Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Monaco-Marseille (2-3)

En dilettante Rami

Son OM s’en est sorti, mais lui est à la ramasse et il le sait. À l’heure d’entamer cette nouvelle saison et après un été idyllique, Adil Rami est un peu paumé.

Modififié
C’est une réaction d’après-match un peu moins lunaire que ce à quoi nous a habitués Laurent Paganelli au fil de ses saisons passées en bord de pelouse. Quand la moustache d’Adil Rami s’est pointée pour accorder quelques instants au trublion de Canal + ce dimanche soir, ce n’était pas pour balancer quelques vannes avant de rentrer aux vestiaires, mais plutôt lâcher un peu de spleen et porter ses responsabilités à chaud. Et le témoignage est prenant. « On était bien, et en dix minutes, j’ai relancé le match à moi tout seul. Je prends mes responsabilités. Ça fait partie du football, mais c’était très dur mentalement, j’ai vu les étoiles à un moment donné. Ce n’était pas facile de relever la tête. Je dois remettre les points sur les i, très rapidement. Ce sont des fautes professionnelles, je dois être plus concentré et à partir de demain, je vais redoubler d’efforts et changer de visage. La victoire est belle, mais ça ne va pas pour moi. »


Si même « Paga » est incapable d’arracher un sourire au néo-champion du monde malgré ce résultat final, c’est plutôt logique. Car au stade Louis-II, si l’OM a dû aller chercher la victoire sur un pion inespéré de Valère Germain dans le money time, l’homme à l’extincteur y est malheureusement pour beaucoup. Tout le travail olympien de la première période, validé d’une belle réalisation de Kostas Mitroglou, s’est envolé en cinq petites minutes de flottement. Le temps pour la nouvelle coqueluche des journaux people d’écraser une remise pour Yohann Pelé pour l’égalisation de Tielemans – malgré un super retour devant Falcao –, puis d’offrir un caviar au Tigre sur un tacle foireux. On comprend le soulagement du renversement de situation, mais aussi le goût amer que laisse cette deuxième période dans la bouche de l’ancien joueur de Fréjus.

La moustache qui frise


La semaine dernière déjà face à Rennes (2-2), Rami avait sombré aux cotés de Boubacar Kamara – le jeune Marseillais avait même cédé sa place à la pause – en provoquant notamment sur Ismaïla Sarr le penalty de l’ouverture du score au cœur d’un premier acte catastrophique. Et lors de la deuxième journée, il était de la déroute aux Costières, face à Bouanga et consorts (3-1). Depuis quelque temps, Adil Rami doit donc donner de sacrés maux de tête à Rudi Garcia, lequel compose en plus avec un Duje Ćaleta-Car pas encore à 100%.


Pourtant, c’est bien son nom qui figure en tant que quatrième défenseur central de l’équipe de France pour les joutes internationales qui arrivent, avec notamment les grands débuts de la Ligue des nations. Celui qui pensait mettre un terme à sa carrière en Bleu à la suite d'une Coupe du monde qu’il aura réussi à marquer à sa manière en a encore sous le coude, pour Didier Deschamps. « Il est dans une tranche d'âge où il est encore compétitif, j'ai pris soin de discuter avec lui en amont, et ce premier rassemblement sera l'occasion de discuter un peu plus avec lui sur ce sujet, déclarait récemment le sélectionneur. À partir du moment où il est au niveau, dans un grand club français, il est compétitif. » Le cauchemar de Louis-II est passé par là et voilà donc la marmule de 32 ans en plein flou sur ses capacités actuelles et quant à son avenir. Mais si l'on est évidemment plus proche de la fin que du début, c'est peut-être loin d'être fini : au fil de sa carrière non linéaire, le natif de Bastia nous a déjà prouvé à de maintes reprises sa capacité de rebond hors normes.

Par Jérémie Baron Propos de Didier Deschamps tirés de Libération, ceux d'Adil Rami tirés de Canal +
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 16:19 Une bousculade fait cinq morts en Angola 5 Hier à 09:51 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 12:40 Les joueurs poussent une ambulance en panne sur le terrain au Brésil 12 Hier à 12:10 Concours FIFA 19 : Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clásico