Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Hambourg-Nuremberg

Enrico Valentini, la dolce vita bavaroise

Le latéral droit n’a joué que dix matchs avec Nuremberg cette saison, et pourtant, personne n’incarne mieux le Glubb que ce fils d’immigrés italiens 100% bavarois. Ce mardi soir, il se déplace à Hambourg pour la compétition qui l’a le plus fait rêver : la Pokal.

Modififié
En cherchant bien, on pourrait trouver quelques points communs à Enrico Valentini et Francesco Totti. Tous les deux ont un nom à consonance italienne et tous les deux ont été formés dans leur club de cœur avant d’en porter le maillot de l’équipe première. La seule petite différence, c’est qu’Enrico Valentini ne vient pas de la Ville éternelle, mais de Nuremberg. Et que contrairement à Totti, ce latéral droit de 29 ans a déjà été infidèle à son club. Mais c’était pour mieux y rebondir.

De la trattoria à l’exil forcé


Tout commence en 1980 lorsque monsieur et madame Valentini débarquent en Bavière depuis leur Italie natale. C'est dans le restaurant familial que grandit le petit Enrico, dernier de sa fratrie, « petit prince » de sa maman et, à ce titre, exempté de donner un coup de main en cuisine ou en salle par son papa, fan de la Juventus devant l'éternel et qui a entre-temps tout lâché pour reprendre une cave à vins. « Le restaurant a eu une grande influence sur mon enfance. Par exemple, nous avions des horaires de table différents des autres, nous ne dînions pas avant au moins 21h, rembobine Enrico. Mon père m’a raconté que quand j’étais encore bébé, il me sortait souvent de mon lit quand il rentrait du travail vers une heure du matin. Il me prenait contre sa poitrine, histoire de pouvoir un peu profiter de ma présence. »


Outre son amour des Bianconeri, monsieur Valentini transmet au rejeton sa passion pour le club de sa ville d’accueil : le 1. FC Nuremberg (FCN), qu’Enrico rejoint à l’âge de cinq ans, en 1994. « Je me suis toujours complètement identifié à cette équipe. [...] Au fil des ans, j’étais constamment au stade. Comme ramasseur de balles, enfant-mascotte, avec les potes et la famille en tribune... J’ai à peu près tout fait. » Il ne lui restait plus qu’à devenir pro. Une marche un poil trop haute pour lui sur le moment. En 2010, pour éviter de mal terminer son histoire avec l’amour de sa vie, il choisit de le quitter pour lancer sa carrière.

La province et la Pokal


En débarquant à Aalen, modeste bourgade du Jura souabe, la différence avec la grande Nuremberg est flagrante. Mais Valentini, n’est pas du genre à faire la diva et, comme avec le FCN, il « s’identifie très rapidement » à son nouvel environnement : « Des équipes comme Aalen, Sandhausen et Heidenheim sont continuellement moquées. Du coup, c’était cool de jouer et de gagner à l’extérieur. On le savait pertinemment : si tu perds à domicile contre Aalen, l’entraîneur adverse se retrouve sous le feu des discussions. Je crois que pendant mes années là-bas, on a fait renvoyer trois entraîneurs. Juste parce qu’ils avaient perdu à la maison contre nous ! » se souvient Valentini qui, après le pays souabe, tente une nouvelle expérience à Karlsruhe et manque de peu la montée en Bundesliga au terme d’un barrage perdu contre Hambourg.


Entre-temps, Enrico a mûri et son FCN, qui évolue alors en D2, le rappelle. Lors de la saison 2017-2018, il participe grandement à la montée du Glubb dans l’élite en disputant l’intégralité des matchs de la saison, à l’exception d’un seul, le plus important : le derby de Franconie contre Greuther Fürth, la faute à une accumulation de cartons jaunes. « Je suis allé dans le kop. Je ne pouvais pas pleinement me lâcher parce que j’avais trop attendu ce match. Mais j’ai trouvé intéressant pour une fois de voir tout le travail que font les ultras pour mettre l’ambiance » , analyse-t-il. Au terme d’un exercice parfaitement maîtrisé, le FCN remonte en Bundesliga après quatre ans de disette. Valentino, lui, découvre l’élite à 29 ans et peut se rappeler l’époque où Nuremberg jouait les premiers rôles. Son meilleur souvenir ? « La victoire en Pokal, évidemment ! [...] J’étais au restaurant et, de joie, j’ai renversé la table, j’ai disjoncté. Ensuite, mon cousin m’a conduit dans le cortège de voitures qui se rendait en centre-ville. Lui au klaxon, moi à la fenêtre. » C’était en 2007. Douze ans plus tard, il lui suffira de l’emporter lors du troisième tour face à Hambourg (tiens donc !) pour garder l’espoir de réécrire un petit morceau d’histoire.

Par Julien Duez Propos d'EV recueillis par 11 Freunde.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

il y a 10 heures Viens mater PSG-OM lors d’une projection So Foot inédite 12
il y a 5 heures Gignac présente ses excuses après son but contre Veracruz 32
il y a 8 heures Jonathan Barnett est l'agent le plus puissant en 2019 38
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons