Swansea. Fort de ses premières apparitions en Bleu et de son début de saison convaincant, Nabil Fekir a également toutes les chances d'en être, d'autant plus qu'il peut assumer tous les rôles offensifs. Pour la dernière place en revanche, cela n'a jamais semblé aussi ouvert : entre Anthony Martial, tout frais sélectionné et transféré à MU, et Alexandre Lacazette, se dressent Paul-Georges Ntep, mais aussi Dimitri Payet, écarté de la dernière liste. Et parmi les cotes les plus fortes, Kevin Gameiro, Loïc Rémy, voire Claudio Beauvue n'ont pas forcément dit leur dernier mot. Contrairement à André-Pierre Gignac qui a récemment indiqué ne plus se faire d'illusion à propos d'un retour en sélection.

  • L'équipe envisageable pour l'Euro... à ce jour :


    Lloris-Évra, Varane, Koscielny, Debuchy-Schneiderlin, Matuidi, Pogba-Griezmann, Benzema, Valbuena

    Remplaçants : Mandanda, Ruffier-Kurzawa, Mangala, Zouma, Sagna-Cabaye, Sissoko, Kondogbia-Fekir, Giroud, Lacazette

    Par Nicolas Jucha
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié