Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Euro 2020
  2. // 8es
  3. // Belgique-Portugal

Lukaku et le tabou des matchs à élimination directe

Face au Portugal, Romelu Lukaku disputera sa quatrième phase finale dans un tournoi majeur. Après les Mondiaux 2014 et 2018 et l’Euro 2016, c’est une nouvelle grande étape qui attend le Belge. Lui que l’on décrit comme une « terreur » lors des poules a en effet rarement brillé dans les matchs couperets. Ce dimanche sera donc une belle occasion pour lui de faire taire les critiques.

C'était il y a sept ans, pratiquement jour pour jour, à Salvador de Bahia. Ce 1er juillet 2014, Romelu Lukaku marque face aux États-Unis, en prolongation, à l’occasion d’un huitième de finale de Coupe du monde remporté par les Diables rouges (2-1). L'attaquant a alors 21 ans. Il ne le sait pas encore, mais sept années plus tard, ce pion demeure le seul qu'il a inscrit lors d'un match à élimination directe avec la Belgique. Une statistique étonnante pour le meilleur artificier de l'histoire du Plat Pays, culminant à 63 réalisations en 96 capes. En sélection depuis 2010, Lukaku aura ainsi inscrit 22 buts en rencontres amicales et 31 en qualification (Mondial, Euro et Ligue des nations). Une focale chiffrée qui tend à se réduire un peu plus lors des tournois internationaux. Prolifique en phase de poules, il en est maintenant à neuf buts marqués en dix rencontres, pour une moyenne de 0,9 pion par match. Rien à dire.



À l’approche des huitièmes, la tâche se gâte cependant. Dès lors, ce sont huit matchs disputés pour ce seul petit but planté face aux USA et une moyenne qui dégringole à 0,12. De simples nombres dirons-nous, mais qui évoquent, peut-être, un certain blocage dans les rencontres à enjeu. Il faut avouer que depuis plusieurs années, les adversaires rencontrés par la Belgique et terrassés par Lukaku lors des poules ont souvent été à leur large portée : Irlande (Euro 2016), Panama et Tunisie (Mondial 2018), puis Russie et Finlande (Euro 2020). Des défenses peu expérimentées, qui éprouvent les plus grandes difficultés à chiper le cuir au géant d'Anvers. La question est donc de comprendre ces légères défaillances, visibles lors des rendez-vous cruciaux.

L’heure du changement


Au fil du temps, Lukaku est devenu une cible de choix pour les défenseurs. « Il pèse sur n’importe quelle défense. Dans un match comme ça, il ne faut pas lui laisser le moindre espace » , affirmait Raphaël Varane à la veille de la demi-finale de Coupe du monde 2018. Car de l'espace, le Belge n’en trouve quasiment aucun dans ces rencontres qui comptent. En Russie par exemple, les prises à deux de Varane et Umtiti ont totalement annihilé le rendement du buteur. Un avis partagé par Clément Lenglet, au sortir d’une double confrontation entre Séville et Manchester United : « J'essayais de rester toujours entre le but et lui pour que justement, il ne puisse pas placer son corps. » Face aux blocs déjà rencontrés de l’Argentine, du Brésil ou de la France et à des adversaires capables de rivaliser physiquement, il est donc d'autant plus compliqué d’exister devant la cage.



Consultant pour Sky Sports, Jamie Carragher avait eu un constat similaire : « Le problème avec Lukaku, c’est que dans les matchs importants, il est obsédé par le fait de marquer. Il oublie parfois de dézoner et de combiner avec les autres pour justement libérer des espaces et s’y engouffrer. Les défenseurs restent alors collés à lui et le marquent facilement » , indiquait l’ancien capitaine de Liverpool. Des conseils qui ont visiblement fonctionné sur le Belge, dont l’arrivée à l’Inter a permis de dégager une nette progression. Plus qu’un attaquant obnubilé par le but, Romelu Lukaku est en effet devenu un joueur offensif complet, capable de marquer et d’offrir des solutions. Son association avec Lautaro et ses dix passes décisives délivrées cette saison en témoignent.


Durant cet Euro, sa prestation face au Danemark, notamment, a mis en avant ces variantes. Une palette technique améliorée et perturbante pour des défenses jusque-là habituées à une masse musculaire peu mobile. En s’ouvrant lui-même ces zones de course, Lukaku facilite la tâche et favorise un peu plus son entente avec la maestria de Kevin De Bruyne et Youri Tielemans. Des éléments clés et rassurants, que Roberto Martínez utilisera à coup sûr à bon escient pour faire sauter le verrou lusitanien. Que Pepe et Rúben Dias soient prévenus, car devant eux se dressera un numéro 9 ultra-déterminé et détaché de cette étiquette de « monsieur petites équipes » . Devenu injouable dos au but et imparable dans la profondeur, « Big Rom » tentera désormais de s’asseoir à la table des plus grands, à commencer par celle de CR7.

  • Analyse, paris à prendre & meilleurs bonus : Retrouvez notre pronostic Belgique - Portugal sur la grosse affiche de ce dimanche !

    Par Adel Bentaha Propos de Raphaël Varane tirés d'une conférence de presse.
    Propos de Clément Lenglet tirés de L'Équipe.
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

  • Dans cet article


    Partenaires
    Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons