Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. // MLS
  2. // Finale
  3. // Atlanta-Portland

En MLS, le MVP s'appelle Diego Valeri

Zlatan ? Rooney ? Giovinco ? Valeri ! S'il n'est pas la plus famous des stars de la MLS, depuis son arrivée en 2013, l'international argentin en est l'un des meilleurs joueurs. Contre Atlanta, les espoirs de gloire de la Timbers Army reposent une fois de plus sur son élégant numéro 10 devenu une légende de Portland, sur le terrain comme en dehors.

Modififié
Children's Mercy Park, Kansas City, 30 novembre dernier. Le temps additionnel en est déjà à neuf minutes. Lancé en profondeur, le capitaine des Portland Timbers remporte son face-à-face avec Tim Melia et délivre ses coéquipiers au buzzer : Kansas City-Portland : 2-3. Auteur d'un doublé, « Saint Valeri » a encore frappé. Après son 0-0 concédé à domicile à l'aller, la bande à Larrys Mabiala et Bill Tuiloma remporte la conférence Ouest et retrouve la finale de la MLS, trois ans après son premier titre. MVP de l'événement et buteur au bout de 27 secondes en 2015 face à Colombus Crew (2-1), le métronome argentin concentre à nouveau les espoirs de la Timbers Army, le plus fervent groupe ultra des US.

Dans la légende

Depuis son arrivée en bord de Pacifique en 2013, l'idole des bûcherons gâte les fans de soccer américain de golazos et de coups de génie. Des performances qui ont valu au « maestro » d'être élu MVP de la saison de MLS 2017. Un trophée accueilli en toute humilité, sans strass ni paillettes par le milieu offensif. S'il n'est pas la star médiatique de la ligue, Valeri n'en reste pas moins l'un des joueurs les plus craints et les plus respectés. En cinq ans et 209 matchs, cet esthète, fan de Riquelme et Menotti, est devenu, grâce à ses 79 buts et 60 passes décisives, le meilleur buteur et passeur de l’histoire de sa franchise. Cette saison encore, à 32 ans, l'homme à tout faire des Timbers tourne au double-double : 14 buts, 15 assists.


À Rose City, Diego fait l'unanimité. « Par où commencer pour parler de lui ? » , cherche Zach Kay, rédacteur en chef de Stumptown Footy, blog de référence sur les Verts. Avant de livrer une anecdote significative : « À Portland, les "construisez-lui une statue" des supporters sont devenus une expression courante lorsqu'on parle des actions accomplies par Valeri sur le terrain ou en dehors. Lui et sa famille aiment sincèrement la ville et les fans lui rendent en retour. »

Le car-jacking de trop


À l'origine de cette love story se trouve un épisode douloureux pour Diego. Né puis formé à Lanús, ville située au sud de Buenos Aires, Valeri débute à 18 ans pour son club de cœur avec lequel il est titré champion en 2007. Après une expérience ratée au FC Porto puis à Almería, Valeri revient comme capitaine chez les Granate jusqu'à cette nuit de 2012. Quatre hommes armés le menacent, puis lui dérobent sa BMW sous les yeux de sa femme et sa petite fille. Pour l'international argentin aux trois capes, ce car-jacking violent marque un point de non-retour avec son pays. À la recherche d'un nouveau point de chute sûr, Diego atterrit donc à Portland.


Amoureux de poésie française

Le coup de foudre avec la plus grande ville de l'Oregon, passionnée de soccer, est immédiat. À Portland, Diego devient le leader d’un vestiaire hispanophone où il transmet les valeurs de cohésion et d’unité qui lui sont chères. En dehors, il découvre une communauté soudée autour de son club dans laquelle cet amoureux de poésie française peut s'épanouir en toute discrétion. Il n’est d'ailleurs pas rare de croiser Diego « jouer de la guitare dans un restaurant italien, assister avec Connie, sa fille, aux matchs des Throwns, l'équipe féminine de la ville ou s'engager auprès d'œuvres caritatives » , énumère Zach Kay. Éducation des enfants, aide aux sans-abris, lutte contre les violences faites aux femmes... Les causes pour lesquelles le Timber donne de son temps en dehors des terrains sont nombreuses. À Atlanta, l'engagé Valeri a l'occasion de remporter une deuxième MLS Cup. Un pas de plus vers la statue ? Le blogueur semble bien informé : « En attendant celle en bronze, il en a déjà construit une dans le cœur de nombreux fans. »

Par Ken Fernandez, à Portland
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure Le coup de gueule de Didier Quillot après les multiples reports en L1 37 il y a 2 heures Trêve de publicité pour les paris en ligne en Grande-Bretagne ! 13
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi
il y a 9 heures Tony Chapron : « La VAR n’est pas juste » 119